Déménagement de l’emlyon à Gerland : "On est en train de conquérir le monde"

Déménagement de l’emlyon à Gerland : "On est en train de conquérir le monde"
Le campus écullois d'emlyon - DR

Révélé lundi via l’invitation à la conférence de presse de ce mardi, le projet de déménagement du campus de l’emlyon business school est désormais plus clair.

La décision du CA de déménager d’Ecully pour rallier Gerland et le 7e arrondissement est pourtant toute fraîche, elle date du 15 décembre.

Tout va s’enchaîner très vite à présent. L’emlyon espère trouver le concepteur du futur campus fin 2018, déposer le permis de construire à l’été 2019, et inaugurer le site à l’été 2022, à l’occasion de son 150e anniversaire. Le lieu retenu se trouve au-dessus de la ZAC des Girondins, sur l'ancien site Nexans, entre les stations de métro Jean-Macé et Jean-Jaurès.

"Un lieu de connexions, un hôtel de l’intelligence" à Gerland

Pourquoi un déménagement alors que l’école de commerce avait bravé toutes les épreuves depuis 1972 sur les hauteurs d’Ecully ? "Le monde de l’éducation aux affaires connaît de profondes mutations avec la digitalisation, l’intelligence artificielle, indiquait ce mardi matin Bernard Belletante, Directeur général d’emlyon. Nous travaillons déjà sur ces thèmes-là à Ecully. Mais il faut des locaux adaptés. Nos amphis de 1972 sont obsolètes, il faut imaginer des lieux d’hybridation, un site où les intelligences se croisent, un lieu de connexions, un hôtel de l’intelligence".

"On avait deux projets, reprend Emmanuel Imberton, président de la CCI, principal administrateur de l’école. On a imaginé repartir de zéro sur le site d’Ecully. Mais c’était impossible sans fermer temporairement l’école".

Et forcément, tout le monde se réjouit de la plus grande proximité avec les gares et aéroports de l'agglo, ainsi que les transports en commun bien plus développés et l'offre de logement plus conséquente.

Impossible encore de savoir à quoi ressemblera le campus de Gerland, on en est aux balbutiements du projet. Ce dernier est toutefois estimé entre 85 et 90 millions d’euros (foncier compris ndlr) par la CCI, qui n’envisage pas, "pour le moment", une ouverture du capital d’emlyon.

Combien d’étudiants afflueront dans le quartier ? Seront-ils plus que les 5000 aujourd’hui accueillis à Ecully ? "The sky is the limit (le ciel est la seule limite ndlr), on ne peut pas se fixer un nombre limite", promet Bernard Belletante. "On est en train de conquérir le monde", se prend à rêver Emmanuel Imberton.

Quant à David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, il n’est "pas inquiet une seconde sur la capacité de Gerland à absorber cette arrivée".

Ecully, un futur désert ?

Et Ecully dans tout ça ? Forcément, le maire UDI Yves-Marie Uhlrich vit très mal cette annonce. Sur Twitter, il dénonce un "mépris pour l’Ouest lyonnais". "Le maire manifeste sa colère et c’est normal, a réagi David Kimelfeld. Mais Ecully ne va pas devenir un désert. Après le départ d’Euronews pour Lyon, on avait trouvé une nouvelle société. Seb va continuer à se développer sur place. Il y a encore l’école Centrale. Et n’oublions pas l’effet positif du déclassement de l’A6/A7".

Le site d’Ecully, qui appartient à l’école, va devoir trouver un repreneur. Des pistes sont probablement sondées, mais rien n’est officiel. "Le projet du campus de Gerland ne dépend pas de la vente ou non d’Ecully", a promis Emmanuel Imberton.

Tags :

emlyon

ecully

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Bob le 16/01/2018 à 19:35

En meme temps c'est pratique pour qui ecully ?
Surtout pour une ecole...

