Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Les Subsistances

Un rapport de la chambre des comptes étrille la gestion des Subsistances

Les Subsistances

Manque de transparence, copinage, surestimation de la fréquentation, rémunération des dirigeants épinglés, manque de contrôle de la ville de Lyon, déontologie du commissaire aux comptes mise à l’index… La chambre régionale des comptes dresse un constat accablant de la gestion des Subsistances.

Après lecture du rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur les Subsistances, il y a un moment d’hésitation.

Accabler la ville de Lyon épinglée pour être "formellement peu investie dans le suivi des actions menées malgré l’importance de son soutien financier et matériel qu’elle lui accorde". Ou bien s’inquiéter de la gestion de Guy Walter, le directeur de la structure qui dirige également la Villa Gillet, dont la rémunération est de « 9 fois supérieur au SMIC et au-delà de 9000 euros".
 
Les observations de la CRC portent sur la période 2008-2013. Lieu consacré à l’émergence artistique, les "Subs", doté d’un budget de 3,7 millions d’euros, reste un établissement à nul autre pareil dans le paysage culturel français. A quelques exceptions près (Belle de mai à Marseille, le 104 à Paris), les Substances consacrent ses efforts à accueillir des compagnies en résidence afin d’aider à la création artistique et de favoriser l’émergence de nouvelles esthétiques.

Copinage… ?
Mais la chambre relève que les conditions d’accueil des compagnies d’artistes sont "peu transparentes""Le processus de sélection en lui-même n’est pas plus encadré. Les dossiers sont examinés principalement par le directeur [Guy Walter] et la directrice déléguée [Cathy Bouvard], sans que leur décision ne fasse l’objet de compte-rendu ou d’une motivation. Il ne ressort pas des comptes rendus du conseil d’administration que celui-ci validerait la sélection".

Le rapport critique donc le choix du prince qui laisse la porte ouverte à tous les copinages. Cette critique est d’ailleurs récurrente dans le monde culturel lyonnais. La chambre préconise la mise en place d’une commission de sélection afin "d’analyser les candidatures formellement déposées".

En appui de ses constats, la CRC note que "49% des résidences de la période ont été attribuées à des compagnies accueillies plusieurs fois . 20% des compagnies bénéficient d’un peu moins de la  moitié des résidences. Certaines d’entre-elles ont bénéficié de 4 ou 5 résidences sur ces six dernières années".

Les dirigeants des Subs assument et expliquent que des artistes ont besoin d’être suivis sur le long terme. "Cependant, la chambre relève qu’aux Subsistances […] il ne s’agit pas de résidences sur un même projet qui se prolongeraient sur plusieurs saisons, mais de multiples résidences successives accordées aux mêmes artistes sur des projets différents".

Abandon des droits
Par ailleurs, alors que les Subsistances financent la résidence des compagnies et leur création artistique, elle abandonne ses droits de coproducteur sur les spectacles créés. "Autrement dit, la réussite et l’exploitation d’un spectacle créé aux Subsistances n’entrainent aucune retombée financière pour  [les Subsistances]. Pourtant, un partage des droits sur la coproduction est juridiquement envisageable".

Baisse de la fréquentation
Pour la chambre, la structure connaît mal ses chiffres de fréquentation et les surestime. Elle avance le chiffre de 40 000 spectateurs par an dans ses documents de communication alors que le rapport révèle qu’ils sont deux fois moins nombreux et même de moins en moins présents. "De 23 000 spectateurs pour la saison 2008-2009, la fréquentation est tombée à environ 17 000 spectateurs pour la saison 2013-2014 ". Toutefois, cette baisse est à relativiser puisque en grande partie due à moins de festivals organisés.

