Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

TCL : “On ne se laissera pas faire”

Pour mettre la pression sur leur direction qui veut remettre à plat la convention collective, les salariés des TCL font grève ce jeudi 4 septembre. Explications du délégué syndical CFTC.

Vous n’avez pas honte de bloquer Lyon en pleine rentrée scolaire !
Bruno Serpaggi : On ne fait pas grève le jour de la rentrée, mais deux jours plus tard, le 4 septembre. Mais je reconnais qu’on a choisi volontairement le jour où le jury qui doit désigner la future capitale européenne de la culture était en visite à Lyon. Car on a voulu faire pression sur la direction de Kéolis et sur les élus.
Mais vous allez braquer les Lyonnais contre vous !
Il y aura toujours des usagers mécontents en période de grève. Mais il faut comprendre que nous aussi, on doit faire face à la hausse des prix. Dans ces conditions, la volonté de Keolis, l’exploitant des TCL, de remettre en cause notre convention collective est inacceptable. Car ça menace nos avantages acquis.
Mais vous faites grève avant même le début des négociations !
C’est vrai que les négociations ne commencent que le 22 septembre. Mais on voulait mettre la pression sur la direction car on sait qu’elle veut remettre en cause nos avantages. Et puis je tiens à préciser qu’on a déposé notre préavis de grève le 28 juillet. Mais on a pu rencontrer Bernard Tabary, le directeur général de Kéolis, que le 1er septembre...
Et il a promis de préserver vos 35h, votre grille des salaires et le 13e mois !
C’est très flou comme promesse. Bien sûr, la grille des salaires continuera d’exister, mais rien ne nous garantit qu’elle sera revue à la hausse. En fait, ce que veut Kéolis, c’est aligner notre convention collective sur la convention collective nationale qui est moins avantageuse. D’ailleurs Bernard Tabary a déclaré que tous les accords qui ne seraient pas renégociés seraient appliqués de façon unilatérale par la direction sur le modèle de la convention nationale.
L’objectif de Kéolis ?
Réduire les coûts de fonctionnement pour augmenter encore les bénéfices. Alors que Kéolis Lyon a toujours été rentable. Et les usagers doivent bien comprendre que cette remise en cause de la convention collective ne fera pas baisser le prix du ticket. Au contraire, ils le paieront plus cher et cet argent ira dans la poche des actionnaires de Kéolis.
Mais vous avez quand même un statut privilégié !
Pas du tout. Chaque année, les salaires sont augmentés en fonction de l’inflation. Ce n’est pas ce que j’appelle un privilège.
Combien vous gagnez ?
En tant qu’agent de sécurité avec 15 ans d’ancienneté, je gagne entre 1 800 et 2 000 euros nets par mois, heures supplémentaires incluses. Alors qu’un conducteur de 15 à 20 ans d’ancienneté gagne entre 1 400 et 1 600 euros environ.
Et les élus lyonnais vous soutiennent ?
On a interpellé les élus du Sytral, l’organisme public qui est propriétaire du réseau de transports en commun dans l’agglomération lyonnaise, et qui en accorde la gestion à Kéolis. Curieusement, aucun n’a réagi. En fait, on pense que Kéolis Lyon obéit à un choix du Sytral qui veut confier la gestion des transports en commun à plusieurs entreprises privées et non plus à une seule. Or, en remettant en cause notre convention collective, Kéolis espère supprimer plusieurs de nos avantages et rendre plus rentable la gestion des transports en commun lyonnais. Donc, quand le Sytral et Kéolis devront renégocier le contrat en 2010, plusieurs entreprises privées concurrentes voudront se manifester.
L’intérêt pour Kéolis de ne plus gérer l’ensemble du réseau de transports ?
Kéolis préfère gérer la partie du réseau qu’elle maîtrise le mieux, c’est-à-dire le réseau de bus. Et en obéissant au Sytral, Kéolis arrivera en position de force quand elle renégociera le contrat  en 2010.
Et pourquoi le Sytral voudrait confier le réseau à plusieurs entreprises ?
Parce qu’il veut empêcher les syndicats de bloquer les transports en commun. En effet quand on voudra faire grève, ce sera beaucoup plus difficile pour nous de toucher l’ensemble du réseau comme on le fait aujourd’hui si on est éparpillé dans plusieurs entreprises différentes.
Vous allez organiser d’autres grèves dans les prochains mois ?
Avec les autres syndicats, on n’a encore rien décidé mais on réfléchit à d’autres moyens d’action : par exemple des grèves de 55 minutes à différents moments de la journée. En tout cas, on ne se laissera pas faire.

Propos recueillis par Emmanuel Derville

Les prévisions de trafic sur le réseau TCL ce jeudi 4 septembre

 



Tags : TCL | serpaggi |

Commentaires 2

Déposé le 23/09/2009 à 21h03  
Par Karine Citer

Les salariés de TCL ne sont pas les plus à plaindre, loin de là. Le salaire de cet "agent de sécurité" est supérieur de 500 ? à celui d'une infirmière dans le secteur public, et inutile de dire que ces deux professions sont incomparables! Ils sont les seuls à se permettre de bloquer des milliers de personnes leur faisant confiance, pour leurs petits intérêts. Ils veulent tout, ils se pensent les plus malheureux. De plus, ils sont vicieux (multiplication des controleurs pendant les grèves). Pour finir, nous sommes de plus en plus nombreux à être révoltés face à leur comportement, même si nous soutenons les syndicats, les mesures prises par celui ci sont inacceptables.

Déposé le 27/06/2009 à 15h03  
Par RAYMOND Denis Citer

Aujourd'hui un an après la réalité donne raison à Mr Serpaggi, Keolis est sur le point d'adopter la convention nationale de façon unilatérale. Quand à sa façon de traiter ses agents où ses clients elle est de plus en plus irrespectueuse. En tant qu'ancien salarié je peux révéler beaucoup de choses, allez voir mon début de blogue keolismatuer.canalblog.com et vous comprendrez.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.