Collectif contre Dentexia : "Les pouvoirs publics et les acteurs de santé nous laissent dans un dénuement total"

Collectif contre Dentexia : "Les pouvoirs publics et les acteurs de santé nous laissent dans un dénuement total"
Abdel Aouacheria - LyonMag

Abdel Aouacheria est l’invité de Ca Jazz à Lyon ce jeudi. L’initiateur du collectif lyonnais contre Dentexia est revenu sur ce scandale sanitaire à portée nationale.

Ils sont aujourd’hui près d’un millier à s’estimer victimes de Dentexia, ces centres de dentisterie low-cost. Et notamment à Lyon.

"Les patients sont laissés sur la touche, ils sont en attente de soins. Pour la plupart, ils ont payé par avance leurs soins dentaires ou se sont endettés pour le faire. Ce qui pose un problème sanitaire et financier".

Ce vendredi, le tribunal d’Aix-en-Provence statuera sur la reprise des centres de l’agglomération lyonnaise. Le collectif, qui cherche "à influer sur les conditions de la reprise" a cinq demandes :

- "Que les patients qui ont un trop-payé puissent être remboursés s’ils poursuivent leurs soins ailleurs"

- "Que les pouvoirs publics et les acteurs de santé nous accompagnent et nous donnent des recommandations claires pour que nous bénéficions d’une expertise légale"

- "Que les patients qui souhaitent poursuivre leurs soins au sein des centres repris puissent le faire aux mêmes conditions tarifaires"

- "Que les centres repris puissent assurer un certain niveau de service après-vente"

- "Que les sociétés de crédit qui ont permis à Dentexia d’encaisser des règlements alors que les traitements n’étaient pas effectués remboursent intégralement les patients"

Si le collectif n’a pas eu de retour de Marisol Touraine après sa lettre ouverte à la ministre de la Santé, le député LR du Rhône Michel Terrot leur a promis de l’interpeller prochainement.

"Les pouvoirs publics et les acteurs de santé nous laissent pour le moment dans un dénuement absolument total", regrette Abdel Aouacheria.

"On est face à une situation inédite en France, confie Abdel Aouacheria. Le législateur n’avait pas anticipé ce qui allait se passer. En autorisant la création de ces centres dentaires, il a permis à des hommes d’affaire de faire tourner des centres avec un objectif de rentabilité et pas uniquement de soins".

L’initiateur du collectif lyonnais aimerait ensuite que l’enjeu devienne "de sortir de cette notion de low-cost pour la faire évoluer vers une "dentisterie sociale"".

Ca Jazz à Lyon est à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
implantologia le 14/04/2016 à 21:26

Que dire des dentistes français radiés en France et réfugiés en Espagne (pour échapper à leurs sanctions. Pour l'un d'entre eux: peine d'un an de prison ferme pour escroquerie à la CPAM) afin d'y exercer en toute impunité une implantologie dentaire charlatanesque et désastreuse - mais ô combien lucrative! - sur la Santé Publique?
Ces faits sont connus du Conseil de l'Ordre des Chirurgiens-Dentistes et nous (aussi) nous restons dans l'attente d'une action contre ces dentistes crapuleux qui sont la honte d'une belle profession.
Malgré les dégâts sur les patients: paresthésie, péri-implantite et autres joyeusetés, aucune sanction n'est envisagée à ce jour contre ces escrocs.
Au contraire et curieusement?... ils semblent bénéficier de la clémence sans faille du Conseil de l'Ordre de Catalogne - Barcelone. Ils ont de bons parrains jusqu'en France (bien que leurs cibles soient essentiellement des Français depuis 2014 la "Sécu" rembourse les "soins" effectués à l'étranger... et tous les soins de réparation à venir... Coup double pour un organisme que l'on prétend en faillite...
Quel scandale (sanitaire -un de plus!), quel système de m......

Signaler Répondre

avatar
mld69000 le 05/04/2016 à 12:43

Bonjour,
J'ai eu un RV dans le cabinet de Lyon 6ème, mais n'ai pas tout de suite entamé les soins. J'ai voulu reprendre contact avec ce cabinet dentaire pour les reprendre, mais me suis aperçu qu'il n'était plus possible de les contacter.

Où puis-je avoir plus d'informations concernant le « cas Dentexia » ? Que s'est-il passé exactement ?
À quel moment s'est-il produit quelque chose ?
Les infos étant décousues dans les contributions, je n'arrive pas à avoir une idée globale du sujet.

