Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

PS : Collomb milite pour l’ouverture

Le maire de Lyon a justifié ce lundi matin son alliance avec Ségolène Royal en vue du prochain congrès du PS.

Les principaux cadres lyonnais de la motion Collomb-Royal ont donné une conférence de presse ce lundi matin pour expliquer leur stratégie. Le maire de Lyon était entouré du président de la Région Jean-Jack Queyranne et du député Jean-Louis Touraine, mais aussi de la conseillère générale Hélène Geoffroy ou du maire du 3e arrondissement et vice-président de la Région, Thierry Philip.
“Nous voulons faire gagner le PS aux prochaines élections européennes et régionales, mais aussi à la présidentielle” a tout d’abord lancé Gérard Collomb, en revenant sur le paradoxe du PS : “Nous gagnons les élections locales, et même désormais les sénatoriales, mais nous perdons les présidentielles. Et ce n’est pas un problème de personnalité, puisque Lionel Jospin et Ségolène Royal étaient très différents !”
Du coup, pour gagner au niveau national, le maire de Lyon souhaite que le PS s’inspire des modèles locaux, qui fonctionnent sur le “tryptique” développement économique, poiltique sociale forte et protection de l’environnement.
Mais Collomb a surtout insisté sur la nécessité pour le PS de rassembler. “Ceux qui ne veulent pas aller au-delà de la gauche plurielle se condamnent à la défaite. Car la gauche au 1er tour, c’est 40% des voix. Donc il faut trouver encore 10% pour gagner. En s’ouvrant à des gens qui ne partagent pas forcément toutes nos idées”. Une allusion claire aux centristes. “Il faut faire  bouger les lgnes a PS” a conclu le maire de Lyon, en rappelant que le premier secrétaire du PS ne devait pas être un candidat à la présidentielle. D’où son soutien à Ségolène Royal, qui a déjà déclaré qu’elle ne briguait plus la direction du PS. Alors que lui-même a répété qu’il n’était pas candidat à ce poste.

Primaire à gauche

Le président du conseil régional Jean-Jack Queyranne a lui insisté sur la nécessité d’organiser des primaires, ouvert à tous les sympathisants, pour désigner le candidat du PS à l’élection présidentielle. “Il faut un parti qui rassemble la gauche sans ostracisme, puis qui s’ouvre à ceux qui partagent des valeurs communes, c’est-à-dire les démocrates et les humanistes” a expliqué Queyranne, qui tend également la main au Modem de François Bayrou.
Enfin, Gérard Collomb et Jean-Jack Queyranne ont insisté sur la cohérence que doit retrouver le PS. “Gérard et moi, nous avons bourlingué depuis un certain temps dans le parti. Et on sait que le poison mortelle a été le molletisme. C’est-à-dire un discours très à gauche auprès des militants, mais un discours public au centre” a expliqué le président du conseil régional. “Il faut parler de la même manière à l’intérieur du parti qu’aux Français” a ajouté Collomb.



Tags : congrès ps |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.