Gouvernance
La chambre épingle d’autres aspects de la gestion des Subsistances, notamment sa gouvernance. Gérée sous le statut d’une association loi 1901, les Subsistances pourraient être rattraper par l’administration fiscale en raison du risque d’une gestion de fait de la part des directeurs salariés de la structure dont l’un perçoit plus de 9 SMIC, ce qui semble contradictoire avec le caractère en théorie non lucratif d’une association loi 1901.

La ville de Lyon a conscience de la plupart des constats sévères que dressent le rapport de la CRC et y apportera des réponses. Georges Képénékian, l’adjoint à la culture de la ville, a d’ailleurs incité, dès le début de l’année 2015, la direction des Subs à reconsidérer une partie de son projet.

Slim Mazni



Tags : Le Subsistances | Chambre Régiionale des comptes | Georges Képénékian |

Commentaires 29

Déposé le 06/10/2015 à 15h03  
Par bellac Citer

bellac a écrit le 06/10/2015 à 14h19

(suite de mon message)

Sur l'efficacité de la cour des comptes, nous avons un exemple tout récent :

http://www.franceinter.fr/emission-le-cabinet-de-curiosites-la-chasse-aux-notes-de-taxis-a-france-televisions


mais c'est vrai, Lyon, à côté, paraît tout petit avec les dépenses sans objet de nos roitelets rhônalpins.....
Il n'empêche, la république est une et indivisible, et elle a pour devise notamment, l'égalité.

Donc, on peut toujours écrire au" canard enchaîné" pour expliquer le "problème des subsistances" (mais nous ne sommes plus en 1788) et mettre un pavé dans la mare (pas une "mini-mare"). Je suis certain que cela intéressera l'hebdomadaire.

pour "????"


Pour accompagner les initiatives de la chambre régionale des comptes, une procédure n'est pas nécessairement une perte de temps. Tout dépend de l'enjeu. Cette procédure peut s'accompagner d'une "annonce à la presse", qui peut lui conférer un peu plus d'efficacité.

Dans le cas d'espèce, il y a bien matière à ouvrir un contentieux à raison de toutes les pratiques corruptives que révèle ce rapport de la chambre régionale des comptes, mais pour ouvrir un contentieux de cette nature, il faut bien sûr, un "intérêt à agir".

Il y a bien au moins un avocat en droit public, à Lyon (les cabinets ne manquent pas) pour vous expliquer cela.

Déposé le 06/10/2015 à 14h19  
Par bellac Citer

???? a écrit le 01/10/2015 à 18h23

Pas nécessairement, il doit y avoir moyen de s'en servir pour un dépôt de plainte pour mauvaise gestion des fonds publics, maintenant qui veut payer et perdre son temps à suivre la procédure ?

(suite de mon message)

Sur l'efficacité de la cour des comptes, nous avons un exemple tout récent :

http://www.franceinter.fr/emission-le-cabinet-de-curiosites-la-chasse-aux-notes-de-taxis-a-france-televisions


mais c'est vrai, Lyon, à côté, paraît tout petit avec les dépenses sans objet de nos roitelets rhônalpins.....
Il n'empêche, la république est une et indivisible, et elle a pour devise notamment, l'égalité.

Donc, on peut toujours écrire au" canard enchaîné" pour expliquer le "problème des subsistances" (mais nous ne sommes plus en 1788) et mettre un pavé dans la mare (pas une "mini-mare"). Je suis certain que cela intéressera l'hebdomadaire.

Déposé le 06/10/2015 à 09h45  
Par bellac Citer

mik a écrit le 01/10/2015 à 18h09

et malheureusement comme tout rapport de la CDC, il n'est que consultatif et ne sert à rien puisque jamais suivi d'effet concret quelle que soit la dérive ou le scandale dénoncé. Juste au moins nous avertir (et donc nous foutre un peu plus les boules..). Merci à vous de l'avoir au moins dévoilé ici

"malheureusement, tout rapport de la CDC n'est que consultatif".
Vous vous trompez : c'est sur la base de ces rapports, précisément que la juridiction financière intervient pour juger les comptes des comptables et demander à la cour de discipline financière pour juger les ordonnateurs.


