Législatives à Lyon : Deux ministres, un porte-voix et des peaux de banane

Législatives à Lyon : Deux ministres, un porte-voix et des peaux de banane
Philippe Meirieu et Thierry Braillard - Photo LyonMag

Dernier temps fort de la campagne des législatives vendredi à Lyon avec le déplacement des ministres Cécile Duflot et Benoit Hamon, venus soutenir le candidat EELV-PS de la 1e circonscription du Rhône, Philippe Meirieu. Seul hic : leur feuille de route a été perturbée par des militants du candidat estampillé Gérard Collomb, le radical de gauche Thierry Braillard. Peu de temps après la double visite ministérielle, l’édile lyonnais et son adjoint aux Sports tenaient eux aussi un point presse. Récit.

Les ministres autour de Philippe Meirieu et Nathalie Perrin-Gilbert - LyonMag
Les ministres autour de Philippe Meirieu et Nathalie Perrin-Gilbert - LyonMag

Faire ou ne pas faire le marché de l’avenue Jean Jaurès ? Maintenir ou pas la conférence de presse à la brasserie le Métropole ? Vendredi matin, un ubuesque jeu du chat et de la souris s’est noué dans le quartier de Gerland (7e), où les ministres Cécile Duflot et Benoit Hamon étaient attendus pour soutenir Philippe Meirieu et Nathalie Perrin-Gilbert, candidat et suppléante estampillés Verts-PS de la 1e circonscription du Rhône. Sans doute refroidis par la pluie battante et le quadrillage du quartier par les équipes de campagne de Thierry Braillard, les organisateurs ont rapatrié la rencontre dans le quartier de la Confluence. Avant 9h, le ton est même monté entre colleurs d’affiches des différents camps, chacun recouvrant les visuels de l’autre. Sur le marché de l’avenue Jean Jaurès, c’est au porte-voix que les militants pro-Braillard ont vociféré des Braillard député, contraignant les ministres à changer leur fusil d’épaule, abandonnant leur projet de visite des stands. Une cristallisation potache pour les uns, délétère pour les autres, de l’atmosphère qui règne déjà depuis plusieurs mois entre Philippe Meirieu, candidat de l’alliance Verts-PS, et Thierry Braillard, candidat radical de gauche soutenu par le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb. 

Pour Duflot, "les limites ont été franchies"
 
Au 26 du cours Bayard à la Confluence, les troupes de Philippe Meirieu se sont rabattues dans un petit café. Autour de la table, deux ministres de la République, l’écologiste Cécile Duflot et le socialiste Benoît Hamon. Ils goûtent peu de remue-ménage mais restent diplomates. Pour les deux, c’est "un honneur d’apporter leur soutien" à la candidature "officielle" de Philippe Meirieu et de Nathalie Perrin-Gilbert, malgré la polémique Braillard. Au milieu des récurrents "il faut donner une majorité au changement", les ministres sont conduits sur le terrain de la confrontation fratricide entre l’élu EELV et l’adjoint au maire de Lyon. A la question "Gérard Collomb doit-il être exclu du PS pour ne pas avoir respecté l’accord électoral ?", Cécile Duflot puis Benoît Hamon bottent en touche. Car quelle que soit l’issue de cette élection, il faudra que l’un des deux camps se rallie à l’autre dimanche soir. "Quelques limites ont été franchies mais il est absolument hors de question de rentrer dans une polémique, tempère la ministre du Logement. Nous, nous avons refusé la confrontation." Philippe Meirieu a lui aussi eu un discours calqué sur celui de ses soutiens. Les noms de Thierry Braillard et de Gérard Collomb n’auront jamais été cités et même la question d’une nouvelle attaque en justice est éludée : "la justice a identifié un vide juridique concernant cette affaire, explique l’élu régional. Concernant les suites à donner, nous avons d’autres enjeux aujourd’hui." Sagesse et retenue, des mots d'ordre scrupuleusement respectés.

