Marché de l’immobilier : « Pas de baisse des prix à Lyon en 2012 »

Marché de l’immobilier : « Pas de baisse des prix à Lyon en 2012 »

Pierre Bazaille, président de l’institut notarial de l’immobilier, était l’invité de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com.

Alors qu’au niveau national, le tassement du prix des biens à l’achat laisse espérer un retour à la normale du marché immobilier, Lyon semble prendre le chemin inverse. En 2010, le prix d’achat à augmenté de 10%.  Et 2011 n’est pas non plus l’année du tassement. La marqueur est plutôt signe de bonne santé de la capitale des Gaules pour Pierre Bazaille. « Lyon est une ville dynamique, explique-t-il. Son marché l’est également et le restera dans les années à venir. C’est le cas des villes de province qui ont un dynamisme économique, démographique et universitaire. »
Pas d’accalmie donc en 2012. « Le marché restera dynamique dans les années à venir, précise-t-il. Sur 2012, le marché restera positif. »  Il n’y aura pas donc de bon ou mauvais moment pour acheter à Lyon l’année prochaine. Il faudra donc être vigilant aux taux de crédit proposés, particulièrement aux taux d’intérêts qui pourraient augmenter. « Les acheteurs ont toutefois une vraie fenêtre de tir, recadre Me Bazaille. La législation sur les plus-values immobilières va changer au 31 janvier. Le gouvernement va donner un tour de vis et cela va coûter nettement plus cher pour les vendeurs, qui auront une imposition plus lourde sur les plus-values. Les acquéreurs peuvent essayer de négocier un prix si la vente se fait avant fin janvier. » Cette nouvelle donne devrait mécaniquement favoriser la poursuite de la hausse des prix, voir le gel de l’offre.

Retrouvez le podcast audio complet sur LyonMag.com

Tags :

immobilier

21 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Cid le 23/02/2018 à 18:10

C'est tellement drôle de lire ces commentaires des années après...tellement...

Signaler Répondre

avatar
Locataire à vie le 07/05/2013 à 10:32

NOUS SOMMES EN 2013 : Les prix de l'immobilier n'ont pas cessé d'augmenter (depuis 2010 surtout) et ne s'arrêteront pas de si tôt.

Signaler Répondre

avatar
Pierre le 07/11/2011 à 12:33

Cest tout à fait vrai!

TERRAIN HCL = + de charges et revente difficile (surtout en fin de bail)

Négociez d'avantage si l'immeuble n'est pas sur son terrain (10 à 15% de négo en +)

Signaler Répondre

avatar
MENSONGES le 07/11/2011 à 11:54

ATTENTION ARNAQUE sur LYON :
Beaucoup d'immeubles sont construits sur des terrains HCL (hopitaux civil de lyon) qui LOUENT le terrain => vous n'ete pas propriéttaire et il y a des CHARGES en PLUS!.
Les agences n'en font pas systématiquement mentions sur les annonces
RENSEIGNER VOUS!

Signaler Répondre

avatar
Metacryptic le 02/11/2011 à 13:29
Balou a écrit le 01/11/2011 à 22h43

Le problème est ailleurs: le neuf ne baisse pas, et ne peut pas baisser du fait des couts de production. De ce fait l'ancien, qui suit le neuf, ne pourra baisser que difficilement:
http://www.lyonpoleimmo.com/2011/10/27/13377/«-on-ne-met-plus-le-prix-au-milieu-de-la-reflexion»/

@Balou
"le neuf ne baisse pas, et ne peut pas baisser "

C'est tout bonnement faux !

Il y a deux choses dans le coût de la construction :
--> le prix des matériaux, de la main d'œuvre et la marge
--> le prix du foncier
je n'aborde pas le cout de la construction proprement dit, le thème est trop vaste pour être discuté ici.

Cependant, en ce qui concerne le prix du foncier... Excusez-moi, mais il est directement lié au niveau du prix de l'immobilier.
=> Si le foncier baisse (et il baissera) le prix du neuf baissera.

Signaler Répondre

avatar
PIERRE IMMO le 02/11/2011 à 12:15

Ces propos "boule de cristal"de la part de professionnels desservent la crédibilité des notaires et risquent d'avoir un impact contraire à celui espéré.

En effet il peut renforcer l'attentisme des acquéreurs et provoquer un blocage complet.

Par ailleurs les investisseurs vont se détourner de notre région et favoriser les régions qui ont déja subit le retournement tarifaire ( PACA, IDF ETC.)

Signaler Répondre

avatar
Allemagne_exemple le 02/11/2011 à 11:26

On cite souvent l'Allemagne et certains diront que là bas le taux de natalité est plus faible.
Certes, mais en France ce taux de natalité est le même si on si on considère la classe moyenne ou supérieur...
Quand on parle de pénurie de logement, ça veut surtout dire qu'il y a beaucoup de pauvre, et ce n'est pas eux qui risquent de faire gonfler les prix....

L'harmonisation avec l'Allemagne est inévitable, et les defisc francaise sont contraires aux lois européennes, l'immo sera obligé de s'adapter comme en Allemagne à de VRAI clients non subventionnés

Signaler Répondre

avatar
justemilieux le 02/11/2011 à 11:14

Pour répondre au haussiers :

-Le prix du neuf vient PRINCIPALEMENT du foncier, il suffit de voir les prix en Alsace et en Allemagne 2000e/m2 pour comprendre...

-Pour ceux qui s'inquiète de leur retraite :
les collectivités vont libérer du foncier pour relancer le marché, cad faire baisser les prix, donc acheter OUI, mais surtout pas dans l'immédiat tant que le m2 est >2000€

Cependant, il est important que des "pigeons" achètent à ce prix, car ce sera autant de "concurrent" en moins dans les prochaines années. :)))

Signaler Répondre

avatar
N.A le 02/11/2011 à 00:08

Comment dit-on deja? Ah oui, cela me revient maintenant ... On dit : "Propagande" !

