Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

La Région s’installe à la Confluence

Depuis une semaine, les 1500 agents de Rhône-Alpes déménagent et prennent leurs nouveaux quartiers dans l’hyper-centre de Lyon. Jusqu’à la mi-juin, les camions de cartons vont enchaîner les allers-retours depuis l’ancien siège de Charbonnières-les-Bains, devenu beaucoup trop petit. Le nouveau site, lui, fait la part belle à l’architecture, à la qualité environnementale mais aussi à la fonctionnalité.

Enfin ! Attendu pour livraison en septembre 2010, le nouveau siège du Conseil régional aura donc mis six années entre la décision de quitter Charbonnières et son installation effective à la Confluence (2e). Annoncé en 2005 pour 90 millions d’euros HT, le nouveau vaisseau amiral aura finalement coûté 147 millions d’euros HT au contribuable lyonnais. Un différentiel de 50 millions d’euros qui n’aura pas impacté le contribuable, solidaire à hauteur de 30 millions d’euros au final, et qui s’explique par le choix fait d’améliorer les technologies du bâtiment. En particulier sur le choix fait du photovoltaïque.

Jean-Jack Queyranne, président de la Région © Lyon MagJean-Jack Queyranne, président de la Région © Lyon Mag

De l’extérieur, l’aspect froid et cubique du bâtiment pourrait en laisser certains de marbre. Mais à l’intérieur, tout impressionne : la fraîcheur du béton, les nombreuses fenêtres et surtout l’espace central, immense.
C’est le sentiment de Fabienne Meynard, qui est installée depuis seulement quelques heures au 5e étage. Cette chargée d’orientation pour les lycéens s’accorde un petit temps d’adaptation. « Je me suis un peu perdu dans les couloirs ce matin, rigole-t-elle. Le plus difficile sera sans doute de repérer les bureaux des collaborateurs avec lesquels j’ai l’habitude de travailler »

La hall traversant Nord/Sud du nouveau sièges, avec les passerelles liant la partie Est et Ouest du bâtiment © Lyon MagLa hall traversant Nord/Sud du nouveau sièges, avec les passerelles liant la partie Est et Ouest du bâtiment © Lyon Mag

La salle du conseil, encore immaculée, ressemble à une petite salle d’opéra, avec ses deux balcons. Et ce qui frappe également, c’est la place de la verdure, à l’intérieur même du bâtiment avec deux jardins. Des espaces nécessaires pour l’architecte, Christian de Portzemparc. « C’est important de prendre en ligne de compte les 1 500 personnes qui vont travailler sur ce site. Il fallait pouvoir créer des espaces privatifs, où l’on peut se retrouver, à trois ou quatre personnes, pour pouvoir discuter. Il faut arriver à recréer ces cadres d’intimités, dont les jardins concourent, pour que le travail ne devienne pas une activité étouffante. »

Les zones de verdures, multiples, se disséminent dans l'ensemble du bâtiment © Lyon MagLes zones de verdures, multiples, se disséminent dans l'ensemble du bâtiment © Lyon Mag

A l’inverse, le gros défaut du nouveau site, c’est son parking : seulement 435 places pour 1500 agents, dans un quartier où la circulation est déjà saturée. Fabienne, elle, vient l’été en vélo, mais l’hiver s’annonce compliqué. « Il faudra se débrouiller. Je suis arrivé aux alentours de 7h45 ce matin. Aucune place sur le cours Charlemagne n’était disponible. Cela posera un problème, surtout l’hiver pour moi qui privilégie le vélo. » Et la Région a déjà anticipé ce manque de foncier en déposant des réserves de bâtiments sur la deuxième phase du projet urbain de la Confluence. Une préemption hypothétique qui devrait permettre de pouvoir accueillir confortablement les futurs conseillers territoriaux en 2014.
La salle du Conseil a également été conçue pour cette perspective. En attendant, les 156 élus la découvriront officiellement pour la séance du 1er juillet du Conseil régional.