Ceci dit, à l'instar de toute juridiction, une procédure, cela prend du temps.... mais cela ne se prescrit pas pour 3 ans !

Déposé le 01/10/2015 à 18h23  
Par ???? Citer

mik a écrit le 01/10/2015 à 18h09

et malheureusement comme tout rapport de la CDC, il n'est que consultatif et ne sert à rien puisque jamais suivi d'effet concret quelle que soit la dérive ou le scandale dénoncé. Juste au moins nous avertir (et donc nous foutre un peu plus les boules..). Merci à vous de l'avoir au moins dévoilé ici

Pas nécessairement, il doit y avoir moyen de s'en servir pour un dépôt de plainte pour mauvaise gestion des fonds publics, maintenant qui veut payer et perdre son temps à suivre la procédure ?

Déposé le 01/10/2015 à 18h09  
Par mik Citer

et malheureusement comme tout rapport de la CDC, il n'est que consultatif et ne sert à rien puisque jamais suivi d'effet concret quelle que soit la dérive ou le scandale dénoncé. Juste au moins nous avertir (et donc nous foutre un peu plus les boules..). Merci à vous de l'avoir au moins dévoilé ici

Déposé le 01/10/2015 à 18h06  
Par mik Citer

en matière de "subsistance", avec de tels "subsides", tout va bien merci !... Depuis qu'il existe, ce lieu est l'archétype du creuset pseudo branchouille, soit de très fumeuses propositions artistiques et autres "événements" destinés (sous couvert bien entendu d'une soit disant ouverture au grand public pour "démocratiser" la "culture") à une poignée de bobos qui s'autoproclament intellos du seuls fait d'y venir boire un verre. Quand le chiffre réel de la fréquentation est de 17000 entrées, desquelles il serait très intéressant de décompter la foultitude d'invitations des copains et autres coquins, pour un budget annuel de 3,7 millions d'euros de subventions publiques, ça fait quand même au bas mot 217 euros par gugusse présent !!!!! Un rapport hallucinant, démentiel, quand tant d'autres structures à vraie vocation culturelle (et populaire!) rament pour boucler leur budget. Que toutes les scènes lyonnaises dans ce cas fédèrent leur fronde pour attaquer ce système clientéliste effarant et mettent au pied du mur l'équipe municipale gauche caviardeuse qui entretient ce scandale!!

Déposé le 01/10/2015 à 16h01  
Par Stephdelyon Citer

sophie-lyon a écrit le 30/09/2015 à 10h48

Mais qui fréquente donc les subsistances ?
une telle opacité, un tel gaspillage d'argent public dans le contexte actuel est tout à fait scandaleux, indécent.
Merci à Slim Azni pour la synthèse du rapport.

Le weekend il y a un très bon brunch

Déposé le 30/09/2015 à 16h33  
Par Au boulot Citer

Argent public = oligarchie a écrit le 29/09/2015 à 13h06

Copinage, clientélisme, rien de neuf dans la gestion de l'argent public.
Faudra encore payer plus pour cette oligarchie.

Bosse pour payer plus tes oligarques.

Déposé le 30/09/2015 à 14h06  
Par lyon nait Citer

Merci à bellac et JCB pour leurs "éclairages" sur ce dossier, car le sujet, peu connu ou "conservé dans l'ombre", enthousiasme peu la majorité des lyonnais, dont moi.
En attendant la refonte de notre modèle social pour modèle de fond, très bien expliqué par JCB, que font notre maire et son adjoint à la culture pour remédier dans l'urgence à cet état?

