Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Immobilier : les prix dans l’agglo

Les prix baissent et les délais de vente s'allongent dans la plupart des communes de l'agglomération lyonnaise, où seuls les secteurs résidentiels résistent.

Caluire-Rillieux
Achat ancien : 1 700-3 000 euros/m2. Achat neuf : 3 000-3 600 euros/m. Location : 8-13 euros/m2
Caluire reste un marché demandé par les familles plutôt aisées qui sont attirées par la qualité de vie, les espaces verts et la proximité de Lyon, même si les bouchons sont très fréquents pour se rendre en ville. Mais les délais de vente s’allongent. Sur le plateau, un secteur très recherché, compter entre 2 900 et 3 000 euros le m2 pour un bel appartement ancien. Avec par exemple ce grand F2 de 57 m2 au centre du bourg vendu plus de 170 000 euros le m2. En revanche, les prix sont plus abordables le long de la Saône et du Rhône où on peut trouver des appartements à 2 500-2 700 euros le m2. Pour les maisons, c’est cher. A Vassieux on trouve surtout de belles maisons du XIXe siècle. Compter environ 1 million d’euros pour une grande maison de soyeux avec un grand terrain. Même les maisons de lotissement sont chères : une maison des années 80 de 280 m2 avec un peu de terrain est en vente depuis quelques mois à 680 000 euros. Légèrement au dessus du prix du marché, surtout qu’elle nécessite un bon rafraîchissement. Plusieurs programmes neufs à Caluire. Avec des appartements qui se vendent entre 3 000 et 3 600 euros le m2.
Evidemment, les prix sont beaucoup plus abordables à Rillieux la Pape, une ville qui n’a pas une très bonne image. Dans le secteur de la ville nouvelle, on trouve des appartements à moins de 2 000 euros le m2. Comme ce F5 de 84 m2 avenue de l’Europe vendu 156 000 euros. Enfin, les locations restent chères à Caluire. Compter 12 à 13 euros du m2, voire plus pour un appartement de standing avec vue. A Rillieux, la fourchette est beaucoup plus large selon la qualité et la situation des appartements : de 8 à 11 euros le m2.

Décines
Achat ancien : 2 000-2 600 euros/m2. Achat neuf : 2 800-3 500 euros/m2. Location : 8-12 euros
Comme l’année dernière, les prix stagnent à Décines. Mais les biens immobiliers en bon état et bien situés continuent à se vendre, alors que ceux qui sont moins bien situés voient leur prix baisser. C’est surtout le cas des appartements implantés près du terrain où l’OL veut construire son stade, mais aussi ceux qui sont situés à la limite de Vaulx-en-Velin. A l’inverse, le centre-ville est très demandé, surtout depuis l’arrivée du tramway Lea. Du coup, le prix des appartements atteint 3000 euros le m2. Comme ce T4 de 85 m2 installé au dernier étage d’un immeuble des années 2000 et qui s’est vendu 250 000 euros. Et avenue Jean Jaurès, un programme de logements neufs est en cours de livraison pour 3400 euros le m2. Mais il y a de bonnes affaires à saisir dans le secteur situé à la limite de Meyzieu où les prix atteignent 2 600 à 2 700 euros le m2 alors que c’est un quartier calme et facile d’accès de Lyon, par la rocade est. Exemple : ce T3 de 78 m2, situé dans un immeuble, avec un balcon de plus de 30 m2 et sans ascenseur s’est vendu à 210 000 euros.

