Denis Broliquier : "une plus grande légitimité" pour être le candidat de la droite et du centre

Denis Broliquier : "une plus grande légitimité" pour être le candidat de la droite et du centre
Christelle Madeleine et Denis Broliquier - LyonMag

Ce lundi, le maire du 2e arrondissement de Lyon, Denis Broliquier, présentait son projet pour les législatives. L'élu UDI sera candidat dans la 2e circonscription du Rhône, avec l'étiquette "Majorité pour la France".

Comme un air de déjà-vu, du côté de Denis Broliquier. "Ni Christelle (Christelle Madeleine, sa suppléante, ndlr), ni moi, ne sommes des professionnels de la politique", explique-t-il. Il ajoute que, dans cette campagne, "ce qui compte pour nous, c'est d'avoir des personnalités de la société civile" dans l'équipe. Un discours, sur ce point, assez proche de celui de la République en marche.

Mais c'est bien sous l'étiquette Majorité pour la France, union de la droite et du centre, que Denis Broliquier et Christelle Madeleine, partent en campagne.

Une deuxième circonscription difficile à conquérir ?

"Une campagne sous le signe du rassemblement", promet le maire du 2e arrondissement. Et la tâche ne va pas être facile dans cette circonscription, qui regroupe en tout ou partie les 1er, 2e, 4e et 9e arrondissements. Ici, Denis Broliquier devra notamment faire face à Nathalie Perrin-Gilbert, la maire Gram du 1er ; Hubert Julien-Laferrière, maire PS du 9e candidat de la République en marche ; un candidat dissident du Modem (qui sera nommé dans les prochains jours. Lire ici) ou encore Laurence Balas qui se présentera sous l'étiquette LR (une opposition LR – Majorité pour la France qui existe dans d'autres circonscriptions).

Cette dernière sera donc en concurrence avec Denis Broliquier. Les deux ne sont pas parvenus à trouver un accord. Denis Broliquier étant allé jusqu'à proposer à Laurence Balas le poste de suppléante. Poste qu'elle a évidemment refusé.

Quant à savoir si le choix inverse aurait pu être une option envisageable, il n'en n'est rien pour l'élu UDI. Sûr de ce qu'il vaut, Denis Broliquier a assuré que "la question était de savoir qui a le plus de chances de gagner". Convaincu d'être le meilleur des deux, Denis Broliquier n'a pas mâché ses mots : "Je pense aujourd'hui que j'ai une plus grande légitimité", a-t-il assuré.

Sûr de lui, le maire du 2e arrondissement l'est aussi sur la candidature dissidente du Modem dans sa circonscription. À la question de savoir si celle-ci pouvait représenter une menace, il n'y est pas allé par quatre chemins : "Je ne crois pas à une candidature de ce type", a déclaré Denis Broliquier.

Reformer

La question des adversaires écartée, Denis Broliquier a pu revenir sur ses préoccupations pour la France. Quatre points ont ainsi pu être sommairement abordés. S'il est choisi, l'élu de la Presqu'île espère "libérer les entreprises du carcan administratif et fiscal, (…) redonner du pouvoir d'achat, (…) libérer la France du boulet de sa dette, (…) assainir et moderniser la classe politique."

Sa méthode ? La réforme. "Très clairement, je veux être député pour réformer", explique Denis Broliquier. Ici, trois chantiers auxquels il souhaite s'attaquer en priorité. La formation, qu'il considère comme n'étant "pas assez au service de l'emploi et de l'économie" ; le système de santé, qu'il souhaite "réformer avant qu'il ne s'effondre" ; et la Justice.