"Les élus locaux labourent le terrain chaque jour", rappelle Collomb

Quelques centaines de mètres plus à l’ouest, c’est au restaurant Iceo que Thierry Braillard et Collomb ont décoché leurs dernières flèches de campagne. Le carquois bien rempli, l’adjoint au maire de Lyon assure que personne ne viendra altérer la confiance et la légitimité de terrain dont il estime bénéficier. Dénonçant une ambiance de campagne délétère, qu’il impute exclusivement "à M. Meirieu et à ses soutiens parisiens", Braillard dénonce "les attaques inadmissibles dont a fait l’objet le maire de Lyon par des personnes qui se revendiquent de la majorité présidentielle." Jamais en reste quand il s’agit de brocarder Paris, le sénateur-maire de Lyon n’observe pas de round d’observation. "Deux ministres se déplacent entre deux trains, ils auraient mieux à faire de s’occuper de leur ministère", attaque Collomb. "Mme Duflot s’est parachutée dans une circonscription où François Hollande fait 60% des voix, son collègue (Hamon) dans une circonscription où Hollande a fait 57% des voix, continue-t-il. Quant à Christophe Borgel, qui n’a pas pu atterrir à Amiens, il repart à Toulouse sur une circonscription qui devait être réservée à une femme. Certains se servent, d’autres se battent", ironise Collomb. Entre un Paris prétendument combinard et des territoires vertueux, la communication clivante du maire de Lyon n’a bougé d’un iota. "Les élus locaux, qui labourent chaque jour le terrain, ne sont pas là pour un jour, mais pour toujours, glisse l’édile lyonnais. Nos amis qui sont venus de Paris ont pu s'apercevoir quelle était la profondeur de l'engagement militant autour de Thierry Braillard." Réponse dimanche soir.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
carabistouille le 12/06/2012 à 15:57

on espère seulement que si Braillard est élu,on le verra plus souvent au Palais-Bourbon que Collomb au Palais du Luxembourg !
sénateur ça implique aussi des obligations,pas seulement des indemnités!!!

Signaler Répondre

avatar
decoeur le 08/06/2012 à 20:57
Ecoeuré a écrit le 08/06/2012 à 19h44

Ils sont pitoyables. Je regrette d avoir vote pour eux. Je vais voter Dimanche UMP pour la première fois de ma vie

on crois très fort que vous n'êtes pas un salarié de la fédération ump

Signaler Répondre

avatar
Ecoeuré le 08/06/2012 à 19:44

Ils sont pitoyables. Je regrette d avoir vote pour eux. Je vais voter Dimanche UMP pour la première fois de ma vie

Signaler Répondre

avatar
Lucien le 08/06/2012 à 18:26

Tous ces politicards et leurs électeurs, me foutent la gerbe !

Les premiers seraient bien inspirés de se laver la bouche et le nombril, avant de l'ouvrir sur l'un ou l'autre !
Les seconds de s'acheter ou louer un cerveau avant de voter !

Ce battage médiatique, n'a qu'un but faire parler des uns et des autres !

Une attention toute particulière pour le vert donneur de leçon:
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/08/on-assiste-a-un-coup-de-force-de-la-direction-d-eelv_1698103_1471069.html

Signaler Répondre

avatar
Le Canut de Lyon le 08/06/2012 à 17:47

Collomb, pour le comprendre vraiment, il faut voir son coté admiratif du guignol lyonnais :

- se réclamer "donnons une majorité au changement" de Hollande et aller attaquer deux de ses ministres...

- donner des leçons d'assiduité à deux ministres alors qu'il ne va jamais au sénat et que depuis 2 mois il n'est plus à la mairie mais en campagne pour son Thierrynounet

- brocarder les désignés par Paris alors qu'il est devenu sénateur en 1995 parce qu'imposé par le siège parisien !

Signaler Répondre

avatar
lloiuh le 08/06/2012 à 16:44

Marcus: bossé ?il n'a rien fait Havard. Aucune réalisation à son actif

Signaler Répondre

avatar
Chlorophyle le 08/06/2012 à 15:34

Encore des méthodes de voyou de la part du candidat Collomb. Qu'espère-t-il réaliser ? Il est en train de s'isoler, même des adhérents PS... Il perdra tout, mais le risque est qu'il fasse payer son aveuglement à l'ensemble de la gauche.

Signaler Répondre

avatar
james le 08/06/2012 à 15:21

Comment on peut se réclamer d'une majorité quand on va cracher sur ses ministres ?

La campagne par la violence et l'intimidation ça suffit, le PS lyonnais est en train d'exploser par la féodalité

Signaler Répondre

avatar
Marcus le 08/06/2012 à 15:11

La blague, Havard va passer au premier tour et ça sera légitime. Il a bossé pendant 5 ans, restons sur l'existant, parce que la gauche est pas prête...Pas prête du tout...

Signaler Répondre

avatar
jm le 08/06/2012 à 14:44

Une seule réponse : Michel Havard

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.