Genas-Chassieu
Achat ancien : 2 700-3 000 euros/m2. Achat neuf : 2 900-3 300 euros/m2. Location : 9-10 euros/m2
Les prix sont stables depuis septembre 2007 dans ce secteur, le plus coté de l’Est lyonnais, où on trouve aussi des appartements, de belles villas, des lotissements ou des maisons de village. D’ailleurs ces communes assez préservées et calmes attirent de plus en plus cadres. Notamment parce qu’elles sont très accessibles par les autoroutes. Les prix atteignent 2 700 à 3 000m2 dans l’ancien, soit pratiquement le prix du neuf. On peut encore trouver quelques maisons à 2 500 euros le m2, mais elles ont été construites dans les années 1960-1970 et elles exigent une rénovation importante. A Genas, pour un appartement de 65m2 du début des années 1990, compter 200 000 euros. Une maison de 90m2 dans un lotissement avec 250m2 de jardin s’est vendue récemment 280 000 euros. A Chassieu le secteur situé près de la zone industrielle est moins coté. Alors que Chassieu le haut, avec ses petites maisons très calmes, est plus recherché, sauf près de la rocade ou de la tour hertzienne. A noter que deux programmes neufs vont bientôt être livrés à Genas. Avec des prix entre 2 900 et 3 300 eurosm2. Mais tout a déjà été vendu. A noter encore que de nouveaux programmes pourraient être lancés cette année. Pour une location dans ce secteur, compter autour de 10 euros le m2.

Meyzieu
Achat ancien : 1 800-2 600 euros/m2. Achat neuf : 2 900-3 300 euros/m2. Location : 7-12 euros/m2
“Les prix ont presque doublé en cinq ans à Meyzieu”, souligne Jérôme Javazzo, de l’agence immobilière Foncia Grand Large en ajoutant : “Quand le marché lyonnais a commencé à être saturé, les gens se sont intéressés à l’est de l’agglomération. Et très vite, la demande a dépassé l’offre.” Les prix se sont un peu stabilisés en 2007, mais ils restent encore élevés. Pour une maison de 120m2 avec 500m2 de terrain au Grand Large, il faut compter au minimum 350 000 euros. En revanche, dans le centre, on trouve des maisons de 90m2 avec 250m2 de terrain à moins de 300 000 euros. Mais le quartier le moins cher reste celui des Plantés, avec des maisons individuelles de surface équivalente qui se négocient autour de 200 000 euros. Pour les appartements, qui ne représentent que 30 % de l’habitat à Meyzieu, les prix vont de 3 000 à 3 300 euros le m2 dans le neuf, contre 2 500 à 2 700 euros dans l’ancien. En location, compter de 9 à 12 euros le m2 pour un T2, et de 7 à 9,5m2 pour un T4 ou un T5. Alors que les maisons dépassent rarement les 1 000 euros. Avec l’arrivée du tramway en 2006, plusieurs programmes immobiliers ont été réalisés. Et de nombreux autres programmes sont à venir, notamment dans le centre, et qui doivent être livrés en 2009. Compter 3 200 euros le m2 pour une petite surface et autour de 2 500 euros le m2 pour un T4.

Monts d’Or
Ancien : 4 000-4 500 euros. Neuf : 4 300-5 000 euros. Location : 10-14 euros
Les Monts d’Or, notamment Saint-Didier et Saint-Cyr, sont toujours les communes les plus cotées de la région lyonnaise, avec Charbonnières. Résultat, les prix sont les plus élevés, jusqu’à 5 000 euros le m2 pour du neuf. Mais on trouve surtout des maisons individuelles haut de gamme. Et les transactions sont nombreuses, car leurs propriétaires, une fois à retraite, préfèrent vendre pour s’installer dans des résidences à Ecully ou dans des appartements dans le 2e ou le 6e arrondissement, explique Hubert Chateau, directeur de l’agence Century 21. A Saint-Didier au Mont-d’Or, une maison ancienne sur les hauteurs avec une très belle vue sur les monts du Lyonnais, 220m2 de surface habitable et 1 850m2 de terrain, s’est vendue 850 000 euros. A Saint-Cyr, une maison de 250m2 et 1 700m2 de terrain, avec piscine et vue sur Caluire, est partie à 900 000 euros. Plus chère, une propriété à Saint-Didier de 320m2 avec piscine et 4 000m2 de terrain s’est négociée 1,25 million d’euros. Enfin, en plein centre de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, une villa de 400m2 avec 13 000m2 de terrain a été vendue en début d’année 3,3 millions d’euros.

