Confluence phase 2 : l'ilot Ydeal pour défendre les enjeux durables

Confluence phase 2 : l'ilot Ydeal pour défendre les enjeux durables
LyonMag

Confluence, le premier quartier durable labellisé WWF semble multiplier les projets pour continuer ses ambitions toujours plus fortes. Ce jeudi, la Métropole de Lyon a présenté la phase 2.

"On a pu monter que dans une ville, qui finalement se reconstruit parce que la Confluence c'est presque un nouveau territoire, on pouvait multiplier les initiatives", s'est réjoui David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon.

Que ce soit avec la construction de bâtiments basés sur l'autoconsommation, une nouvelle façon de penser les espaces publics ou encore la construction d'immeuble moderne "en terre crue", l'ingéniosité des architectes est fortement mise au défi, lors de la présentation de l'avancement de l'ilot Ydeal.

"Le Champs", qui aujourd'hui n'a pas d'arbres et qui pourtant est déjà considéré comme le nouveau poumon vert du quartier, s'inscrit dans la deuxième grande partie de la Confluence. "La démarche est innovante : il s'agit de créer la ville de demain en inversant le regard sur la façon de la concevoir : un paysage de bois habité par des bâtiments invités dans un grand espace de nature. Pour cela, on teste, pas à pas, des nouvelles façons plus écologiques de concevoir en employant des techniques alternatives, en mobilisant les habitants et en réfléchissant aux pratiques et aux usages. L'objectif est de modifier le site de façon radicale et durable, en réintégrant la nature (une plantation massive de 1000 arbres) et la biodiversité et en le rendant attractif pour favoriser son appropriation par les visiteurs et les futurs riverains", a expliqué la Métropole.

La station Mue, décrit comme le cœur battant du Champs, est un lieu hybride d'expérimentation sociale, culturelle et écologique. Ce projet imaginé par l'équipe de paysagistes BASE et du collectif Bruit du Frigo

"L'idée, c'est de dire que ce qu'on a fait ici à la Confluence qui est plutôt de l'expérimentation à grande échelle il faut qu'on accélère le mouvement parce que c'est une réponse absolument indispensable au dérèglement climatique (…) On peut bien évidemment imaginer que ce qui s'est réalisé ici puisse demain se réaliser au cœur de la ville de Lyon sur d'autres espaces organisés ici", a confié le président de la Métropole de Lyon.

Le projet urbain aboutira à l'horizon 2025 avec un million de m² supplémentaires.

8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Précision? le 29/06/2019 à 13:48
kumer a écrit le 27/06/2019 à 19h01

Je travaille à Confluence depuis 5 ans dans un bâtiment neuf et innovant Nous payons des charges colossales et même avec tous les systèmes innovants des qu il y a du soleil on se pete de chaud Rien ne fonctionne correctement c est une horreur Merci à l architecte qui a conçu ce bâtiment

Bonjour,
De quel bâtiment vous parlez?

Signaler Répondre

avatar
johann le 29/06/2019 à 09:28

ET SUR LE QUAI A CONFLUENCE CA SERAI BIAN AUSSI DE PLANTER DES ARBRES

Signaler Répondre

avatar
1083 le 28/06/2019 à 22:10
Nostromo a écrit le 28/06/2019 à 10h47

Ce qui me gène sur Confluence, c'est ces immenses zones très minérales qui créent des ilots de chaleur insupportables
Par exemple autour de l’hôtel de région , fournaise l'été, glacial l'hiver
C'est incompréhensible quand on voit parallèlement le travail sur les ilots de chaleur dans le nouveau PLUH
Il n'est pas trop tard pour arrêter la connerie et pour végétaliser ces espaces morts
Et aussi pour rappeler que les architectes (qui n'habitent pas leurs œuvres) doivent respecter des règles de bon sens

plutôt les urbanistes et les politiques que les architectes. Mais si vous demandez à un élu plus de "vert" dans votre ville il vous répondra que ça coute cher parce qu'il faut payer des salariés...

Pour Confluence là ou les architectes auraient pu faire un effort c'est sur les matériaux "bio-sourcés" mais nous avons un septuagénaire colérique aux Terreaux qui ne veut pas en entendre parler.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 28/06/2019 à 10:47

Ce qui me gène sur Confluence, c'est ces immenses zones très minérales qui créent des ilots de chaleur insupportables
Par exemple autour de l’hôtel de région , fournaise l'été, glacial l'hiver
C'est incompréhensible quand on voit parallèlement le travail sur les ilots de chaleur dans le nouveau PLUH
Il n'est pas trop tard pour arrêter la connerie et pour végétaliser ces espaces morts
Et aussi pour rappeler que les architectes (qui n'habitent pas leurs œuvres) doivent respecter des règles de bon sens

Signaler Répondre

avatar
La bonne blague le 28/06/2019 à 08:06

C est quoi ce batiment degueux????? On se croirait dans une zad
C est ca le progres?

Les brumistaeurs qui humidifient les toits des restau du dernier etage du centre commercial.... C est ecolo ca?

Ce quartier est une honte parce que moche, mal concu.... Et surtout drapé de corruption

Signaler Répondre

avatar
t69007 le 27/06/2019 à 22:34

Votre dernière phrase résume tout. Un architecte ne sait pas concevoir ce n’est pas un ingénieur.

Signaler Répondre

avatar
Précision? le 27/06/2019 à 20:59
kumer a écrit le 27/06/2019 à 19h01

Je travaille à Confluence depuis 5 ans dans un bâtiment neuf et innovant Nous payons des charges colossales et même avec tous les systèmes innovants des qu il y a du soleil on se pete de chaud Rien ne fonctionne correctement c est une horreur Merci à l architecte qui a conçu ce bâtiment

Quel bâtiment?

Signaler Répondre

avatar
kumer le 27/06/2019 à 19:01

Je travaille à Confluence depuis 5 ans dans un bâtiment neuf et innovant Nous payons des charges colossales et même avec tous les systèmes innovants des qu il y a du soleil on se pete de chaud Rien ne fonctionne correctement c est une horreur Merci à l architecte qui a conçu ce bâtiment

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.