Grève dans les cantines lyonnaises : "l’accord a été respecté rubis sur l’ongle"

Grève dans les cantines lyonnaises : "l’accord a été respecté rubis sur l’ongle"
Dominique Bolliet - LyonMag

L’adjoint au maire de Lyon en charge des ressources humaines Dominique Bollier répond dans LyonMag aux syndicats.

La grève touche ce jeudi au moins 72 des 117 restaurants scolaires de la Ville. "Il faut relativiser prévient l’ancien maire du 4e arrondissement, on enregistre jeudi 381 grévistes (dont 104 dans les restaurants scolaires) sur les 1 700 personnes qui travaillent à la direction de l’éducation, d’ailleurs ni la CGT, ni la CFDT ni FO n’ont appelé à faire grève, preuve que les accords trouvés lors du dernier conflit social, notamment sur les salaires, ont été respectés rubis sur l’ongle par la mairie." Pourtant cette fois-ci encore, les syndicats comme l’UNSA et Sud réclament plus de postes à temps plein et une diminution du nombre d’emplois précaires pour faire face à l’augmentation du nombre récurrente de demi-pensionnaires. "Cette nouvelle situation est effectivement délicate, reconnaît Dominique Bollier, mais nous essayons de faire face. Il nous faut du temps. Nous avons par exemple atteint la limite de l’enveloppe budgétaire allouée aux remplacements, c'est-à-dire les vacataires qui travaillent à l’heure. Cette enveloppe a augmenté de 85% en deux ans."
Pour le moment, la Ville de Lyon ne compte pas recruter de postes à temps plein, mais elle espère pouvoir se servir de la réforme des rythmes scolaires pour assainir la situation dans ses cantines. "Nous allons par exemple essayer de déplacer la pause des agents pour mieux couper leur journée travail. Actuellement ils mangent entre onze heures moins quart et onze heures et quart, ce serait mieux qu’ils puissent le faire entre onze heures et demi et midi. Nous avons également recruté un préventeur à temps plein. Ils sont donc désormais deux à travailler quotidiennement sur les conditions de travail dans les cantines dans lesquelles ils se déplacent pour observer ce qui peut être amélioré."
Autre idée de la municipalité, améliorer le taux d’encadrement  entre midi et deux heures. Concrètement, l’idée est de faire passer le statut des agents municipaux sous celui des Centres de Loisirs Sans Hébergement (CLSH), ce qui permettrait d’être en partie financé par la CAF.

X
1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
jm le 25/10/2012 à 18:55

Honte de rien.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.