Le Comité métropolitain de Relance de la Métropole de Lyon mis en suspens

Le Comité métropolitain de Relance de la Métropole de Lyon mis en suspens
David Kimelfeld -LyonMag

Le Comité métropolitain de Relance avait été lancé il y a un mois par David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon, pour répondre à la crise engendrée par le Covid-19. 

Composé de 66 personnalités du territoire, respectant une parité entre des acteurs politiques et ceux de la société civile, il avait pour but de "donner des armes absolument nécessaire en réponse à cette crise sans précédant. Nous allons repenser collectivement le monde d’après, dans un travail continu à travers 10 commissions thématiques".

Mais ce mardi, la collectivité a indiqué que "compte tenu du second tour des élections municipales et métropolitaines le 28 juin prochain, et pour des raisons juridiques, la mise en sommeil du CMR sera effective le 15 juin, date du début de la campagne officielle". David Kimelfeld indique que "l’ensemble des travaux menés jusque-là seront mis à la disposition de tous les membres et de tous les conseillers métropolitains. En quelques semaines, une soixantaine d’auditions transversales ou thématiques ont déjà pu être réalisées avec des personnes aux profils très variés. De nombreuses pistes de travail ont déjà été identifiées. Il reviendra au nouvel exécutif la charge de reprendre ou non ces travaux"

8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Duc de pouille le 10/06/2020 à 12:17

Censuré on voit pour qui lyon mag travaille

Signaler Répondre

avatar
Yves Botton le 10/06/2020 à 11:56

Il me semblait que Georges Képénékian avait déjà rendu son rapport, votre journal en parle dans un article daté du 9 juin 2020.

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 09/06/2020 à 21:13
Calhannette a écrit le 09/06/2020 à 20h56

Mais tais toi coupin au lieu de dire des âneries.

Non, j'rigole...

T'es nul quand même l'âne.

Tout çà pour rien ami de nous !
Ne te fatigue pas trop car , tu va transpirer pour rien et t'user côté sudation si tu bois moins d'eau....l'alcool et à prohiber sauf avec de la mesure.

Signaler Répondre

avatar
Calhannette le 09/06/2020 à 20:56
Calahann a écrit le 09/06/2020 à 19h06

Un toutou face à sa gamelle d'eau....Ou bien un riche rêvant de rejoindre un prince qui fait pipi au lit .

Mais tais toi coupin au lieu de dire des âneries.

Non, j'rigole...

T'es nul quand même l'âne.

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 09/06/2020 à 19:06

Un toutou face à sa gamelle d'eau....Ou bien un riche rêvant de rejoindre un prince qui fait pipi au lit .

Signaler Répondre

avatar
:) le 09/06/2020 à 18:47
Game over a écrit le 09/06/2020 à 18h34

Après la mort de George Floyd, il va falloir respecter une période de deuil importante avant de reprendre le débat autour de sujets qui relèvent de la bagatelle.

Place Bellecour 69002 LYON

---> Place George Floyd (1973-2020)

Ne croyez pas toutes les âneries que vous entendez à LyonII ! Et ne les répétez pas, par la même occasion.

Signaler Répondre

avatar
Game over le 09/06/2020 à 18:34
PerouAtLC a écrit le 09/06/2020 à 18h31

Une seule chose compte, que les salariés ne payent pas la facture (licenciements, durée de travail augmenter, baisse et/ou gels des salaires, réductions des RTT et/ou congés, etc etc) alors que les entreprises sont massivement aidées. Il ne doit pas y avoir 2 poids 2 mesures.
Comme savent si bien le dire les chefs d'entreprises, c'est l'état qui a fermé boutique, c'est à lui de payer. C'est exactement la même chose pour les salariés.

Après la mort de George Floyd, il va falloir respecter une période de deuil importante avant de reprendre le débat autour de sujets qui relèvent de la bagatelle.

Place Bellecour 69002 LYON

---> Place George Floyd (1973-2020)

Signaler Répondre

avatar
PerouAtLC le 09/06/2020 à 18:31

Une seule chose compte, que les salariés ne payent pas la facture (licenciements, durée de travail augmenter, baisse et/ou gels des salaires, réductions des RTT et/ou congés, etc etc) alors que les entreprises sont massivement aidées. Il ne doit pas y avoir 2 poids 2 mesures.
Comme savent si bien le dire les chefs d'entreprises, c'est l'état qui a fermé boutique, c'est à lui de payer. C'est exactement la même chose pour les salariés.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.