Lycées par procuration

Lycées par procuration
Romain Meltz - DR

Je veux atteindre la touche entrée de mon ordinateur. Si j’y arrive, je
valide le vœu 1. Un aboutissement. Une justification pour tout ce que
j’ai enduré.

J’ai un flash : il y a trois semaines j’échappe à la fureur de Mademoiselle Lepincek en me planquant dans le chariot nettoyage dans la remise. Elle vient de découvrir que quelqu’un a lancé trois impressions frénétiques du guide 2015 d’Affelnet. C’est le guide expliquant la procédure d’orientation des élèves de 3e en classe de Seconde. 74 pages. J’avais déjà frappé deux jours avant avec l’impression couleur des 100 pages du guide Onisep sobrement intitulé "Après la 3e". Ma tête est mise à prix par le service économat.

Ma femme a posé deux RTT pour lire le guide Affelnet et celui de l’Onisep. Elle a fusillé deux surligneurs (le premier – également volé à Mademoiselle Lepincek – s’est asséché à la page 58). Elle maitrise la différence entre "vœu générique" et "vœu contingenté". Mais elle n’a jamais pu saisir celle séparant "secteur de rattachement" et "secteur d’affectation". Tout n’a pas été négatif pour autant. Je me rappelle le rire nerveux qui égaya notre nuit de couple quand elle lut (p.28) : "Les élèves de 3e SEGPA ou 3e dispositif alternance qui formulent des vœux en 2de professionnelle peuvent bénéficier d’un bonus visant à compenser le coefficient de 0,7 appliqué à leurs notes. Pour cela, ils établissent un dossier que le chef d’établissement transmet à la DSDEN du premier vœu. Une commission pré-PAM examine les dossiers et détermine l’octroi ou non du bonus".
Notre détermination en a pourtant pris un coup  quand nous avons compris qu’il fallait télécharger aussi l’additif au guide ONISEP pour savoir que le lycée Colbert proposait en fait bien l’enseignement création et activités artistiques arts visuels (ce que nous ignorions).

Dans ces conditions, comment choisir LE bon lycée pour notre fille Lou, actuellement au Collège Bellecombe dans le 6e arrondissement ? Cette fille dont les deux mains potelées sont plaquées sur le clavier de l’ordinateur dont je vous parlais plus haut. Lou est le dernier rempart entre moi et le vœu 1. Pour être plus précis : ma fille est un des deux derniers remparts. L’autre est ma femme, recroquevillée derrière moi avec le fusil de chasse de son oncle. Je crois qu’il n’est pas chargé. Elle le pense aussi. Elle a donc pris  la précaution de dénuder deux fils électriques arrachés au lampadaire de tante Jeanne pour appuyer son point de vue. Une certaine tension règne dans ma famille.
La faute aux IVAL qui sont tombés ce mercredi.
Les IVAL ? C’est là, si ça vous intéresse.

Ça sert à voir si un lycée fait son travail ou pas. C’est donc une indication ESSENTIELLE pour ceux qui veulent choisir un lycée pour leur enfant. Personnellement je pense que rien ne vaut le Lycée du Parc. Classé numéro 1 (parmi les lycées publics) l’année dernière !  J’avais fait bien valoir mon point de vue depuis un an. Catastrophe : cette année il n’est que deuxième. Devancé par la Martinière Diderot. Mais le taux de réussite au bac n’est pas tout. Il faut aussi prendre le taux de réussite, le taux d’accès, et la valeur ajoutée de ces deux indicateurs.

Ma femme :
" - Tu nous épuises avec ta valeur ajoutée. A quoi ça sert ?
- Si un lycée n’a que des élèves qui ont eu des notes pourries au brevet des collèges, si il n’y a que des garçons qui en plus ont redoublés, avec des parents eux même au chômage depuis vingt ans, personne ne s’attend à ce qu’ils aient le bac. Si malgré tout ils ont leur bac, c’est que le lycée a apporté beaucoup de valeur ajoutée. Par exemple : + 7 % de réussite par rapport à ce qui était attendu.
- Et il a combien de valeur ajoutée ton Lycée du Parc ?
-ben… 0%", je suis obligé d’avouer.