Tags : confluence | conseil regional |

Commentaires 4

Déposé le 25/05/2011 à 14h43  
Par Le commissaire aux comtes, aux marquis, et aux ducs et princes de la République Citer

@Monsieur Blachier La gabegie que constitue ce nouveau siège (extérieurement hideux) est un véritable scandale, qui va bien avec le goût du somptuaire et le mépris qu'on en général les élus de Gauche pour l'argent des contribuables qui n'hésitent pas à jeter par les fenêtres pour satisfaire leur immense ego. On glose sur la chambre à 3000 Dollars que DSK a payé (à titre privée) à New-York, mais il s'agissait de ses propres deniers... On serait surpris de constater sur quel pied le Roitelet républicain JJQ lorsquil se déplace avec sa cour ! Quant au lieu même choisi pour implanter le Palais de JJQ c'est en plein milieu du nouveau quartier de la Fête, des noctambules et des bobos, tout un symbole! Un lieu encore moins accessible que Charbonnières lorsque le périphérique sera bouclé! Quant à JJQ, c'est un récidiviste! Pour satisfaire son ego, et sans doute laisser sa marque, ce "socialiste" n'a pas hésité à dépenser 1,4 millions d'euros pour changer le logo de la Région! ( 73 000 euros pour le logo lui-même, 850 000 euros pour la campagne de publicité et 450 000 euros pour son installation sur les différents bâtiments du conseil régional, notamment les lycées) Comme pour DSK, d'ici la présidentielle il serait bon que la presse fasse son travail et informe les français de la réalité des moeurs de certains qui se disent de Gauche, mais en réalité vivent comme des pachas avec l'argent des contribuables, de ceux qui se réclament du Peuple, mais dont un des "Thinktank" (Terra Nova) les invite à changer de Peuple pour les prochaines élections - le "Peuple des travailleurs, de ceux qui souffrent des fins de mois difficiles et des effets de "l'Europe" et de la "mondialisation heureuse les ayant définitivement quitté! En cette période de crise les frasques somptuaires de nos dirigeants deviennent de plus en plus insupportable à ceux qui sont exclus du festin... Ils devraient se méfier car c'était la même situation juste avant la Révolution française...et la tête du Roi et de la Reine ont roulé dans la sciure! et les "sans culottes" et les "va nu pied" de notre époque pourraient bien se mettre à chanter : "A ça ira, ça ira...les nouveaux aristocrates à la lanterne,...."

Déposé le 25/05/2011 à 11h38  
Par lyonnais Citer

Quand l'on fait quelque chose on le fait bien ou l'on ne fait rien! Là où il fallait nous mettre un piste verte avec son très gros téléphérique (le métro) votre copain (le maire de Lyon) nous pond des pistes noir avec plusieurs petits télésièges à pince fixe. Non franchement il n'est pas mallin votre copain, monsieur l'élu du 7ème!

Déposé le 25/05/2011 à 10h25  
Par romain blachier Citer

Si vos copains de droite l'avaient pas bêtement foutu à Charbonnieres pour des raisons clientélistes, on aurait pas eu à le ramener à Lyon ce siège, monsieur le commissaire aux comtes. Une région comme Rhone-Alpes mérite d'être située dans un endroit un peu accessible.

Déposé le 25/05/2011 à 09h58  
Par Le commissaire aux comtes Citer

Aujourd'hui Jean-Jacques Queyranne, son Conseil et ses secrétaires s'installe nt dans son nouveau Palais Urbain (la campagne - Charbonnières - était devenu "trop compliqué", dû a son architecte le Vicomte Christian Urvoy de Portzamparc. La bagatelle a coûté aux contribuables 200 millions d'euros (alors qu'en 2005 le coût était estimé à 95 millions d'euros ) soit 10 à 15 lycées! Le Président a juste oublier de prévoir des places de parking pour la valetaille... ""ils n'ont pas de place pour garer leurs voitures ? mais ils n'ont qu'à venir à pied, en train, en Métro, en Bus, en Tramway ou en vélo! ça fera des économies de carbone..." aurait-il déclaré (source non confirmée). Il est question d'une journée "portes ouvertes" afin que le Bas-peuple puisse visiter ses nouvelle et coûteuse "folie présidentielle".

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.