Tassin - Francheville - Ste-Foy-lès-Lyon
Ancien : 2 200-2 500 euros. Neuf : 3 000-4 000 euros. Location : 9-12 euros
Dans ces trois communes très urbaines, on trouve avant tout des appartements. Même s’il y a encore des secteurs résidentiels avec des villas. Exemple, Francheville le bas et le centre de Tassin sont très urbanisées alors que Francheville le haut et Tassin le bourg proposent des maisons individuelles de bon standing. Pour les appartements, on trouve à Francheville le bas des T4 anciens de 80m2 à 199 000 euros ou des T3 neufs de 70m2 à 230 000 euros. A noter qu’une dizaine de programmes neufs sont en cours à Tassin dans le secteur de la mairie. Un quartier entièrement rénové. Avenue Charles de Gaulle, les 100 logements d’un programme Bouygues ont presque tous trouvé preneur. Reste un T3 de 60m2 à 197 000 euros. Pour ceux qui cherchent une maison, on trouve aussi des produits exceptionnels dans le centre de Tassin comme cette belle maison de ville ancienne qui a beaucoup de cachet. Avec 210m2 pour un terrain de 350m2, elle a été vendue 900 000 euros. Une bastide à Tassin le bourg près de l’église Saint-Joseph, un quartier résidentiel et calme très recherché, s’est également vendue récemment à 690 000 euros pour 160m2 habitable avec une piscine et 1 700m2 de terrain. Du côté de Sainte-Foy-lès-Lyon, les prix sont aussi assez élevés, jusqu’à 4 000 euros le m2 dans le neuf. Normal, car on est à seulement dix minutes de la place Bellecour. Exemple, une belle maison de 200m2 avec 2 500m2 de terrain et une piscine s’est vendue 850 000 euros.

Ouest lyonnais
Ancien : 3 300-3 700 euros. Neuf : 2 800-3 500 euros. Location : 9-11 euros euros
Dardilly, La Tour-de-Salvagny, Marcy-l’étoile, Saint-Genis-les-Ollières, Craponne... Dans ces communes de la ceinture ouest de Lyon, les prix sont aujourd’hui quasi stables, alors qu’ils augmentaient de 15 % par an entre 2000 et 2005. Mais ces communes proches de Lyon restent très demandées par des primo-accédants ou des familles qui veulent quitter Lyon pour acheter une maison à la campagne mais pas trop loin de Lyon. On retrouve donc beaucoup de produits standard, avec des lotissements de maisons mitoyennes, notamment à Marcy-l’Etoile et Craponne. Des maisons individuelles de 85m2 en moyenne, qui se vendent entre 250 000 et 300 000 euros. De plus, les délais de vente s’allongent, car les banques exigent souvent désormais plus du quart de la somme en apport. Du coup, le marché se tasse. Exemple, à Craponne, un programme ambitieux est en danger, car seulement 3 des 30 lots prévus ont déjà été vendus. Plus accessibles, les appartements situés dans les immeubles au centre-ville. Exemple, à Dardilly, un T2 de 51m2 s’est vendu 153 000 euros. Et dans le centre, un T4 de 78m2 avec deux chambres s’est vendu à 226 000 euros.

Ecully-Charbonnières
Ancien : 2 900-3 700 euros. Neuf : 4 000-4 800 euros. Location : 11-14 euros
Situé dans l’Ouest lyonnais, Ecully et Charbonnières sont toujours très cotées. Avec des prix entre 3 500 et 4 500 le m2. Dans le neuf comme dans l’ancien. Ecully a notamment beaucoup de grands immeubles de standing destinés à une clientèle aisée. Des appartements très demandés. D’ailleurs, l’Ecrin de verdure” un programme bientôt livré dans le centre, est déjà complet. Dans une autre résidence des années 1970, un 124m2 avec piscine et tennis s’est vendu à 518 000 euros. A noter que les grandes barres luxueuses avec piscines et tennis ont moins la cote, car les charges sont élevées. Les retraités préfèrent des résidences de taille moyenne, proches des petits commerces.
A Charbonnières, il y a beaucoup moins de grands ensembles en raison de la topographie de la ville, divisée par une rivière avec deux versants assez escarpés. D’ailleurs dans le centre, un nouveau complexe d’une trentaine d’appartements, le Mazarin, est en cours de construction mais déjà complet. A noter également que près de la nationale 7 Green Park propose un T4 de 87m2 à 345 000 euros. Mais Charbonnières est surtout cotée pour ses maisons individuelles haut de gamme très recherchées, notamment par ceux qui recherchent un cadre de vie plus “vert”. Sur le versant ouest, une maison de 165m2 avec 1 700m2 de terrain s’est vendue à 670 000 euros. Plus haut de gamme, une belle villa de 350m2 avec 2 000m2 de terrain a été achetée 1,4 million d’euros.

