Najat Vallaud-Belkacem veut "abolir" la prostitution

Najat Vallaud-Belkacem veut "abolir" la prostitution
Najat Vallaud-Belkacem - DR

Selon le Guardian, la ministre du Droit des Femmes a trouvé un autre cheval de bataille pour son quinquennat.

Après la loi sur le harcèlement sexuel, c'est le dossier de la prostitution qui accaparera la Lyonnaise. Elle l'a assurée au Journal du Dimanche : "Mon objectif, c'est celui du PS, c'est de voir la prostitution disparaître. (...) Cette position abolitionniste est le fruit d'une réflexion tirant les leçons des insuffisances des dispositifs actuels", explique-t-elle. La priorité reste la sécurité des prostituées selon la porte-parole du gouvernement. "Ce sont d'abord des victimes de violences de la part des réseaux, des proxénètes". La pénalisation des clients serait un premier pas pour rejoindre la Suède, pays pionnier en la matière. Au Guardian, NVB avait indiqué vouloir rencontrer Theresa May, son homologue britannique et aussi organiser une réunion d'experts, une "conférence de consensus" pour agir au niveau européen.

14 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
pebble le 25/06/2012 à 14:20
Yvan, de Lyon. a écrit le 24/06/2012 à 18h33

Face à une telle annonce, quelle est la bonne réaction ? Répondre à une connerie par une autre connerie ?!

Non, le sujet est trop sérieux et horrible, pour voir cette question traitée par-dessus la jambe, comme c'est le cas avec ces démocrates-sociaux !

Il n'est pas sérieux et réaliste, de vouloir abolir la prostitution au prétexte de l'insuffisance des dispositifs actuel et de la sécurité des prostituées.

D'une part, pour ces démocrates-sociaux il est inconcevable qu'il puisse y avoir des prostitué(e)s libre !
De tous temps, une part non quantifiable de la prostitution est organisée à plus ou moins grande échelle.
Cela va du « julot casse-croute » aux réseaux internationaux.

Oui à la lutte sans pitié, contre les ordures qui contraignent par la force et/ou la menace, des femmes, des hommes et des enfants, à la prostitution.

Non, à la répression contre des femmes et hommes libres.

D'autre part, vouloir abolir l'un des plus vieux métiers du monde, c'est comme abolir les boulangeries ou les espaces de rencontre, comme les bars ou les Centres Culturels !

Les femmes et hommes qui se prostituent librement, exercent un métier utile et indispensable, pour que notre société et celles qui nous ont précédés, fonctionnent correctement.

Je ne vais pas faire un dessin, à celles et ceux qui n’auraient pas compris !
Non, plutôt que de vouloir abolir la prostitution comme de vouloir acquérir la Lune.
Il serait plus intelligent et réaliste, de réfléchir aux conditions d’ouverture de lieux de consommations sexuelles tarifées.
Des locaux gérés par des sociétés, et loués aux prostitué(e)s comme c’est le cas en Allemagne.

L’exercice de ce métier, se ferait en toute transparence, sécurité et hygiène, pour les prostitué(e)s, clients et « la société ».

En conclusion, je m’étonne du silence des associations de défense des travailleurs du sexe…
Auraient-elles perdues l’usage de la parole, parce que cette proposition d’abolition provient d’un gouvernement « social-démocrate » ?!

Dommage que cette proposition soit portée par une femme, envers qui j’ai beaucoup de respect.

tout à fait d'accord sur ce commentaire judicieux et intelligent,!!!bravo!

Signaler Répondre

avatar
Une Lyonnaise le 25/06/2012 à 13:44

Si je peux, j'ajoute ce lien au débat : http://www.slate.fr/tribune/47207/prostitution-abolition
Il explique pourquoi on ne peut pas considérer la prostitution comme un métier "ordinaire", ce qui se passe quand on légalise et quand on abolit, et les conséquences traumatiques de la prostitution sur les victimes.

Signaler Répondre

avatar
Une Lyonnaise le 25/06/2012 à 13:16

JBC, certes, ça ne suffira pas et c'est un chantier énorme. Ce n'est absolument pas une raison pour ne rien faire. Et concernant les étudiantes qui se prostituent pour arrondir les fins de mois, il y a du travail en amont à faire, pour que les fillettes et les adolescentes apprennent à respecter leur propre corps, pour que tous les abus sexuels soient punis (un pourcentage effarant de prostitué-e-s ont été victimes d'abus sexuel dans leur enfance), pour qu'une femme n'ait pas comme seul choix un temps partiel à 600 € par mois à monoprix ou la prostitution pour vivre.

Bref, il faut bien commencer quelque part. Faire changer les mentalités en pénalisant les clients est un bon début. En tout cas, j'espère que c'est ce qui est prévu.

Quand à l'idée de la réouverture des bordels suggérée par Yvan de Lyon, c'est du proxénétisme, sous une autre forme, avec tous les abus possibles.

Signaler Répondre

avatar
JCB le 24/06/2012 à 19:02
Une Lyonnaise a écrit le 24/06/2012 à 10h58

L'esclavage a bien été aboli, pourquoi pas la prostitution ? Certes l'esclavage n'a pas disparu, et il s'est modernisé (entre autre sous forme de prostitution, d'ailleurs) mais au moins il est illégal et réprimé, tandis que la prostitution est considérée par certains (des clients, j'imagine) comme souhaitable, voire indispensable.
Il faut que les mentalités changent, ça passe par la pénalisation des clients.

la pénalisation ne suffira pas d'une part et d'autre part il est illusoire de penser qu'il n'y a que les clients qui poussent à la prostitution:je connais par exemple des étudiantes qui se prostituent occasionnellement de plein gré pour se faire de l'argent "facile"pour payer leur études et un certain standing de vie...