Déposé le 30/09/2015 à 12h19  
Par "art" obs Citer

Typique. L'art contemporain relève en France aujourd'hui principalement des pouvoirs publics. Hors marché, il relève donc exclusivement du copinage de fonctionnaires, payés pour exister et non pas payés car ils existent... Le résultat est pathétique. La fonction muséale a du sens envers le peuple d'un pays. Mais elle nécessite un tel recul qu'elle ne peut gérer l'art contemporain. C'est seulement après que cet "art" ou ses "écoles" aient fait leur preuve que les pouvoirs publics devraient s'y intéresser pour des raisons pédagogiques. S'y intéresser lors de leur création n'a aucun sens car ce n'est pas aux pouvoirs publics de prendre des risques réservés aux collectionneurs qui eux, ont un mérite : ils utilisent LEUR argent, pas celui de la spoliation fiscale.

Déposé le 30/09/2015 à 10h51  
Par sophie-lyon Citer

Le salaire de 9 000€ est une gifle pour ceux qui souffrent.
Des handicapés ne peuvent pas s'acheter des fauteuils dignes de ce nom faute de subvention.

Déposé le 30/09/2015 à 10h48  
Par sophie-lyon Citer

Mais qui fréquente donc les subsistances ?
une telle opacité, un tel gaspillage d'argent public dans le contexte actuel est tout à fait scandaleux, indécent.
Merci à Slim Azni pour la synthèse du rapport.

Déposé le 30/09/2015 à 09h33  
Par bellac Citer

JCB a écrit le 29/09/2015 à 18h50

j'enseigne accessoirement à l'université et mon rôle est bien entendu d'inciter et de mettre en garde aux étudiants d'aller chercher des sources informatives et surtout objectives.quand je parle d'interventionnisme exagérée sur le plan keynésien ce n'est pas pour dénoncer les fonctions régaliennes de l'Etat (justice ,militaire ,police etc...)mais bien des secteurs que l'Etat a souhaité gérer depuis 50 ans sans en avoir les compétences d’où des erreurs de gestion calamiteuse :là ou le secteur privé pouvait agir correctement y compris par une délégation de service public,on a préféré engagé des fonctionnaires et autres emplois publics non formés pour s'occuper d'affaires qui répondent en grande partie aux lois du marché.
J 'ai par mes diverses expériences dont celle en matière "éducative" été effaré de constater par exemple les programmes de lycée en économie (javais obtenu un dea d'économie) qui me rappellent ceux que j'ai du avoir il y a plus de 25 ans:alors que dans d'autres pays ,l'entreprise est vulgarisé dans le bon sens (idem dans les hautes écoles de management françaises),on ne peut que déplorer les auteurs à assimiler l'entreprise du 21ème siècle à celle du XIX eme siècle et sans caricaturer avec avec de forts apriorismes comme si les relations sociales étaient impossible et que seul le profit représente la règle et entouré des méchants actionnaires:tout ce système formatif ne fait que renforcer la frontière entre un secteur qui souffre de la concurrence internationale et un secteur hyper protégé par des syndicats très (trop) protecteurs qui influencent nos élus malgré tous les discours de propagande et qui semblent au fil des ans affaiblir le secteur concurrentiel par le coût à supporter du poids fiscal et social(60% PIB consacrées aux dépenses publiques et tracasseries administratives (réf:Courteline)
Changer la mentalité en France me semble pour ces paramètres entre autres bien difficile à modifier malgré les annonces alarmantes de la gabegie qui comme une grève répétitive ne semble plus affecter celui qui ne prend pas le train:hormis une pédagogie effectuée dès le "berceau" ,seul un défaut de paiement suite à une crise de liquidité bancaire fera bouger les choses rapidement pour remettre en cause ces mille-feuilles administratifs à la gestion douteuse pour beaucoup
on voit de ce fait que la démocratie que nous vivons présente bien des limites avec cette alternative électorale à bout de souffle car le vote ne suffit plus à appliquer des mesures d’intérêt général et constructives pour l'avenir tant que le diagnostic n'est pas clairement compris et assimilé par tous

à JCB

Nous avons, par votre réponse et la mienne, des éléments de débat auxquels les lecteurs, s'ils le souhaitent, voudront bien accéder.

