Musée Gadagne : des visites pour comprendre la véritable histoire du 8 décembre

Musée Gadagne : des visites pour comprendre la véritable histoire du 8 décembre
Photo d'illustration - LyonMag

Le Musée Gadagne situé dans le 5e arrondissement de Lyon propose aux lyonnais et aux touristes de découvrir les origines du 8 décembre à travers une plongée dans l’histoire de la Capitale des Gaules.

Ce week-end, le musée organise des visites guidées pour comprendre la véritable histoire de cette fête, ses traditions et son évolution depuis sa création.

Du vœu des échevins lors de la grande peste de 1643 à la construction de la basilique de Fourvière, et l’inauguration de la statue dorée de la Vierge, jusqu’aux bougies symboliques des lyonnais sur le rebord des fenêtres. Un médiateur accompagnera les visiteurs à travers les salles du musée pour découvrir des objets, tableaux et photos qui racontent l’histoire du 8 décembre au fil du temps. Ces visites sont organisées samedi et dimanche, avec plusieurs horaires proposés les après-midis.

Pour rappel, le 8 décembre correspond à la date à laquelle la statue de Marie devait être inaugurée sur le haut de la colline de Fourvière. L’évènement avait été annulé en dernière minute mais les lyonnais avaient tenu à honorer la vierge malgré tout en apposant des luminions sur leurs fenêtres et en descendant faire la fête dans les rues de Lyon. Initialement, la cérémonie devait avoir lieu le 8 septembre 1852, jour de la fête de la Nativité de la Vierge et date anniversaire du vœu des échevins mais une crue de la Saône avait empêché son organisation. L'archevêché, en accord avec l’institution laïcs avait alors choisit de reporter l'inauguration à la date du 8 décembre 1852.

Plus d’infos sur www.gadagne.musees.lyon.fr

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Jeansais le 06/12/2015 à 09:44

@Roux Alcoudouce
Une petite corection:
C'est saint Pothin qui fut le premier évêque de Lyon et qui apporta le christianisme en Gaulle au milieu du II ème siècle; Irénée fut son successeur après sa mort en 177
Concernant le culte de Marie : le concile d'Ephèse en 431 en condamnant le nestorianisme affirma l'unicité du Christ comme fils de l'homme et de Dieu consacrant ainsi Marie comme mère de Dieu...
Quant au dogme de l'immaculée conception ( différent de la virginité perpétuelle de Marie reconnue en 553) il ne date que du 8 décembre 1854...soit précisément 2 ans avant les premières illuminations lyonnaises

Signaler Répondre

avatar
Roux Alcoudouce le 06/12/2015 à 00:03

Irénée de Lyon qui fut le premier à importer le christianisme en Gaulle, était pourtant étranger à ce culte marial, tout comme le sont les textes bibliques. Il n'y a pas de raison d'imposer des traditions récentes qui ne sont déjà pas en accord avec leurs propres origines et font penser à du polythéisme.

Signaler Répondre

avatar
quandmeme le 05/12/2015 à 22:26

"Le vœu des échevins et les illuminations du 8 décembre ne sont pas directement liés sauf par le culte de la Vierge Marie"
...Culte de la Vierge Marie qui est l'essentiel du vœu des échevins et des illuminations du 8 décembre...donc forcément intimement liés.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 05/12/2015 à 18:08

Erreur de frappe il ne faut pas lire
l'inauguration de cette statue prévue le 8 septembre 1872
mais le 8 septembre 1852....

la date des premières illuminations est bien le:
8 décembre 1852
les vrais lyonnais auront rectifié d'eux mêmes...
mais comme dit la plaisante sagesse lyonnais "tout le monde ne peut pas être de Lyon il en faut bien un peu d'ailleurs"...cette rectification s'adresse à "ceux d'ailleurs"... !!!

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 05/12/2015 à 16:36

L'histoire des illuminations du 8 décembre rapidement contée:
En 1848 le vieux clocher de la chapelle de Fourvière s'effondre;
la Basilique n'existait pas encore ( la première pierre de la basilique ne sera posée qu'en 1872 ) .
Le clocher est reconstruit en 1850 par Duboys.
Un vierge dorée est érigée au sommet par le sculpteur Joseph-Hugues Fabish.
L'inauguration de cette statue prévue le 8 septembre 1872 est reportée au 8 décembre en raison d'inondations dans les ateliers du Quai Rambaud où elle était construite.
Il était prévu ce jour 8 décembre des feux de bengale mais en raison des pluies ce feu d'artifice est annulé.
C'est alors que les lyonnais mirent spontanément des bougies à leurs fenêtres ...
Ainsi naquit la tradition des illuminations du 8 décembre qui se perpétue depuis et deviendra plus tard "Fête des lumières" ( sous Noir ou Raymond Barre ?)...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 05/12/2015 à 12:02

Pour être précis le vœu des échevins date du 12 mars 1643:
Les échevins ( le conseil municipal d'aujourd'hui !) font, ce jour, vœu à la Vierge Marie si elle arrêtait l'épidémie de peste de lui édifier 2 statues et de monter à Fourvière chaque 8 septembre ( fête de la nativité de la vierge) faire brûler un cierge de cire blanche.
Le vœu des échevins et les illuminations du 8 décembre ne sont pas directement liés sauf par le culte de la Vierge Marie

Signaler Répondre

avatar
andros le 05/12/2015 à 11:30

a a l'air bien. C'est combien ? Gratuit pour ceux qui ont la carte culture ?

Signaler Répondre

avatar
Antoine le 05/12/2015 à 10:38

Réhabilitons la vérité historique du 8 décembre, fête de la Vierge Marie, et soyons de plus en plus nombreux à allumer nos bougies multicolores.
Il nous reste quelques belles traditions, gardons les.

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais du 7eme le 05/12/2015 à 10:18

Très bonne idée!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.