Lyon : l'auteur d'une agression au cutter dans le tramway a été interpellé

Lyon : l'auteur d'une agression au cutter dans le tramway a été interpellé

Ce Lyonnais de 20 ans a reconnu a reconnu avoir assené un coup de cutter au visage d'un quadragénaire à la station Villon du T2 le 7 mars dernier vers 22h30.

L'altercation avait débuté quelques minutes plus tôt dans la rame quand la victime, âgée de 42 ans, avait demandé au garçon de cesser d'importuner les passagers. Le jeune homme, présenté au parquet samedi, a été incarcéré. Sa victime qui présentait une coupure sur une bonne partie du visage s'est vue prescrire un arrêt de travail de 15 jours.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Homère le 16/03/2011 à 14:21

Oui et je rajouterai, que le racisme n'est en france que dans un sens, c'est que le gentil black contre le méchant blanc. Sa c'était dans les années 60/70 maintenant c'est le contraire et les jeunes blancs d'aujourd'hui n'ont rien a voir avec toutes ces histoires passées. Faut arreter de faire culpabiliser la population sur des actes passés. Dans ces cas là il faudrait tabasser tous les américains pour le génocide indiens et les Allemands a cause des nazis, cela n'a pas de sens. Alors que tous ceux qui se baladent dans la rue et prennent le Métro savent bien ce qu'il en est : c'est toujours le contraire, je n'ai jamais vu de reflexions ou d'aggressions physique ou verbales de blanc contre minorités visibles, par contre j'ai vu le contraire au moins une fois par semaine. C'est surtout à cause de ces associations de la pensée uniques dites anti racistes. Comme disait Desproges : [je serais pour Sos-Racisme quand il y aura un "S" à Racisme].

Signaler Répondre

avatar
repus le 15/03/2011 à 18:04

Mais c'est clair : soit c'est un "jeune" ou alors des "jeunes", sinon c'est alexandre/pierre écrit en toute lettre. Pour moi l'état végétatif de pensée unique dans lequel se trouve la France est dû en grande partie aux journalistes. Attention faut pas s'attirer les foudres de telle ou telle communauté, par contre les noms bien français ça on peut les dire sans problème... Soyons Fiers, tête haute, que la jeunesse retrouve son envie qu'elle se regroupe pour se défendre. Ne lachons pas le morceaux.

Signaler Répondre

avatar
ReActif le 15/03/2011 à 05:30

C'est quoi cette discrimination inversé ou l'on ne publie pas un nom si il vient de la diversité alors que l'inverse se ferait ? A ce que je sache une fois qu'un jugement est fait l'identité de l'auteur n'est pas couverte par une quelconque protection ? Il y a vraiment un texte qui dit clairement que si l'auteur vient "de la diversité" son identité ne doit pas être communiqué ? Si c'est le cas cela me révulse au plus au point. et me donne envie d'hurler quel pays de peureux et lopette. J'espère que c'est faux franchement, faut remettre les pieds sur terre la.

Signaler Répondre

avatar
SBL le 14/03/2011 à 20:43

Pourquoi poser une question dont on connaît la réponse, sans doute...

Signaler Répondre

avatar
R.Ara le 14/03/2011 à 18:41

La consigne est de ne pas donner les noms des agresseurs lorsqu'ils sont issus de la diversité. Le Progrès avait publié le noms des meurtriers des premiers crimes de 2011 (http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/4626154/Des-acces-de-colere-qui-se-terminent-dans-le-sang.html), la page a été supprimée depuis; cependant le contenu est toujours consultable dans le cache de Google.

Signaler Répondre

avatar
aiglemalin le 14/03/2011 à 14:51

Peut-on savoir comment s'appelait l'agresseur ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.