Production de logements sociaux : faible baisse en perspective

Production de logements sociaux : faible baisse en perspective
Photo d'illustration - DR Michel Setboun

Après des années 2009 et 2010 très bonnes en terme de construction de logements sociaux, la préfecture communiquait vendredi le bilan 2011 et ses attentes pour l'année en cours.

Dans le Rhône, c'est bien sûr le Grand Lyon qui concentre la majorité des logements : 4008 sur les 5100 financés. Le temps d'attribution des logements est toujours décalé. En 2012, les logements de 2009 sont attribués. "Ce qui promet 3 belles années d'attribution de logement", révèle le préfet Jean-François Carenco. Pourtant, tout ne sera pas simple : "En 2012, tout le monde dit 'je suis contraint financièrement', la Région, les bailleurs sociaux... Malgré ça, notre objectif c'est de tenir la même production de logements, nonobstant ces difficultés. On planche sur une baisse, au pire, de 1%." La baisse sera presque inévitable étant donné que la dotation de l'Etat chutera de 5%. "C'est compliqué mais j'y crois. C'est l'équation budgétaire mais j'assume. On va y arriver parce que j'ai bon espoir de trouver des financements". C'est notamment dans le budget alloué au parc privé que le préfet souhaite piocher. Comme en 2011, 2 à 3 millions d'économies peuvent être faits, "si on est efficace". Dans le parc privé qui bénéficiait de 34 millions d'euros d'engagement, c'est la réhabilitation qui pose problème et notamment la rénovation thermique. Dans le parc public (45M), "il faut encore faire des efforts de construction", explique le préfet Jean-François Carenco. L'autre fierté de la préfecture, c'est le faible nombre de communes qui applique difficilement la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU). Cette dernière impose qu'au moins 20% des logements soient des logements sociaux. "Elles sont moins de 10 communes dans la région à ne pas suivre la trajectoire que nous leur imposons". Interrogé sur le prix des terrains trop élevés pour certains maires des communes rhodaniennes, le préfet réplique : "Y a pas marqué 'Ducon' en permanence ici (il se désigne le front). Je n’ai pas de raison de brader les biens de l’Etat, mon objectif c’est de sortir de belles opérations. Vous croyez que les communes nous donnent quelque chose ?".

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.