TCL : Genas, ultimatum en février

TCL : Genas, ultimatum en février
Bernard Rivalta - LyonMag

De l’aveu de Bernard Rivalta, qui menaçait d’exclure Genas du nouveau plan Atoubus, le Sytral se laisse jusqu’à février pour prendre une décision définitive concernant l’avenir de la desserte de la commune.

La crise couve depuis des mois mais lundi matin, à l’heure de la mise en place du nouveau réseau de surface des TCL, le 68 desservait toujours Genas. Mais la pomme de discorde demeure : la desserte de la Ville coûte trop cher au Sytral. Hors du périmètre du Grand Lyon mais inclue au plan de transports urbains (PTU), la commune ne s’acquitte que de 20% des coûts engendrés par sa desserte. La ville est liée au Sytral par une convention datant de 2001, qui fixe les termes de la contribution financière de Genas au syndicat mixte. Mais les entreprises de la commune ne sont pas soumises au versement transport du à l’autorité organisatrice des transports. Cela s’explique par l’offre de transports, plus maigre en périphérie qu’en centre-ville.
« Nous nous laissons jusqu’à février pour régler cette affaire avec Genas », confiait dimanche Bernard Rivalta qui, s’il soufflait sur les braises avant les vacances à ce sujet, semble désormais plus enclin à trouver des solutions durables. La communauté de communes de l’est lyonnais (CCEL) ne souhaitant pas intégrer le Grand Lyon, une extension du PTU à la CCEL serait à l’étude.

Tags :

Genas

sytral

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
Jacquot le 29/08/2011 à 21:04

Girouette Le Sytral sentirait-il le vent tourner. ??

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.