Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le Sytral veut passer la surmultipliée

Réunis jeudi matin en comité syndical, les membres du Sytral ont validé le compte administratif pour l’exercice 2010. La hausse des recettes d’exploitation permet au syndicat d’envisager sereinement la finalisation du plan de mandat 2002 et la réalisation de celui fixé en 2009.

C’est une assemblée clairsemée qui a validé jeudi les comptes administratifs du syndicat mixte des transports lyonnais. Georges Barriol a présenté, sous l’autorité de Bernard Rivalta, les chiffres plutôt bons de l’exercice 2010.
Une balance générale positive due à des dépenses d’exploitations moins hautes que prévues (521 399 222,32 €) et des recettes d’exploitation à la hausse (612 223 885,80 €). Résultat : un excédent net de 90 824 553,48€ qui - retranché des 51 393 247, 82 € correspondant au déficit cumulé de la section d’investissement - laisse apparaître un résultat global excédentaire pour l’exercice 2010 de 39 431 415 €. Une somme partiellement affectée au financement des reports de crédits de 2010 sur 2011, donc à la pérennisation des projets en cours. 
Un bilan satisfaisant imputable à la hausse des recettes de clientèle supérieures aux prévisions (+1,2%). La baisse des charges d’exploitation liées au contrat de délégation de service public et à l’exploitation du réseau, respectivement de 1,9% et de 2%, concourent à ce résultat. Du côté des collectivités, leur participation au Sytral reste conformes aux prévisions budgétaires et pourvoient à hauteur de 24,3% des recettes réelles. Les dépenses de fonctionnement du syndicat sont elles en hausse, et s’établissent à 8,6 millions d’euros en 2010, contre 7,9 millions d’euros en 2009.
Une bonne santé financière qui permet au Sytral d’envisager sereinement la mise en place des projets inscrits au plan de mandat 2009. L’investissement a d’ailleurs déjà commencé dès 2010 avec l’aménagement intérieur de la ligne D (8,9 millions d’euros), le prolongement de T1 à Debourg (1,6 millions d’euros), le plan AMELIE (3 millions d’euros). Et parmi les 17,7 millions d’euros de dépenses d’investissement liées au plan de mandat 2009, on retrouve les sommes de 2,2 millions d’euros et de 1,1 millions d’euros, allouées pour le prolongement de T2 vers Eurexpo et la desserte du Grand Stade par T3.

Pour Vessiller, les aménagements liés au Grand Stade préemptent sur l’action de proximité

« Des millions d’euros dépensés pour un ouvrage sportif qui n’en est qu’au stade de projet », pour l’élue écologiste Béatrice Vessiller, qui revient sur le bilan positif du syndicat. « Les charges d’exploitation moins élevées que prévues interrogent sur la hausse des tarifs pratiquée », continue-t-elle. En effet, depuis le 1er janvier, le ticket acheté dans le bus coûte deux euros, et le Pass Partout Mensuel ainsi que les carnets de 10 tickets ont substantiellement augmentés. Et de regretter pour l’élu verte que l’investissement aille prioritairement aux projets de grande envergure au détriment de la proximité. « Nous regrettons le manque d’efforts faits sur l’aménagement des voiries et sur l’avancement des couloirs de bus », interpelle-t-elle Bernard Rivalta. Qui botte en touche : « le budget c’est un tout, commencez par tenir vos engagements collectifs en votant l’approbation du compte financier », rappelle-t-il à l’écologiste. Puis il assure, au regard de l’argumentaire présenté par Béatrice Vessiller, n’avoir pas à s’engager sur des « trucs », mais sur un « tout. » Comme attendu, l’élue villeurbannaise n’a pas voté l’approbation des comptes financiers.



Tags : sytral | bilan |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.