Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Cyril Chevreau, président de Pourquoi sang priver - Photo Lyonmag.com

Don du sang: Et les homosexuels ?

Cyril Chevreau, président de Pourquoi sang priver - Photo Lyonmag.com

L'association Pourquoi sang priver manifeste mercredi devant les camions du don du sang, place de la République pour faire entendre les droits des homosexuels.

Jusqu'à 19h, Pourquoi sang priver distribue des tracts pour informer les gens et les sensibiliser à leur cause. "Nous ne pouvons pas donner notre sang comme tout le monde" s'exclame Cyril Chevreau, président de l'association. L'EFS (Etablissement Français de Sang) refuse de prendre le sang des homosexuels et les fiche. "Une fois, j'ai voulu retenter l'expérience en donnant mon sang. Ils m'ont dit que c'était impossible parce que je couche avec des hommes".  L'EFS l'a fiché, il ne pourra jamais donner son sang. "Pour moi cette interdiction à vie équivaut à une discrimination. C'est idiot".

Donnez votre sang
!

Leur but: renseigner l'opinion publique et inciter les lyonnais à donner leur sang à leur place, puisque eux ne peuvent pas le faire. Les propos de Nora Berra, secrétaire d'état à la santé sur le fait que "l'homosexualité soit un facteur de risque pour le VIH" le font aussi réagir. Pour lui, une personne hétérosexuelle est tout autant facteur à risque qu'une personne homosexuelle. "La France devrait évoluer sur le don du sang homosexuel comme l'ont fait le Portugal et l'Italie". L'association doit terminer son action par une haie de bras d'honneur.



Tags : homosexuel | association | manifestation | don de sang |

Commentaires 10

Déposé le 30/03/2012 à 10h40  
Par lorie Citer

les homosexuelles sont comme ts le monde --'

Déposé le 20/01/2012 à 14h47  
Par Tenemelques Citer

Vous souhaitez me convaincre qu'il existe une majorité d'homos sérieux et stables. Je en demande qu'à vous croire. Mais à mon tour, laissez-moi vous convaincre qu'il existe des homos réactionnaires, plus que l'on pense, et dont je suis.

Déposé le 20/01/2012 à 13h06  
Par mon sang est sans risque Citer

mon sang est sans risque a écrit le 19/01/2012 à 23h39

La majorité des homosexuels n'ont pas de comportements à risque!! il faut arrêter de prendre les homosexuels comme des dépravés sexuels! Il n'y a rien de communautariste au faite de pouvoir comme tout le monde, donner mon sang. Au contraire, je veux faire comme tout le monde! il y a des pays dans lesquels les homos donnent leur sang! je ferais remarquer par ailleurs que l'homosexualité n'est pas marqué sur le visage, il suffit de me dire hétéro et je donnerais mon sang! et personne ne pourra vérifier mon orientation sexuelle! cette situation est purement discriminatoire et hypocrite! et par contre vu votre vocabulaire à mon sens tenemelques, vous vous faites passer pour homo! c évidant

ouh ouh làlà mes fautes d'orthographe j'ai pas relu mdr

Déposé le 19/01/2012 à 23h39  
Par mon sang est sans risque Citer

La majorité des homosexuels n'ont pas de comportements à risque!! il faut arrêter de prendre les homosexuels comme des dépravés sexuels! Il n'y a rien de communautariste au faite de pouvoir comme tout le monde, donner mon sang. Au contraire, je veux faire comme tout le monde! il y a des pays dans lesquels les homos donnent leur sang! je ferais remarquer par ailleurs que l'homosexualité n'est pas marqué sur le visage, il suffit de me dire hétéro et je donnerais mon sang! et personne ne pourra vérifier mon orientation sexuelle! cette situation est purement discriminatoire et hypocrite! et par contre vu votre vocabulaire à mon sens tenemelques, vous vous faites passer pour homo! c évidant