Juste un commentaire pour ne pas trop alourdir la discussion : si l'entreprise a changé et n'est plus celle du XIXème siècle, l'administration aussi, car elle n'est plus celle de Courteline ou de M. Benjamin.
Ce qui ne veut pas dire qu'à l'heure du capitalisme financier (il existe bien, rien de virtuel, comme vous le savez), tout n'est pas progrès dans ces changements et de l'entreprise et de la fonction publique. La corruption prend une tournure particulière car elle change, elle aussi. Et c'est ce que l'on voit ici au travers de ce qui est résumé de ce rapport de la chambre régionale des comptes (il faut néanmoins procéder à des vérifications par soi même : donc le lire !) et c'est ce que l'on voit au travers ces différentes "affaires" affectant de grandes entreprises, quitte à ce que les médias "en rajoutent" ou évitent de dire l'essentiel pour nous éviter de juger par nous-mêmes et de prendre du recul "citoyen".

Et il se trouve que l'on peut juger par nous-mêmes SI ON LE VEUT BIEN.

Merci pour cet échange fort intéressant. Aux participants de ce forum de discussion de prendre le relais.

Déposé le 29/09/2015 à 18h50  
Par JCB Citer

bellac a écrit le 29/09/2015 à 18h11

Je partage partiellement votre réponse, en extrapolant son contenu.

Oui, les Français "se droguent à la dépense" mais je ne sais pas si cela est "keynésien", tout dépend de quelle dépense il faut parler. S'il y avait de véritables corps intermédiaires, l'Etat et les collectivités décentralisées (donc, les fonctionnaires) ne seraient pas toujours tenues ou tentées d'intervenir pour éviter les ravages de l'individualisme qui se terminent par la précarité.

Si les Français n'ont pas de véritable esprit critique, c'est un peu de leur faute car l'adage suivant reste vrai : "on n'a que les dirigeants que l'on mérite" : ce fut vrai pour les Grecs qui ont accepté qu'on leur mente sur leurs finances publiques et leur (in)capacité à faire partie du système monétaire européen, mais cela peut être vrai en France pour ceux qui ont voté M. Sarkollande dont ils savaient PERTINEMMENT (il faut se renseigner et on a les moyens si l'on veut être exigeant en politique !) que "les promesses ne valaient que pour ceux qui les écoutent".
Aussi, à cause d'un tel constat, en Grèce, mauvais exemple, et en France, qui sera un mauvais exemple bientôt, je suis prêt à vous suivre.

Alors, en effet, il faut un bulletin de vote qui sanctionne... mais en se donnant la peine de s'éclairer davantage au lieu d'écouter "les Nuls ou Guignols" non lyonnais, "le journal de 20 heures", "C'est dans l'air" ou "on n'est pas couchés". Il n'y a pas besoin d'avoir fait polytechnique ou l'ENA pour comprendre qu'il faut rechercher d'autres moyens de s'informer.

