Cumul des mandats, municipales : Gérard Collomb toujours sur la même lignée

Cumul des mandats, municipales : Gérard Collomb toujours sur la même lignée
Gérard Collomb - Photo LyonMag.com

Le sénateur-maire de Lyon était l’invité ce mercredi matin de France Culture.

L’émission se déroulait à la Sucrière de Lyon, à la veille de la 12e Biennale d’Art Contemporain. Gérard Collomb a été interrogé sur le classement dévoilé mardi par l’Express (où il était classé sixième cumulard de France) : "J’assume car on est dans une république en France qui est extrêmement centralisée, où le poids des élus locaux est extrêmement faible. Si vous n’avez pas la capacité de défendre des idées politiques au niveau national, vous n’existez pas. On est en train de passer la loi sur la décentralisation, si je n’avais pas été sénateur, elle n’aurait pas vu le jour, tout comme la métropole lyonnaise ou le Grand Paris".

A la question, s’il devait choisir entre ses mandats locaux et son mandat national, Gérard Collomb le répète: "je choisirai Lyon, la mairie, la présidence de la future métropole pour moi c’est primordial".
Concernant les municipales, le sénateur-maire de Lyon met en avant sa différence avec le Parti Socialiste : "j’essaye d’avoir un pensée originale. J’ai adhéré au PS en 1969, le Parti socialiste, c’est mes valeurs mais j’essaye de repenser un PS contemporain, je ne veux pas m’enfermer dans des pensées qui peuvent me sembler datées".

Interrogé sur la dissidence des Verts qui ont créé leur propre liste, Gérard Collomb répond : "les écologistes ont décidé d’être sur une ligne purement contestatrice, ils ont choisi pour les représenter quelqu’un qui est toujours dans la critique, la procédure, le procès. Et donc si je suivais cette ligne, tout ce qu’on fait dans l’agglomération se détruirait. Une partie des écologistes a lancé un appel pour qu’ils rejoignent le rassemblement que nous voulons lancer pour les municipales. Une partie nous a rejoint, j’espère que l’autre partie nous rejoindra avant le premier tour".
Enfin, le journaliste l’interpelle sur le fait que "Lyon est une ville de droite qui réélit un maire de gauche". Réponse du maire : "les gens adhérent, pour ceux qui se disent à gauche, le taux de satisfaction doit être de 95% et ceux qui se disent à droite, à 75%. Ça montre que les gens adhérent à ce qu’il se passe dans cette ville".

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Louison le 11/09/2013 à 14:04

De la hauteur de vue, de belles ambitions pour sa ville
Pendant ce temps Havard fait le pitre à Orléans.

Signaler Répondre

avatar
collombinet le 11/09/2013 à 11:47

Pauvre Lou Ravi

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.