Concernant cette dernière, Denis Broliquier espère lui redonner les moyens de ses ambitions en luttant contre son manque de moyens. "La Justice est pauvre, elle n'a pas les moyens de fonctionner correctement", considère-t-il. Pour relancer la machine judiciaire, il estime que le code de procédure pénale, "trop complexe et plus adapté" doit être réformé. Il espère également redonner à la Justice son pouvoir dissuasif en faisant de l'application des peines la norme ou encore créer des places de prison pour que celle-ci cesse de "favoriser la récidive". L'abaissement de la majorité à 16 ans en cas de récidive est également au programme.

Pour porter la bonne parole, "jusqu'au fin fond du 9e arrondissement" comme il l'a expliqué, Denis Broliquier a choisi de s'appuyer sur un QG de campagne mobile. Point de local, mais une camionnette à son effigie qui parcourra la circonscription en quête de voix.

Il aura bel et bien besoin d'aller séduire au-delà de son confortable 2e arrondissement, puisque de son propre aveu, pas sûr qu'il se présenterait s'il n'avait que les voix de l'UDI.

Le camion de campagne de Denis Broliquier
Le camion de campagne de Denis Broliquier - LyonMag

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Salut les pitrons le 19/05/2017 à 19:27

Quelle droite ? Plus sur la droite ou sur la gauche ? Mdrrrrrr

Signaler Répondre

avatar
serge69009 le 19/05/2017 à 18:10

Quelle légitimité ?
Habitant le 9eme depuis 20 ans, j'ignorais l'existence de ce monsieur jusqu'à cette élection.

Signaler Répondre

avatar
ouille le 16/05/2017 à 20:42

Les partis c'est de la ..ouille!!!

Signaler Répondre

avatar
XJ le 16/05/2017 à 16:13

Le gars, il a fait la chasse aux camionnettes à Perrache et maintenant il en prend une pour sa campagne...

Signaler Répondre

avatar
DM le 16/05/2017 à 15:52
Lugdu a écrit le 16/05/2017 à 09h58

Denis a eu le mérite de faire le dos rond entre les deux tours des présidentielles. Le silence est d'or dans ces conditions.
Balas a largement appelé à voter pour Macron comme son mentor Lemaire qui va être ministre dans ce gouvernement de gauche.
Qu'elle demande l'investiture à Macron et laisse la Droite se battre sur le terrain avec Broliquier.

Intelligence de faire le dos rond ou couardise d'assumer ses choix ?
1/ - Laurence Balas n'a pas appelé largement à voter Macron, elle a juste indiqué que pour sa part elle voterait Macron.
Il est normal qu'un élu qui a reçu un mandat de ses électeurs ne fasse pas l'autruche et assume ses choix.
2/ - Concernant Broliquier, comme tous les UDI, il a soutenu Juppé aux primaires dont le nouveau Premier ministre est un proche.
3/ - L'UDI de la Métropole a fait une conférence de presse le 2 mai où Broliquier était présent et n'a pas fait que dire "nous votons Macron" mais a appelé à voter Macron.
Ce serait bien que le maire du 2e soit un peu moins couard et assume ses choix...

Signaler Répondre

avatar
sans souci le 16/05/2017 à 10:52

une droite intelligente à LYON ??? ca se saurait

Signaler Répondre

avatar
Lugdu le 16/05/2017 à 09:58

Denis a eu le mérite de faire le dos rond entre les deux tours des présidentielles. Le silence est d'or dans ces conditions.
Balas a largement appelé à voter pour Macron comme son mentor Lemaire qui va être ministre dans ce gouvernement de gauche.
Qu'elle demande l'investiture à Macron et laisse la Droite se battre sur le terrain avec Broliquier.

Signaler Répondre

avatar
rom le 16/05/2017 à 08:28

Monsieur 7% .....c'est vrai très légitime.....et puis Madame Ballas elle venant du 6ème et ne connaissant pas la circo....avec ça on est sauvé !!!

Signaler Répondre

avatar
Président le 15/05/2017 à 21:45

Vous avez déjà perdu si deux candidats de la droite et du centre.
Il est encore temps de réfléchir jusqu'au 19 mai.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.