j'enseigne accessoirement à l'université et mon rôle est bien entendu d'inciter et de mettre en garde aux étudiants d'aller chercher des sources informatives et surtout objectives.quand je parle d'interventionnisme exagérée sur le plan keynésien ce n'est pas pour dénoncer les fonctions régaliennes de l'Etat (justice ,militaire ,police etc...)mais bien des secteurs que l'Etat a souhaité gérer depuis 50 ans sans en avoir les compétences d’où des erreurs de gestion calamiteuse :là ou le secteur privé pouvait agir correctement y compris par une délégation de service public,on a préféré engagé des fonctionnaires et autres emplois publics non formés pour s'occuper d'affaires qui répondent en grande partie aux lois du marché.
J 'ai par mes diverses expériences dont celle en matière "éducative" été effaré de constater par exemple les programmes de lycée en économie (javais obtenu un dea d'économie) qui me rappellent ceux que j'ai du avoir il y a plus de 25 ans:alors que dans d'autres pays ,l'entreprise est vulgarisé dans le bon sens (idem dans les hautes écoles de management françaises),on ne peut que déplorer les auteurs à assimiler l'entreprise du 21ème siècle à celle du XIX eme siècle et sans caricaturer avec avec de forts apriorismes comme si les relations sociales étaient impossible et que seul le profit représente la règle et entouré des méchants actionnaires:tout ce système formatif ne fait que renforcer la frontière entre un secteur qui souffre de la concurrence internationale et un secteur hyper protégé par des syndicats très (trop) protecteurs qui influencent nos élus malgré tous les discours de propagande et qui semblent au fil des ans affaiblir le secteur concurrentiel par le coût à supporter du poids fiscal et social(60% PIB consacrées aux dépenses publiques et tracasseries administratives (réf:Courteline)
Changer la mentalité en France me semble pour ces paramètres entre autres bien difficile à modifier malgré les annonces alarmantes de la gabegie qui comme une grève répétitive ne semble plus affecter celui qui ne prend pas le train:hormis une pédagogie effectuée dès le "berceau" ,seul un défaut de paiement suite à une crise de liquidité bancaire fera bouger les choses rapidement pour remettre en cause ces mille-feuilles administratifs à la gestion douteuse pour beaucoup
on voit de ce fait que la démocratie que nous vivons présente bien des limites avec cette alternative électorale à bout de souffle car le vote ne suffit plus à appliquer des mesures d’intérêt général et constructives pour l'avenir tant que le diagnostic n'est pas clairement compris et assimilé par tous

Déposé le 29/09/2015 à 18h11  
Par bellac Citer

JCB a écrit le 29/09/2015 à 17h25

Je suis d'accord que le vote est l'un des seuls moyens de montrer son accord ou désaccord avec la politique menée:toutefois si on fait l'inventaire de tous les rapports en question (le dernier parle du coût exorbitant des lycéens...),on s’aperçoit qu'il n'y a pas vraiment de couleur politique à représenter "le père la rigueur". à gauche et même à droite des élus locaux ou nationaux se font tiré l'oreille pour des actions inutiles et coûteuses et l'on a pu voir l'alternance au fil des 40 dernières années.
Il semble même que ceux qui prévoit dans le programme de coupes franches au niveau des dépenses ont peu de chance d être élu ( ex:campagne de Bayrou en 2007 sur le danger d'une dette explosive...)
J'en tire la conclusion que le peuple français s'est drogué et a été bercé sur la nécessité d'interventions publiques de mode keynésienne dans tous les domaines et que le fait que l'Etat 1 er employeur de France intéresse directement 6 millions de fonctionnaires sans compter l'entourage familial,une autre vision radicale de gestion publique parait compromise dans les urnes sauf "chaos" à la" Grècque"!!

Je partage partiellement votre réponse, en extrapolant son contenu.

Oui, les Français "se droguent à la dépense" mais je ne sais pas si cela est "keynésien", tout dépend de quelle dépense il faut parler. S'il y avait de véritables corps intermédiaires, l'Etat et les collectivités décentralisées (donc, les fonctionnaires) ne seraient pas toujours tenues ou tentées d'intervenir pour éviter les ravages de l'individualisme qui se terminent par la précarité.

Si les Français n'ont pas de véritable esprit critique, c'est un peu de leur faute car l'adage suivant reste vrai : "on n'a que les dirigeants que l'on mérite" : ce fut vrai pour les Grecs qui ont accepté qu'on leur mente sur leurs finances publiques et leur (in)capacité à faire partie du système monétaire européen, mais cela peut être vrai en France pour ceux qui ont voté M. Sarkollande dont ils savaient PERTINEMMENT (il faut se renseigner et on a les moyens si l'on veut être exigeant en politique !) que "les promesses ne valaient que pour ceux qui les écoutent".
Aussi, à cause d'un tel constat, en Grèce, mauvais exemple, et en France, qui sera un mauvais exemple bientôt, je suis prêt à vous suivre.

