Suicide ou meurtre ? Les proches de la gendarme Myriam Sakhri veulent une nouvelle enquête

Suicide ou meurtre ? Les proches de la gendarme Myriam Sakhri veulent une nouvelle enquête
Myriam Sakhri - DR

Sa famille cherche toujours à comprendre les circonstances de son décès.

La gendarme de 32 ans avait été retrouvée morte, tuée d’une balle dans le ventre en septembre 2011 dans son logement de fonction de la caserne Delfosse dans le 2e arrondissement.

Si la version officielle avait mis en avant un suicide de la jeune femme, ses proches continuent de penser que ce n’est pas le cas. Ils avaient d’ailleurs porté plainte contre X pour "homicide involontaire" mettant en avant des remarques sexistes racistes reçues par Myriam Sakhri au sein de la caserne.

Malgré un non-lieu, la famille de la jeune femme n’entend pas baisser les bras en organisant ce mercredi après-midi à 15h un rassemblement devant le tribunal de grande instance de Lyon avec comme objectif de demander l’ouverture d’une nouvelle instruction.

Tags :

myriam sakhri

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Geronimo 5962 le 29/11/2018 à 11:38

Myriam Sakhri avait rdv le lundi suivant avec son avocat pour lui remettre preuves et enregistements.
Une balle dans le foie donc longue agonie, 4-5 heures pour un pompier volontaire cela me semble improbable.
Surtout en présence de son chien adoré Glasgo retrouvé tout propre et sans collier.
Rideaux des fenétres oû elle se trouvait, arrachés.
Pièce dans un grand désorde et beaucoup d'autres incohérance comme l'emplacement de son arme par rapport à son corps, la précipitation de ses ''collègues'' gendarme dans son logement au matin pour profaner le lieu .

Signaler Répondre

avatar
69 le 25/10/2018 à 16:07

Beaucoup de suicide chez les policiers et gendarmes à cause de leur conditions de travail.

Signaler Répondre

avatar
troisième le 24/10/2018 à 19:20

C'es curieux :
Quand un salarié du privé se suicide, c'est toujours la faute de sa boite.
Quand c'est un agent public, c'est toujours un problème personnel.

Signaler Répondre

avatar
jean François le 24/10/2018 à 19:04

encore un CRC suicidé aujourd'hui dans le hautes Pyrénées
bien dommage tout ça.

(sud oust presse)

Signaler Répondre

avatar
macronie. le 24/10/2018 à 15:34

Encore un dossier criminel dont seul Lyon avec Marseille ont le secret !

Les proches de cette dame, ont raison de se battre pour que vérité soit faite et dite.
Ils se battent, car des faits sont là pour contredire la version officielle qui conclue au suicide.
Mais l'injustice reste sourde et aveugle.

Pourtant il y a matière a s'interroger légitimement :

Pourquoi est-ce la gendarmerie qui a mener l'enquête ?

Pourquoi des témoins et d'autres témoignages venant contredire l'enquête officielle, ne sont pas pris en compte ?
Etc.

Il y a quelques jours, des proches d'un homme tué par un policier, manifestaient pour que soit diligenter une reconstitution et une nouvelle enquête.

Aujourd'hui, des proches d'une autre victime crient à la justice de l'entendre.

Peine perdue.

Géographiquement parlant, nous ne sommes pas en Arabie saoudite, ni en Corée du nord.
Mais uniquement pour des raisons géographique.
Car les méthodes sont les mêmes.

Bienvenue en macronie.

Signaler Répondre

avatar
JPB42 le 24/10/2018 à 13:47

On peut mourir à cause de l'ambiance au travail. ..que vérité soit dite !

Signaler Répondre

avatar
eric69 le 24/10/2018 à 12:01

Triste histoire ! J espere que la verité arrivera un jour.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.