Val de Saône
Ancien : 2 000-2 300 euros. Neuf : 2 700-3 000 euros. Location : 10-12 euros
Cailloux-sur-Fontaines, Albigny, Fontaines-sur-Saône, Neuville... Toutes ces communes des bords de Saône situées au nord de Lyon sont très recherchées par les Lyonnais qui fuient la ville mais qui n’ont pas les moyens d’acheter une maison dans les Monts d’Or. Des nouveaux arrivants attirés par les facilités d’accès. La rocade est en effet toute proche, mais surtout, en prenant le train à Montanay par exemple, on est à moins de dix minutes de la Part-Dieu. “Dans le Val de Saône, les gens en ont marre des grandes villas”, explique Karine Cochet, de l’agence locale Karine Immo. Du coup, les gens recherchent surtout des maisons de village avec du cachet. Exemple, à Cailloux-sur-Fontaines, une maison de 80m2 située dans le centre, avec des travaux à faire, est partie à 200 000 euros. Toujours à Cailloux, une maison de 130m2 avec 1 000m2 de terrain s’est vendue à 320 000 euros. Mais on peut aussi trouver des appartements, même s’ils sont plus rares dans ce secteur moins urbanisé. Comme ce T3 à Fontaines de 70m2 avec deux chambres, qui s’est vendu 90 000 euros à Fontaines.

Bron
Achat ancien : 1 800-2 800 euros/m2. Achat neuf : 2 600-3 200 euros/m2. Location : 9-11 euros/m2
Les prix sont stables à Bron, et le dernier trimestre a même été “sinistré” selon un commercial de Guy Hoquet immobilier, qui constate d’ailleurs qu’en 2007, les demandes d’information à la vente ou à l’achat ont baissé de moitié par rapport à 2006. Les prix ont même légèrement baissé dans ces secteurs, comme le quartier des Essarts, notamment pour les immeubles des années 1960-1970 qui sont proches de Mermoz. Avec beaucoup d’appartements à vendre entre 1 800 et 2 000 euros le m2. Les secteurs qui restent les plus demandés : le centre, avec par exemple un T2 de 51m2 vendu 155 000 euros avec un garage, soit 2 800 euros le m2. Le secteur du Fort reste également recherché, entre 2 800 et 3 000 le m2, soit pratiquement le prix du neuf qui se négocie entre 2 900 et 3 200 euros le m2, voire plus pour des studios ou des T1. Plusieurs programmes sont en cours de réalisation à Bron. Pour la location, il faut compter en moyenne 9 euros le m2, mais les prix peuvent monter jusqu’à 11 euros selon le standing.

Oullins - Pierre-Bénite
Ancien : 2 400-2 500 euros/m2. Neuf : 3 000-3 200 euros/m2. Location : 9-11 euros/m2
Les prix ont augmenté de près de 5% dans ce secteur en 2007. Oullins reste une zone très recherchée, car cette commune est située à seulement dix minutes de Lyon. Du coup, de nombreux programmes neufs ont été inaugurés en 2007. On peut notamment signaler la construction de petits immeubles de 5 étages, les Sémaphores, qui proposent, en plein centre d’Oullins, des logements allant du T2 au T5. On trouve aussi beaucoup de maisons à la vente et à la location. Exemple : une maison des années 1940, de 120m2, rénovée, avec 4 chambres s’est vendue 300 000 euros. A Pierre-Bénite, la demande est plus faible, cette commune ayant encore une mauvaise image, car elle est proche de l’autoroute et compte de nombreux HLM et des immeubles assez vétustes. Du coup, les prix sont 10 à 20% moins élevés qu’à Oullins. Exemple : un appartement de 70m2 dans un immeuble des années 1960, avec le double vitrage et l’électricité, refait à neuf, s’est vendu 117 000 euros à Pierre-Bénite alors qu’un appartement du même style s’est vendu 142 000 euros à Oullins.