Alors, en effet, il faut un bulletin de vote qui sanctionne... mais en se donnant la peine de s'éclairer davantage au lieu d'écouter "les Nuls ou Guignols" non lyonnais, "le journal de 20 heures", "C'est dans l'air" ou "on n'est pas couchés". Il n'y a pas besoin d'avoir fait polytechnique ou l'ENA pour comprendre qu'il faut rechercher d'autres moyens de s'informer.

Déposé le 29/09/2015 à 17h25  
Par JCB Citer

bellac a écrit le 29/09/2015 à 14h13

remarque pertinente sur l'action des juridictions financières (tout comme celle des juridictions administratives) qui ne peuvent pas exercer des pressions sanctionnatrices aussi efficaces que les juridictions civiles ou pénales.

Mais les rapports de ces juridictions sont publiés.... et à c'est à l'électeur de prendre son bulletin de vote pour sanctionner des élus aussi indélicats de l'argent public

Je suis d'accord que le vote est l'un des seuls moyens de montrer son accord ou désaccord avec la politique menée:toutefois si on fait l'inventaire de tous les rapports en question (le dernier parle du coût exorbitant des lycéens...),on s’aperçoit qu'il n'y a pas vraiment de couleur politique à représenter "le père la rigueur". à gauche et même à droite des élus locaux ou nationaux se font tiré l'oreille pour des actions inutiles et coûteuses et l'on a pu voir l'alternance au fil des 40 dernières années.
Il semble même que ceux qui prévoit dans le programme de coupes franches au niveau des dépenses ont peu de chance d être élu ( ex:campagne de Bayrou en 2007 sur le danger d'une dette explosive...)
J'en tire la conclusion que le peuple français s'est drogué et a été bercé sur la nécessité d'interventions publiques de mode keynésienne dans tous les domaines et que le fait que l'Etat 1 er employeur de France intéresse directement 6 millions de fonctionnaires sans compter l'entourage familial,une autre vision radicale de gestion publique parait compromise dans les urnes sauf "chaos" à la" Grècque"!!

Déposé le 29/09/2015 à 14h24  
Par yksnab Citer

9 Smics.... je vais me lancer dans l'art rapidement !

Déposé le 29/09/2015 à 14h13  
Par bellac Citer

tondu a écrit le 29/09/2015 à 14h00

Effectivement c'est bien ça le problème, les rapports de la cour des comptes sont rarement suivis....
Rappelons que si un entrepreneur gérait son entreprise comme nos élus, il serait, lui, passible de poursuites (abus de bien social, faillite frauduleuse, poursuite d'activité déficitaire etc) ....!

remarque pertinente sur l'action des juridictions financières (tout comme celle des juridictions administratives) qui ne peuvent pas exercer des pressions sanctionnatrices aussi efficaces que les juridictions civiles ou pénales.

Mais les rapports de ces juridictions sont publiés.... et à c'est à l'électeur de prendre son bulletin de vote pour sanctionner des élus aussi indélicats de l'argent public

Déposé le 29/09/2015 à 14h00  
Par tondu Citer

jcb a écrit le 29/09/2015 à 13h19

en France on a parmi les meilleurs experts en tout genre comme la cour des comptes impartiale qui dénonce les gabegies de la gestion publique.
les révélations me confortent toujours un peu plus qu'on gère mal le pays au vu de la dette sans que ce soit un secret pour personne, mais je suis surtout désabusé de voir les élus souvent mal réagir jusqu'à dénigrer ces rapports qui finissent tous dans un placard poussiereux puisqu'ils ne représentent qu'un conseil avisé et non une contrainte

Effectivement c'est bien ça le problème, les rapports de la cour des comptes sont rarement suivis....
Rappelons que si un entrepreneur gérait son entreprise comme nos élus, il serait, lui, passible de poursuites (abus de bien social, faillite frauduleuse, poursuite d'activité déficitaire etc) ....!