Ma femme hurle :
" -  Jamais ma fille n’ira dans un lycée qui a 0 en valeur ajoutée du taux de réussite" (elle comprend vite les indicateurs complexes quand elle est vraiment en colère). Je hurle aussi :
"-  Le Parc ne peut pas avoir de valeur ajoutée : leurs élèves réussiraient même s’ils préparaient le bac dans un bordel de Saïgon . Ils ont 98% de réussite au bac quand même.
- On dit Ho-Chi-Minh-Ville, vocifère ma fille qui a eu un très bon prof d’histoire géo cette année. Jamais j’irais au Parc de toute ma vie. Je veux faire du théâtre,  de l’histoire de l’Art et du Grec ancien au Lycée Saint Just. Il est trop beau ce lycée en plus !
- Je préférerais te voir pensionnaire à Ho-Chi-Minh-Ville que dans ce Lycée qui a – 5% en valeur ajoutée du taux de réussite cette année et qui a eu – 4% l’année dernière".

Ma femme demande la parole en agitant le fusil de l’oncle Pierre. Elle regarde les indicateurs IVAL :
"-  Qui a la meilleure valeur ajoutée dans le taux de réussite alors ? Marcel Sembat à Vénissieux ?  Ils ont +5% c’est ça ?
- Non, là tu lis l’année dernière. Cette année ils ont 0%".

Toutes les deux me regardent fixement. L’ambiance est lourde.
Et pourtant ce n’est qu’une répétition. Lou vient juste d’entrer en 6e.

Romain Meltz
@lemediapol

Tags :

Meltz

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
@lemediapol le 08/04/2015 à 17:42
Commissaire a rien a écrit le 01/04/2015 à 18h20

Romain ne te stresse pas ta fille aura une bonne place. !!!!!!!

je l’entraîne très dur pour cela...

Signaler Répondre

avatar
@lemediapol le 08/04/2015 à 17:42
gilles bb a écrit le 01/04/2015 à 19h42

Hahaha sympathique billet qui parle aussi bien du stress parental, de la paperasse incompréhensible pour comprendre les orientations que de ces "cotations" de lycées.

Ca m'a fait sourire mais je pense que les parents qui sont en plein dedans comme ceux qui sont tuteurs d'enfants en terminale et qui ont rentrés tous les voeux sur l'APB hallucinent aussi.

Bientôt et pour comprendre comment orienter nos enfants il faudra un nouveau métier: Conseiller d'Orientation des Parents pour les aider à valider leurs choix

ah ! je crois en fait que ça existe déjà.

Signaler Répondre

avatar
@lemediapol le 08/04/2015 à 17:41
Ghisl9 a écrit le 06/04/2015 à 19h03

J'ai passé un super moment à lire cet éditorial. Vous m'avez tenu en haleine ! En espérant que vous n'avez pas dormi sur le sofa...

Oui.
Hier
:-)

Signaler Répondre

avatar
Ghisl9 le 06/04/2015 à 19:03

J'ai passé un super moment à lire cet éditorial. Vous m'avez tenu en haleine ! En espérant que vous n'avez pas dormi sur le sofa...

Signaler Répondre

avatar
gilles bb le 01/04/2015 à 19:42

Hahaha sympathique billet qui parle aussi bien du stress parental, de la paperasse incompréhensible pour comprendre les orientations que de ces "cotations" de lycées.

Ca m'a fait sourire mais je pense que les parents qui sont en plein dedans comme ceux qui sont tuteurs d'enfants en terminale et qui ont rentrés tous les voeux sur l'APB hallucinent aussi.

Bientôt et pour comprendre comment orienter nos enfants il faudra un nouveau métier: Conseiller d'Orientation des Parents pour les aider à valider leurs choix

Signaler Répondre

avatar
Commissaire a rien le 01/04/2015 à 18:20

Romain ne te stresse pas ta fille aura une bonne place. !!!!!!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.