Déposé le 19/01/2012 à 22h29  
Par Bastian Citer

« Je ne crois pas qu'il s'agisse de discrimination, tout simplement. Votre commentaire est très porteur d'enseignements, et enrichit cet échange, mais le fait que les homosexuels masculins ne puissent pas donner leur sens me semble simplement de bon sens au regard du comportement d'une majorité d'entre eux, que je constate (et déplore) quotidiennement. »
Je baigne de part mon milieu scolaire et mon milieu militant LGBT dans ces chiffres, et bien évidemment je ne nierai pas que la contamination par le VIH est un véritable fléau dans notre communauté, les chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire et des différentes organisations nationales et mondiales de lutte contre le SIDA sont alarmants, et jamais je ne fermerai les yeux sur cette réalité. Je comprends parfaitement qu'au début de l'épidémie, le manque de connaissance sur le VIH ait conduit à interdire le don du sang aux HSH. Vous évoquiez l'époque que j'avoue ne pas avoir connue) de l'affaire du sang contaminé et la sombre période du « cancer gay » : cette période est révolue, cela fait trente ans, et un des facteurs qui ont été à l'origine de ce scandale de sang contaminé a été encore une fois le manque de connaissance. Aujourd'hui on sait comment se transmet le VIH, mais surtout comment s'en protéger : le préservatif.

À partir de ces connaissances, il y a deux sous-groupes dans la population des HSH :
1) Ceux qui ont pleinement conscience des notions de prévention, qui se protègent, qui vivent une relation stable ou qui sont célibataires et ceux qui se font dépister régulièrement, sous-groupe auquel vous et moi faisons partie. Ce sous-groupe est séronégatif pour toutes les IST : notre pays manque de sang, et ce sous-groupe en a à revendre, et il devrait pouvoir le donner.
2) Les personnes qui ont des pratiques sexuelles à risque, qui ne se protègent pas, qui ne se font pas dépister. On ne peut parfois pas établir le profil sérologique de ce sous-groupe. Pour des raisons de sécurité sanaitaire, ce sous-groupe doit être interdit au don du sang (comme c'est le cas aujourd'hui), en attendant d'être sûr que les individus aient un profil sérologique négatif, et en attendant que ces individus regagnent le premier groupe.

Mon raisonnement est là : on ne devrait pas refuser à un HSH séronégatif (qui a passé la sécurité de la fenêtre sérologique et qui donc est sûr de ne pas être récemment contaminé) le don du sang. C'est complètement absurde. On devrait ouvrir le don du sang aux HSH séronégatifs et l'interdire aux sérointerrogatifs (ceux qui ne connaissent pas leur statut sérologique ou qui n'en sont pas sûrs à 100%).

« J'ajoute que selon moi, le don du sang n'est pas un acte militant et ne doit pas générer de revendication communautariste. »
Je suis d'accord avec vous, la sécurité sanitaire du don du sang et la vie d'un patient n'est pas un jouet que l'on peut instrumentaliser pour une cause ou pour une autre. Donner son sang est un acte altruiste, généreux, solidaire et fraternel (faudrait quand même pas oublier la devise de notre pays). Néanmoins, cette interdiction est toujours un symbole pour moi, le symbole de la confiance que les autorités confient à la communauté LGBTIQ (Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Intersexe, Queer) qui se veut responsable, chose que j'ai déjà détaillée plus haut. La société évoluera, et nous sortirons de cette sombre époque du « cancer gay » dans laquelle nous sommes embourbés depuis 30 ans quand un geste sera fait de plus haut, de notre ministère de la santé. Car oui, encore aujourd'hui en 2012 le dangereux amalgame entre HSH et VIH est toujours dans l'inconscient collectif.

« Nous devons nous en tenir aux recommandations sanitaires nationales et internationales. »
Les recommandations de l'Union Européenne vont justement dans notre sens, en précisant que pour le don du sang l'orientation sexuelle du donneur ne devrait pas être prise en compte mais sa pratique sexuelle.

« Un nouveau scandale du sang contaminé, même de faible portée, serait selon moi infiniment plus grave. »
Comme expliqué plus haut, nous ne sommes pas dans le même contexte de l'avancée des connaissances scientifiques sur ce virus pour réunir les mêmes conditions que celles du début des années 1980.

Je vous remercie de l'intelligence de cet échange, et vous souhaite une bonne soirée.
Bastian.