Qu'ils restent sur leur coeur de metier de la villa hors de prix et la taxe habitation /foncière qui va avec

Signaler Répondre

avatar
EMerde le 16/01/2018 à 18:36

avatar
rdc le 16/01/2018 à 18:23
Bernard a écrit le 16/01/2018 à 17h51

Qu’a fait la commune d’Ecully pour donner envie à EMLYON de rester à Ecully.? Le centre d’é’Ecully est complètement mort le soir. Et 90% des étudiants choisissent donc d’habiter en centre ville. Mais le maire d’Ecully a toujours eu peur de développer une vie nocturne â Ecully, ce qui aurait déplu à son électorat. Pour les étudiants, venir en bus le matin est un cauchemar. La 3G ne passe pas dans la moitié des salles de l’EM etc etc... Sj le maire souhaite Si le maire souhaite qu’il y ait une vie économique, il faut qu’il considère les écoles et les entreprises comme des clients et répondre à leurs besoins.

Il faut surtout que le maire arrête de regarder son nombril

Signaler Répondre

avatar
centriste le 16/01/2018 à 18:22

Ulrich doit être vert ! Ce supo de la collombie va vite réaliser que lècher les bottes de kimefield ne lui a servi à rien

Signaler Répondre

avatar
rires le 16/01/2018 à 18:21

Comme quoi le maire d'Ecully peut faire des courbettes permanentes à Collomb, ca ne paie pas Mort de rire !

Signaler Répondre

avatar
Bernard le 16/01/2018 à 17:51

Qu’a fait la commune d’Ecully pour donner envie à EMLYON de rester à Ecully.? Le centre d’é’Ecully est complètement mort le soir. Et 90% des étudiants choisissent donc d’habiter en centre ville. Mais le maire d’Ecully a toujours eu peur de développer une vie nocturne â Ecully, ce qui aurait déplu à son électorat. Pour les étudiants, venir en bus le matin est un cauchemar. La 3G ne passe pas dans la moitié des salles de l’EM etc etc... Sj le maire souhaite Si le maire souhaite qu’il y ait une vie économique, il faut qu’il considère les écoles et les entreprises comme des clients et répondre à leurs besoins.

Signaler Répondre

avatar
chat alors le 16/01/2018 à 17:18

"On est en train de conquérir le monde" ... tu parles d'un rêve pathétique, de petit microbe.

Cet entrepreneur visionnaire est complètement décérébré par la concurrence et la guerre économique. Si au moins ils s'amusaient dans leur coin, mais non, ils nous vendent tout le bazar avec: nouvelles autoroutes et expropriations bon enfant, indignation sur "le coût de la main d'oeuvre", l'autre comme un ennemi.

Allez, tu vas plutôt pourrir le monde pour t'en mettre dans les fouilles, te planque pas derrière une minable stature d'aventurier.

Signaler Répondre

avatar
le visage le 16/01/2018 à 11:06
Fritch a écrit le 16/01/2018 à 10h57

"Mais Ecully ne va pas devenir un désert."

En réalité, cette question se pose pour l'ensemble des communes périphériques mal desservies par les transports en commun, et en particulier celles de l'Ouest.

Ces petites villes, qui ont fait le pari du tout-voiture, se retrouvent maintenant enclavées, surtout depuis que les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre de Lyon. Elles le seront encore plus lorsque l'A7 n'existera plus et que le litre d'essence sera à deux euros.

Le réseau de bus ne pourra jamais couvrir efficacement les centaines d'hectares de lotissements et de zones d'activité peu dense.

Et ce n'est pas le COL qui les sauvera, au contraire.

Développer un "pôle", ça veut dire prendre l'activité chez les autres.
Les banlieues de Lyon deviennent des dortoirs sans vie et sans ressources.

Signaler Répondre

avatar
Fritch le 16/01/2018 à 10:57

"Mais Ecully ne va pas devenir un désert."

En réalité, cette question se pose pour l'ensemble des communes périphériques mal desservies par les transports en commun, et en particulier celles de l'Ouest.

Ces petites villes, qui ont fait le pari du tout-voiture, se retrouvent maintenant enclavées, surtout depuis que les voitures ne sont plus les bienvenues dans le centre de Lyon. Elles le seront encore plus lorsque l'A7 n'existera plus et que le litre d'essence sera à deux euros.

Le réseau de bus ne pourra jamais couvrir efficacement les centaines d'hectares de lotissements et de zones d'activité peu dense.

Et ce n'est pas le COL qui les sauvera, au contraire.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.