Collomb et les barons locaux interpellent le président Hollande

Collomb et les barons locaux interpellent le président Hollande
François Hollande et Gérard Collomb - LyonMag

Le sénateur-maire de Lyon, également président des associations des communautés urbaines de France, est monté au créneau mercredi avec 6 autres présidents d’associations d’élus locaux. Les sept représentants des territoires ont signé mercredi un "appel à la création d’une agence de financement des investissements locaux."

Les collectivités locales pourront-elles continuer à financer l’investissement dans les territoires ? Les nouvelles réglementations bancaires portées par l’accord Bâle III de décembre 2010 leurs ont déjà limité l’accès au crédit. Pire, François Pérol, président du directoire du groupe Banque populaire-Caisse d’épargne (BPCE), a indiqué à l’occasion du colloque du 23 mai que les prêts aux collectivités seront dorénavant plus courts et plus chers. Une lame de fond qu’avait anticipé l’Etat en débloquant deux enveloppes successives de 10 milliards d’euros via la caisse des dépôts et des consignations (CDC) pour ne pas handicaper l’investissement des collectivités locales.
Si les collectivités locales saluent les réponses opérationnelles apportées par l’Etat, avec le déblocage d’une nouvelle enveloppe de 5 milliards d’euros de la CDC et le projet de banque publique dédiée (Banque postal développement local), elles s’inquiètent des "limites d’un financement exclusivement bancaire" et estiment la carence budgétaire à "4 milliards d’euros" en 2012. Par les voix de leurs représentants, les collectivités locales demandent de toute urgence la création de l’agence de financement des investissements locaux.

En 2012, le Grand Lyon avait pu augmenter de 23% son enveloppe dédiée aux investissement, la portant à 715 millions d’euros. Sa bonne santé financière lui permet d’autofinancer près de la moitié de cette somme. Qu’en sera-t-il demain, alors que les collectivités les plus solides financièrement seront de plus en plus sollicitées par le Fonds national de péréquation des recettes fiscales intercommunales et communales (FPIC) ? Autant de zones d’ombre sur lesquelles les élus locaux, parfois appelés "barons locaux", demandent à François Hollande de faire toute la lumière.

8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
jm le 25/05/2012 à 08:53

La droite à échouée n'arrivant pas à libérer Lyon du Régime Collomb, la gauche y arrivera peut-être... Espoir es-tu là ?

Signaler Répondre

avatar
Papaandreou le 24/05/2012 à 22:27

C est le début de la fin pour les socialistes

Signaler Répondre

avatar
OiO le 24/05/2012 à 21:25

crouassance crouassance crouassance crouassance crouassance,
on n'entend plus que cela dans la bouche du capitaine de pédalo

Il est tout content, désormais on dit crouassance à tout bout de champ

"ah c'est moi qui ai dit le premier" !

Signaler Répondre

avatar
toctoc le 24/05/2012 à 18:47

cocolononb c esset un boobon iiiil vaa fiiinir paaar adhéeerer a l uuummp . vouous m excucucuser jee suiiiis beeegue.

Signaler Répondre

avatar
jm le 24/05/2012 à 18:24

Si l'Etat s'autorise à faire de la dette une ressource, pourquoi les mafias locales ne mettraient pas les bouchées doubles.

Signaler Répondre

avatar
marie le 24/05/2012 à 17:30

.... "appel à la création d’une agence de financement des investissements locaux."....

Encore 1 comité inutile où les baronnets locaux caseront leurs amis ( qui seront très bien payés pour ne rien faire) !

Combien d'organismes/comités/agences..... inutiles en France ?

J'espère que F.Hollande supprimera toutes ces instances coûteuses mais inutiles et qu'il refusera d'en créer d'autres, même pour faire plaisir à ces amis.

Signaler Répondre

avatar
Lucien le 24/05/2012 à 17:00

C'est quoi cette usine à gaz ?!

Comment son utilisés ces fonds public ?

Encore un excellent sujet d'enquête journalistique !

Signaler Répondre

avatar
Constator le 24/05/2012 à 16:03

François Hollande va créer des francobonds !!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.