Sud-Ouest
Ancien : 2 700-2 800 euros/m2. Neuf : 3 300-3 500 euros/m2. Location : 11 euros/m2
Le Sud-Ouest lyonnais est un secteur très recherché par les cadres. Et après une hausse des prix de plus de 10%, les prix se sont stabilisés en 2007. Dans des villes comme Charly ou Vernaison, il y a de très belles maisons en vente, comme cette villa de 180m2 dans un petit lotissement, avec 740m2 de terrain, qui s’est vendue 450 000 euros. On trouve aussi un certain nombre de maisons d’exception, comme cette maison de 352m2 qui, avec 10 pièces dont un salon de 70m2 et 3 300m2 de terrain avec piscine, s’est vendue 730 000 euros. Et la demande est de plus en plus forte. A Charly, trois lotissements ont été créés, soit une cinquantaine de nouvelles maisons. En revanche, il y a très peu de location dans ce secteur où les loyers dépassent les 1 200 euros mensuel pour une villa de 100m2 avec un petit terrain.

Corbas-Mions
Ancien : 2 300-2 500 euros/m2. Neuf : 3 000 euros/m2. Location : 10 euros/m2
Dans ce secteur les prix se sont stabilisés en 2007, malgré une hausse de la demande, notamment à Mions dans la nouvelle zone industrielle de Saint-Priest où des cadres expatriés recherchent des maisons pavillonnaires avec un petit terrain. Du coup, les prix restent élevés. Comme pour cette maison neuve de 90m2 en plein centre de Mions avec seulement 15m2 de terrain, qui s’est vendue plus de 300 000 euros. Et les programmes neufs continuent à voir le jour. D’ailleurs, deux programmes pavillonnaires vont être livrés en 2008, avec une partie à la location. Même tendance à Corbas, où un appartement de 65m2 dans l’ancien, situé à proximité du centre, s’est vendu 152 000 euros. Et les programmes neufs sont nombreux. Comme cet immeuble collectif de 3 étages qui propose des appartements de type T2 à T5 pour 3 000 euros le m2 à la vente. Par contre, il y a peu de locations dans ce secteur.

Feyzin

Ancien : 2 400 euros/m2. Neuf : 2 600-2 700 euros/m2. Location : 7-10 euros/m2
La commune de Feyzin souffre encore d’une image de ville polluée à cause de la raffinerie et des usines chimiques. Du coup les prix sont un peu moins élevés que dans le reste de l’agglomération. Mais les prix varient aussi entre Feyzin le bas, qui est proche de la raffinerie, de l’autoroute et de la voie ferrée, et Feyzin le haut, beaucoup plus tranquille et préservé. Compter une différence de 500 euros le m2 entre les deux zones. Même différence de prix pour les locations. Exemple : une maison de 130m2 à Feyzin le bas se loue 800 euros pas mois, alors que pour 1 000 euros mensuel on trouve des maisons de 100m2 à Feyzin le haut. De plus, la majorité des logements disponibles à Feyzin date des année 1980-1990. Même s’ils sont encore en bon état, il faut souvent refaire les façades. Du coup, un programme neuf est prévu en 2008. Il s’agit d’une trentaine de logements de 40-45m2 dans une petite copropriété en plein centre-ville, qui devraient être vendus 2 600 euros le m2.