Signaler Répondre

avatar
Yvan, de Lyon. le 24/06/2012 à 18:33

Face à une telle annonce, quelle est la bonne réaction ? Répondre à une connerie par une autre connerie ?!

Non, le sujet est trop sérieux et horrible, pour voir cette question traitée par-dessus la jambe, comme c'est le cas avec ces démocrates-sociaux !

Il n'est pas sérieux et réaliste, de vouloir abolir la prostitution au prétexte de l'insuffisance des dispositifs actuel et de la sécurité des prostituées.

D'une part, pour ces démocrates-sociaux il est inconcevable qu'il puisse y avoir des prostitué(e)s libre !
De tous temps, une part non quantifiable de la prostitution est organisée à plus ou moins grande échelle.
Cela va du « julot casse-croute » aux réseaux internationaux.

Oui à la lutte sans pitié, contre les ordures qui contraignent par la force et/ou la menace, des femmes, des hommes et des enfants, à la prostitution.

Non, à la répression contre des femmes et hommes libres.

D'autre part, vouloir abolir l'un des plus vieux métiers du monde, c'est comme abolir les boulangeries ou les espaces de rencontre, comme les bars ou les Centres Culturels !

Les femmes et hommes qui se prostituent librement, exercent un métier utile et indispensable, pour que notre société et celles qui nous ont précédés, fonctionnent correctement.

Je ne vais pas faire un dessin, à celles et ceux qui n’auraient pas compris !
Non, plutôt que de vouloir abolir la prostitution comme de vouloir acquérir la Lune.
Il serait plus intelligent et réaliste, de réfléchir aux conditions d’ouverture de lieux de consommations sexuelles tarifées.
Des locaux gérés par des sociétés, et loués aux prostitué(e)s comme c’est le cas en Allemagne.

L’exercice de ce métier, se ferait en toute transparence, sécurité et hygiène, pour les prostitué(e)s, clients et « la société ».

En conclusion, je m’étonne du silence des associations de défense des travailleurs du sexe…
Auraient-elles perdues l’usage de la parole, parce que cette proposition d’abolition provient d’un gouvernement « social-démocrate » ?!

Dommage que cette proposition soit portée par une femme, envers qui j’ai beaucoup de respect.

Signaler Répondre

avatar
un riverain le 24/06/2012 à 14:47

Pourquoi ne l'a t'elle pas fait a Lyon ville ou il y a le plus de prostituées en camionnettes et sur le trottoire. Allez voir le soir a Gerland et aussi en journée a la boulangerie vers le pont, elles sont sales et vulgaires et notre police s'en fou puisque ce sont les premiers clients (gratos). Bel exemple pour nos enfants merci la mairie, au fait payent elles toutes des impôts sur leur revenu qui est d'au moins 10 000 euros par mois et par fille. chiffre vérifié.

Signaler Répondre

avatar
suncity le 24/06/2012 à 12:34

et que va devenir son ami le pauvre DSK !!!!!!!

Signaler Répondre

avatar
le Gaulois le 24/06/2012 à 12:06

belkacem s attaque a la mafia des pays de l est bravo quel courage si elle continue je pense qu elle ne profitera pas de sa retraite de ministre

Signaler Répondre

avatar
jm le 24/06/2012 à 11:17

La mission d'une ministre de la propagande c'est la communication politique pas l'action politique. Elle fait parfaitement son travail et à la question "Elle est bête ou quoi ?" il faut répondre "Quoi".

Signaler Répondre

avatar
Une Lyonnaise le 24/06/2012 à 10:58
JCB a écrit le 24/06/2012 à 09h16

la prostitution qui est dit le plus vieux métier du monde n'est pas prêt de disparaitre bien au contraire avec la crise..

L'esclavage a bien été aboli, pourquoi pas la prostitution ? Certes l'esclavage n'a pas disparu, et il s'est modernisé (entre autre sous forme de prostitution, d'ailleurs) mais au moins il est illégal et réprimé, tandis que la prostitution est considérée par certains (des clients, j'imagine) comme souhaitable, voire indispensable.
Il faut que les mentalités changent, ça passe par la pénalisation des clients.

Signaler Répondre

avatar
jm le 24/06/2012 à 10:17

Après l'abolition du bon sens et du discernement qu'elle à effectué avec succès, cela semble un bon slogan très socialiste totalisant, nous souhaiterions cependant qu'elle songe aussi à abolir la pauvreté et la misère.

Signaler Répondre

avatar
mdr le 24/06/2012 à 09:57

hihihihihi !!!!!!

Signaler Répondre

avatar
JCB le 24/06/2012 à 09:16

la prostitution qui est dit le plus vieux métier du monde n'est pas prêt de disparaitre bien au contraire avec la crise..

Signaler Répondre

avatar
bébert le 24/06/2012 à 08:35

Si elle applique la méthode lyonnaise, ça sert à rien ! On déplace les prostituées et on fait croire que Lyon en est débarrassée. C'est marrant parce qu'il subsiste un havre de prostitution en plein centre-ville, rue Port-du-Temple. Et Gégé s'en fout, il joue aux Légo à la Confluence.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.