Déposé le 19/01/2012 à 16h20  
Par Tenemelques Citer

Je ne crois pas qu'il s'agisse de discrimination, tout simplement. Votre commentaire est très porteur d'enseignements, et enrichit cet échange, mais le fait que les homosexuels masculins ne puissent pas donner leur sens me semble simplement de bon sens au regard du comportement d'une majorité d'entre eux, que je constate (et déplore) quotidiennement. J'ajoute que selon moi, le don du sang n'est pas un acte militant et ne doit pas générer de revendication communautariste. Nous devons nous en tenir aux recommandations sanitaires nationales et internationales. Un nouveau scandale du sang contaminé, même de faible portée, serait selon moi infiniment plus grave.

Déposé le 19/01/2012 à 15h00  
Par Bastian Citer

Tenemelques, autant je veux bien comprendre que les non-LGBT ne voient pas où est la discrimination dans cette interdiction, autant elle me surprend venant d'un HSH (Homme ayant des relations Sexuelles avec un autre Homme) tel que vous. Pour bien connaître cette association avec qui j'ai des liens je peux vous garantir qu'ils savent très bien que le problème de cette interdiction ne vient non pas de l'EFS (qui doit appliquer le règlement à la lettre) mais du ministère de la Santé, puisque cette interdiction vient d'un arrêté ministériel de 1983 réaffirmé par un autre arrêté de 2009, dernier règlement en date. Cela fait plusieurs années que l'on nous promet de mettre fin à cette interdiction, il est parfaitement normal qu'aujourd'hui nous nous élevions contre cette interdiction.

Votre remarque me surprend venant d'un HSH : vous dites vous-même avoir une activité sexuelle raisonnable et avoir une hygiène de vie irréprochable, vous savez que vous n'êtes infecté par aucune IST : trouvez-vous normal que le ministère vous dise "Même si votre sang est irréprochable je vous refuse le don du sang juste parce que vous êtes homosexuel" ? Le don du sang et l'entretien avec le médecin, c'est une question de confiance. Si le Gouvernement français ne peut pas accorder sa confiance aux HSH responsables et acteurs de leur santé et de leur prévention, alors oui, c'est une discrimination. Nous ne demandons pas l'ouverture du don du sang à tous les HSH, mais seulement l'ouverture du don du sang aux HSH responsables, tout comme le don du sang n'est pas ouvert à tous les hétéros mais seulement aux hétéros responsables.

Mais pour la troisième fois, je le redis : j'ai du mal à comprendre comment vous pouvez vous laisser discriminer juste parce que vous appartenez à un groupe populationnel...

Déposé le 19/01/2012 à 13h45  
Par Tenemelques Citer

Comme vous, je suis jeune homosexuel masculin, utilise systématiquement le préservatif, ne me drogue pas, ne fume pas, ne bois pas. Mon sang est d'excellente qualité également, et je donnais même régulièrement mon sang avant mon premier rapport sexuel. Mais il n'y a pas de fumée sans feu : si nous sommes interdits, ce n'est pas parce que l'EFS a un problème avec nous, c'est parce que les pratiques à risque sont bien trop répandues dans cette population irresponsable à laquelle nous appartenons. Et c'est lorsque les statistiques indiqueront une baisse significative de risque que nous pourrons donner notre sang (dixit R. Bachelot). Cessons donc cette forme de cabale à l'encontre de l'EFS qui fait preuve de responsabilité, et lançons un appel -qui ne sera jamais entendu- à ceux qui sont les vrais responsables de cette situation.

Déposé le 19/01/2012 à 12h43  
Par mon sang est sans risque Citer

ce ne sont pas les homosexuels masculins qui représentent un risque sanitaire dans leur ensemble. Mais les personnes qui ont des pratiques à risque. c'est toute la différence! L'homosexualité n'est pas une pratique à risque en soi. Je suis homosexuel je n'ai pas de pratiques sexuelles à risque ( sans préservatifs), je ne drogue pas, je ne fume pas, je suis jeune, je n'ai jamais eu d'IST de ma vie et je ne peux pas donner mon sang alors que mon sang est de très bonne qualité cherchez l'erreur.... c'est une discrimination je suis désolé...
alors même qu'on manque de sang!

Déposé le 18/01/2012 à 19h03  
Par tenemelques Citer

Cet article s'apparente à une accusation d'homophobie à l'encontre de l'EFS. Article à charge, sans aucune explication, aucune investigation, ni aucune version contradictoire. Les homosexuels masculins présentent des risques sanitaires statistiquement significativement plus élevés que les autres donneurs potentiels. Pour un journal "sérieux", c'est zéro !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.