Vaulx-en-Velin
Achat ancien : 1 400-2 000 euros/m2. Achat neuf : 2 000-3 000 euros/m2. Location : 7-10 euros/m2
Les prix sont stables depuis deux ans à Vaulx-en-Velin. Mais le secteur de la Soie se développe fortement avec l’arrivée du métro en 2007. Exemple : un petit studio de 32m2, situé au premier étage d’un immeuble construit en 2005, s’est vendu à 96 500 euros, soit plus de 3 000 euros le m2. Mais les petites surfaces sont toujours plus chères. En revanche le prix moyen du m2 à Vaulx-en-Velin se situe autour de 1 400-1 600 euros. Abordable, mais la commune continue à souffrir d’une mauvaise image. Et du coup, ce sont surtout des habitants qui achètent. Dans le Village, compter 180 000 euros pour un T3 de 83m2 en rez-de-jardin de 90m2 dans un immeuble de 2 étages, soit moins de 2 200 euros le m2. Beaucoup de programmes neufs sont en construction, mais la plupart se sont vendus assez rapidement. Compter entre 2 700 et 3 000 euros le m2 pour un studio et entre 2 100 et 2 300 euros pour une grande surface de 65 à 80m2. A la location, compter 300 euros pour un T1, et 650 euros pour un T5.

Vénissieux, Saint-Fons
Ancien : 1 200-2 500 euros/m2. Neuf : 2 500-2 800 euros/m2. Location : 9-10 euros/m2
Les prix sont stables dans ce secteur, même si à la vente, ils peuvent varier de 1 200 euros le m2 aux Minguettes à 2 500 euros le m2 dans les quartiers de Parilly et de Moulin-à-Vent. Cependant même si le quartier des Minguettes souffre encore de sa mauvaise réputation, c’est un secteur de plus en plus demandé. Les aménagements réalisés et l’installation de caméras de vidéosurveillance attirent de nouveaux habitants. Mais si les prix ont légèrement augmenté par rapport à 2006, le m2 est nettement moins cher que dans les autres quartiers. Du coup, les transactions aux Minguettes sont souvent très rapides. Exemple : un appartement de 67m2 dans l’ancien s’est vendu 90 000 euros en seulement 48 heures. A Saint-Fons, le délai pour une transaction tourne autour de trois mois, comme pour cet appartement ancien de 65m2 qui, situé au centre de Saint-Fons, s’est vendu 135 000 euros. Pour les maisons, il faut compter minimum 240 000 euros. On trouve sans problème des maisons à la vente, mais les locations sont très rares et elles dépassent souvent les 1 000 euros par mois pour 100m2 habitable. A noter que des programmes sont en cours de construction à Parilly et boulevard Laurent Gerin à Vénissieux. Mais la moitié des appartements sont vendus directement sur plan, car les prix restent avantageux par rapport à ceux de Lyon intra-muros. Il s’agit de logements type F2-F4 avec un petit balcon, qui se vendent 2 700 euros le m2.

Saint-Priest
Ancien : 1 600-1 800 euros/m2. Neuf : 2 500-2 600 euros/m2. Location : 8-10 euros/m2
Après des hausses de près de 10% par an depuis 2001, les prix à Saint-Priest se sont stabilisés et ils sont même en légère baisse. Exemple : un T4 de 80m2 en plein centre de Saint-Priest, qui se serait vendu 165 000 euros en 2006, se négocie aujourd’hui à 155 000 euros. Les quartiers les plus demandés : Renaison, Manissieux et la Fouillouse, car ils sont très calmes. Du coup, les prix sont plus élevés. Exemple : à Manissieux, une maison de 130m2 sur deux niveaux avec un sous-sol aménageable, une grande terrasse et un jardin de 1 000m2 avec piscine, s’est vendue près de 320 000 euros. A l’inverse, les locations de T3, entre 65 et 70m2, sont très recherchées par les couples. Et comme l’offre n’est pas suffisante à Saint-Priest, les prix ont augmenté de plus de 10% en un an. De plus les délais de vente sont courts, dix-sept jours seulement, voire moins. Exemple : une maison de 70m2 rue Grizard avec un terrain de 100m2 s’est louée pour 850 euros par mois en seulement 24 heures. Du coup, de nouveaux programmes neufs vont voir le jour en 2008, comme cette copropriété de 5 étages à l’angle des rues Edouard Herriot et la Cordière.



Tags : immobilier |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.