Merci par avance de vos réponses.

Signaler Répondre

avatar
tulipe le 28/03/2016 à 21:41

je rejoins CERISE : je suis une grande perdante de soins
faits par DENTEXIA 98, RUE MONTGOLFIER - 69006
LYON : deux appareils, jamais posés, ni récupérés, et payés à l'avance - des rendez-vous annulés - je cherche
activement l'adresse du collectif contre DENTEXIA, et
je n'arrive pas à le trouver - POUVEZ VOUS M'AIDER ???
comment puis-je récupérer mes appareils - j'ai de gros problèmes avec ma machoire - Avec mes remerciements -

cbrun69@free.fr

Signaler Répondre

avatar
joce le 14/03/2016 à 10:13

il faut sanctionner ce genre de cabinet , les soins doivent etre facturés après et non avant,
voila ce qui arrive!!! on se fait pieger car notre santé hélas un prix et on tombe sur des profiteurs

Signaler Répondre

avatar
Cerise le 07/03/2016 à 15:51

bonjour
je suis victime de soins mal conduits par DENTEXIA .. je cherche les coordonnés du collectif qui s'est créé et je n'arrive pas à les trouver .Pouvez vous m'aider

Signaler Répondre

avatar
manette le 04/03/2016 à 11:22

ou trouver l adresse du Collectif contre dentexia ,pour s'y faire enregistrer ?
merci

Signaler Répondre

avatar
Un dentiste le 28/02/2016 à 12:05

La dentisterie de qualité à un coût, rien que pour avoir un minimum de sécurité sanitaire et une organisation réfléchie il faut au moins investir dans le salaire d'une secrétaire médicale + d'une assistante-instrumentaliste et ce, sans compter les charges.
Le tarifs des soins de base sont gelés par la sécu depuis plus de 30ans, avec l'inflation et la rigueur des standards de notre temps c'est le dentiste qui vous paie vos soins! Il est alors normal que les prothèses, dont le tarif est libre, vienne compensé le déficit que représente 70% de l'activité (ie les soins!).
Je consacre une partie de mon activité à la prise en charge des personnes vulnérables dans un hôpital parisien. Même avec les subventions ministérielles notre pôle est déficitaire. A moins de trouver des mécènes ou de refondre l'intégralité du système de santé, la dentisterie sociale ne pourra absorber qu'une infime partie de la population dans le besoin.
Ce qui ce passe dans les low-coast n'est qu'une conséquence prévisible du néo-liberalisme (apporté par les socialistes) avec une gestion cataclysmique du système de santé depuis des décennies.

Courage aux victimes

Signaler Répondre

avatar
pas dupe le 26/02/2016 à 16:46

à force de vouloir du low-cost partout, on arrive à ce genre de catastrophe sanitaire, où ce sont des hommes d'affaires qui emploient des dentistes souvent jeunes inexpérimentés et les obligent à faire du travail à la chaine. Je comprends mieux les nombreuses grèves des soignants contre une santé médiocre promue par le même ministère qui a autorisé ces centres médiocres.

Signaler Répondre

avatar
boubouphile le 25/02/2016 à 09:32

si moyens financiers limités ou remboursements moindre, faire jouer la concurrence entre dentistes en faisant faire des devis avant de s'engager, aller dans les centres dentaires, HCL, CPAM ou mutualistes, et se méfier des centres low cost ou des consultations faites dans une grande ville suivie de soins dans les pays de l'Est ou méditerranéens... la santé avant tout, attention à la non tracabilité des produits composant les implants ou les prothèses

Signaler Répondre

avatar
honteux le 25/02/2016 à 08:56

Il faut aussi sanctionner les "dentistes" qui ont œuvré pour cette sté et ce, avec le mépris le plus flagrant du "client".
J'ai fais appel à eux et pu ainsi constater ce mépris.
On vous propose un paiement sans frais et sur 3 mois consécutifs alors que les "soins" durent plus d'un an !!
De plus vous restez plus d'une heure à la fois pour des travaux qui auraient nécessité plusieurs rendez vous chez de vrais professionnels et ce dans un confort très relatif (la tète en bas pour "soigner" les dents du haut et préserver ainsi le confort du "dentiste" par ex.) .
Tout ça pour 30% de moins que les cabinets classiques (lesquels devraient baisser leurs marges afin de nous préserver de ce type d'activité en France ainsi que du "tourisme dentaire".

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.