Signaler Répondre

avatar
Dany le 01/11/2011 à 23:43

Beaucoup de réaction proviennent de locataires frustrés de ne pas pouvoir acheter.
Je ne sait pas qui est le pigeon dans l'affaire, celui qui paye un loyer a son propriétaire depuis des années a perte.
Ou celui qui serra propriétaire a sa retraite et qui n'aura plus de loyer a payer, au moment ou ses revenus vont fondre de 50 pour cents.
Vous croyez que cet avec 1000 euros de retraite que vous allez vous offrir un t2 en ville a 700 euros!

Signaler Répondre

avatar
Balou le 01/11/2011 à 22:43

Le problème est ailleurs: le neuf ne baisse pas, et ne peut pas baisser du fait des couts de production. De ce fait l'ancien, qui suit le neuf, ne pourra baisser que difficilement:
http://www.lyonpoleimmo.com/2011/10/27/13377/«-on-ne-met-plus-le-prix-au-milieu-de-la-reflexion»/

Signaler Répondre

avatar
jean-christophe le 01/11/2011 à 19:41

En 2008 on nous tenait un discours identique, ce qui n'a pas empêché les prix Lyonnais de baisser de 25%, et ce dans tous les quartiers (y compris la presqu'ile)
Tout le monde n'est pas aussi crédule, mais ce discours donne une mauvaise image des professions
de l'immobilier

Signaler Répondre

avatar
jean-christophe le 01/11/2011 à 19:36

les professionnels immobiliers commenceraient ils à craindre l'inévitable??
Non seulement les prix Lyonnais vont baisser, mais avec
l'actualité sur fond d'austérité qui se profile, cette baisse devrait avoisiner les 30%.
Messieurs les professionnels, ce que vous perdrez en %,
vous le retrouverez sur la quantité.
N'ayez donc pas si peur !!!!
Arrêtez de mentir !!

Signaler Répondre

avatar
Bacchus le 01/11/2011 à 18:08

Le grand gourou a parlé. Tout est dit pour 2012, comme un message subliminal en direction des acheteurs : Les prix continueront à augmenter, soyez-en rassurés. Vous pouvez acheter en confiance, vous ne le regretterez pas, la plus-value sera là quand vous revendrez. Message ô combien commercial ! Qui peut dire ce qui se passera en 2012 alors que tous les voyants sont au rouge. Maître Bazaille a sans doute un don de voyance, comme une sorte d'extra-lucide capable de prédire l'avenir. Utilise-t-il des fluides magiques pour cela ? Manges-t-il de la bave de crapaud ou des champignons hallucinogènes ? En tous les cas, le résultat est saisissant. On l'imagine, tel un oracle en jupette blanche avec une couronne de laurier, depuis la terrasse de Fourvières, étendant son bras musclé sur la ville, et proclamant devant une foule excitée par les excès de beaujolais : "Les prix vont augmenter à Lyon en 2012 !"

Signaler Répondre


avatar
hypocrit le 01/11/2011 à 16:27

MORT DE RIRE.
LA VERITE OFFICIELLE EST ICI SUR LE SITE GOUVERNEMENTAL: voir le graph de Friggit...

http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=138

Signaler Répondre

avatar
Sylvain le 01/11/2011 à 15:10

Pas de baisse des prix en 2012 à Lyon !
Et bien tant pis pour moi (et peut-être pour d'autres), je resterai locataire, compte-tenu aussi des conditions pour obtenir un prêt.

Signaler Répondre

avatar
Pierre le 01/11/2011 à 14:42

A titre personnel j'ai une collègue de travail qui travail au centre de Lyon et qui habite a 70 km du centre ville, le matin elle se lève a 4 h du matin, elle prend sa voiture pour aller a gare plus le train et le métro. Le soir elle arrive a 20 heures chez elle.
Cela lui coûte 250 euros par mois en transport plus la fatigue et la deprime.
Habiter en centre ville est un luxe et beaucoup sont prêt a payer cher ce luxe.

Signaler Répondre

avatar
tony.jam le 01/11/2011 à 12:16

Cest faux!!!!

Nous ne sommes pas des pigeons: Les prix vont baisser a Lyon également!

quelle propagande honteuse!

Signaler Répondre

avatar
tony le 01/11/2011 à 12:15

on disait la meme chose pour Paris.... On sait ce qu'il en est!

Cest pas beau de mentir monsieur! Nous ne sommes pas des pigeons !

Ca va baisser comme partout ailleurs!

Signaler Répondre

avatar
Michel le 01/11/2011 à 12:07

"C'est toujours le bon moment d'acheter" n'est-ce pas ?

Franchement, la ficelle commence à être un peu usée.

Laisser croire aujourd'hui, avec un contexte économique aussi dégradé, où le pays est proche de la récession, que les prix continueraient à augmenter, est une prédiction quelque peu osée.

Le "truc" est de dire que les prix vont continuer à augmenter pour inciter à acheter, en faisant miroiter ainsi que des plus-values sont encore possible. Il peut y avoir quelques personnes assez crédules pour croire encore à cela aujourd'hui, surtout lorsque cela vient du président de l'institut notarial. Mais il est comme tous les professionnels de l'immobilier, son avis est orienté et son intérêt est que le marché soit soutenu, donc il agit et parle en ce sens.

Lyon n'est pas le village d'Astérix, et il viendra bien un jour où, ici comme ailleurs, la réalité d'un marché lyonnais en situation de baisse d'activité et donc de baisse de prix sera connue de tous. On ne peut pas maquiller indéfiniment la réalité.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.