Passage à tabac d’un policier : les agresseurs savaient bien qui ils frappaient 

Passage à tabac d’un policier : les agresseurs savaient bien qui ils frappaient 
Photo d'illustration - LyonMag

Dimanche, LyonMag révélait l’agression d’un policier et de sa compagne dans le 7e arrondissement de Lyon.

Dans un communiqué publié ce mercredi, le parquet de Lyon a donné quelques détails sur la procédure en cours. Il indique ainsi qu’une information judiciaire a été ouverte à la suite de l’agression très violente.  

On apprend également qu’après le passage à tabac, le policier présentait plusieurs fractures à la cheville, une luxation du talon d'achille et de nombreuses ecchymoses sur tout le corps. Après avoir été opéré, il lui était prescrit une incapacité totale de travail de 45 jours tandis que sa compagne, qui avait également reçu un coup à la clavicule, présentait une ITT de 3 jours.

L’enquête progresse puisque trois personnes, un majeur et deux mineurs âgés de 14 et 17 ans ont été déférés par le parquet et mis en examen pour violences volontaires avec arme et en réunion ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours sur une personne dépositaire de l'autorité publique et de violences volontaires en réunion sur le conjoint d’une personne dépositaire de l'autorité publique à raison des fonctions de cette dernière. Les trois hommes sont inconnus des services de la justice. La justice lyonnaise indique que "des réquisitions de mandat de dépôt ont été prises par le parquet à l'encontre du majeur et du mineur de 17 ans, tandis que des réquisitions de placement sous contrôle judiciaire avec éloignement du 7ème arrondissement de Lyon ont été prises à l'encontre du mineur de 14 ans".

Les trois individus ont reconnu leur présence sur les lieux de l'agression tout en minimisant leur participation et en contestant avoir connu la qualité de policier de la victime. Mais toujours selon le parquet, "plusieurs éléments recueillis par les enquêteurs, notamment auprès d'un témoin direct des faits, ont cependant permis de confirmer que les auteurs avaient bien connaissance de la qualité de la victime au moment de l’agression"

Les investigations continuent pour identifier et interpeller l’ensemble des auteurs de cette agression.

17 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
tchetchene le 18/06/2020 à 12:23

vous parlez des tchetchenes....vous voyez pas.quil se cachent.la.? arretez les quartier de lyon c pas.dijon

Signaler Répondre

avatar
Larue69007 le 18/06/2020 à 12:22

mdr les petits de 14 et 17ans i savais pasqu'ils était de la police le.pauvre.ptdr est arretez de parler des tchetchene vous etes on qua parler en commentaires,sa fait pas de mal quand cest un policier est pas un jeunes ;D

Signaler Répondre

avatar
la suite le 18/06/2020 à 11:48
RCDG a écrit le 18/06/2020 à 09h37

"Le ver est dans le fruit, je répéte, le ver est dans le fruit."
Appelle du 18 juin.

Dans quel cadre, ce policier connaissait ces agresseurs ? professionnel ou privé ?
L'enquête le dira,
Le ver est souvent dans le fruit

Signaler Répondre

avatar
yfoyaka le 18/06/2020 à 11:36

Comme d'habitude il vont tomber sur un juge ""bien gentil"" la trouille qui va leur infliger une toute petite sanction et de la morale dont ils ont en rien à foutre.A la prochaine!!!

Signaler Répondre

avatar
M le 18/06/2020 à 11:18

Toujours les mêmes qui posent problème...

Signaler Répondre

avatar
Triste Sire le 18/06/2020 à 10:10

"Les trois individus ont reconnu leur présence sur les lieux de l'agression tout en minimisant leur participation et en contestant avoir connu la qualité de policier de la victime."
Quelle classe, quel courage...

Signaler Répondre

avatar
RCDG le 18/06/2020 à 09:37

"Le ver est dans le fruit, je répéte, le ver est dans le fruit."
Appelle du 18 juin.

Signaler Répondre

avatar
pie69 le 18/06/2020 à 07:13

Oui je suis d’accord !

Signaler Répondre

avatar
Consternant le 18/06/2020 à 05:44

A défaut de réaliser l’abjection de leurs actes, ils vont devoir en assumer les conséquences. Ça ne doit pas leur arriver souvent. Parce que s’ils s’en prennent à un flic, c’est probablement qu’ils se sont fait la main sur d’autres avant.

En plus des poursuites prévues par la loi, on aurait envie de voir chacun de leurs visages affichés dans leur quartier avec, dessous, un simple mot : « LÂCHE ».

Mais ils sont tellement c*ns qu’ils prendraient sûrement ça comme une incitation à faire pire.

Signaler Répondre

avatar
Racaille live matter le 17/06/2020 à 21:55

Il faut virer les flics et embaucher des tchetchene à la place

Signaler Répondre

avatar
Mouarf le 17/06/2020 à 21:09
Les courageux ... a écrit le 17/06/2020 à 18h15

On les connaît... Les mêmes qui chialaient devant les tchetchenes...

On signale une rupture de papier toilette dans les rayons des supermarchés du quartier des Grésille de Dijon.

Signaler Répondre

avatar
mdr69 le 17/06/2020 à 21:06

Y'aura pas de tchetchenes à lyon, y'a trop de russes haha

Signaler Répondre

avatar
flaysher le 17/06/2020 à 20:19

j ai 21ans de lyon et je vous partage mon point de vue sur cette affaire . les presumé agresseur devait etre arreté et jugé si les preuve sont assez suffisante ce qui est normal , je vais souligné la rapidité de l enquète et des arrestation quand un policier est agresssé mais un l'inverse quand des policier sont impliqué dans des violence policiere comme au burger king a paris l'enquète dure tres longtemps et il me semble quelle n'ai pas encore terminé . justice a 2 vitesse !!!

Signaler Répondre

avatar
Tounsi 69 le 17/06/2020 à 18:32

Lyon ces pas Dijon les tchétchènes à Lyon il reste pas 5 mn

Signaler Répondre

avatar
bienvenue en prison le 17/06/2020 à 18:31

Votre colocataire est tchétchène bon séjour

Signaler Répondre

avatar
Sherlock knows le 17/06/2020 à 18:24
Les courageux ... a écrit le 17/06/2020 à 18h15

On les connaît... Les mêmes qui chialaient devant les tchetchenes...

Et quand est-ce que Lyon va avoir ses Tchétchènes aussi ?

Signaler Répondre

avatar
Les courageux ... le 17/06/2020 à 18:15

On les connaît... Les mêmes qui chialaient devant les tchetchenes...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.