Déposé le 29/09/2015 à 13h58   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par dam Citer

a rends dingue quand je vois les impts locaux que je paye.

Déposé le 29/09/2015 à 13h19  
Par jcb Citer

en France on a parmi les meilleurs experts en tout genre comme la cour des comptes impartiale qui dénonce les gabegies de la gestion publique.
les révélations me confortent toujours un peu plus qu'on gère mal le pays au vu de la dette sans que ce soit un secret pour personne, mais je suis surtout désabusé de voir les élus souvent mal réagir jusqu'à dénigrer ces rapports qui finissent tous dans un placard poussiereux puisqu'ils ne représentent qu'un conseil avisé et non une contrainte

Déposé le 29/09/2015 à 13h07  
Par bellac Citer

Lyonnais déçu a écrit le 29/09/2015 à 12h07

Lyon, une des villes les moins bien gérées du MONDE !!!!

allons, allons...
regardons Paris, les villes du nord de la France aux municipalités socialistes, sans doute Nice et Marseille.


si cela peut vous consoler....

Déposé le 29/09/2015 à 13h06  
Par bellac Citer

collectivités locales, quelle gestion calamiteuse! a écrit le 29/09/2015 à 11h07

Et après les Maires, M Collomb en tête, nous disent qu'ils sont obligés d'augmenter les impôts locaux à cause du "désengagement de l'état" !!!!!!!!!!
Il serait temps que ces roitelets apprennent à gérer les finances locales !!!!!!

très juste en effet ; c'est le "volet gaspillages" qu'un jour la chambre des comptes sanctionnera.

Déposé le 29/09/2015 à 13h06  
Par Argent public = oligarchie Citer

Copinage, clientélisme, rien de neuf dans la gestion de l'argent public.
Faudra encore payer plus pour cette oligarchie.

Déposé le 29/09/2015 à 12h46  
Par ehui Citer

collectivités locales, quelle gestion calamiteuse! a écrit le 29/09/2015 à 11h07

Et après les Maires, M Collomb en tête, nous disent qu'ils sont obligés d'augmenter les impôts locaux à cause du "désengagement de l'état" !!!!!!!!!!
Il serait temps que ces roitelets apprennent à gérer les finances locales !!!!!!

la baisse des dotations n'est tout de même pas un mirage !! même si je vous l'accorde toutes les collectivités ont des marges d'économies ET des dépenses contraintes (RSA,handicap, personnes dépendantes,,,)

Déposé le 29/09/2015 à 12h44  
Par ehui Citer

Lyonnais déçu a écrit le 29/09/2015 à 12h07

Lyon, une des villes les moins bien gérées du MONDE !!!!

je vois pas pourquoi vous commentez ici puisque vous êtes marseillais

Déposé le 29/09/2015 à 12h07  
Par Lyonnais déçu Citer

Lyon, une des villes les moins bien gérées du MONDE !!!!

Déposé le 29/09/2015 à 11h07  
Par collectivités locales, quelle gestion calamiteuse! Citer

Et après les Maires, M Collomb en tête, nous disent qu'ils sont obligés d'augmenter les impôts locaux à cause du "désengagement de l'état" !!!!!!!!!!
Il serait temps que ces roitelets apprennent à gérer les finances locales !!!!!!

Déposé le 29/09/2015 à 11h07  
Par bellac Citer

après les Halles Bocuse, l'Opéra de Lyon, les marchés publics qui ne respectent pas les règles du code....

cela fait beaucoup pour la municipalité de Lyon : clientélisme, gaspillage de l'argent public (le projet pharaonique du "stade de l'OL" le prouve) ; ou vraiment : 3 mandats de maire avec cumuls dans d'autres charges publiques (au Sénat en particulier), cela suffit !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.