Etre londonien, c’est bien !

Etre londonien, c’est bien !
Romain Blachier - DR

Depuis quelques jours, jeux olympiques et été inside, fleurissent dans les kiosques de France et de Lyon un certains nombre de publications et de guides plus ou moins décalés sur Londres. Constatant que Lyon Mag ne s’était pas mis à la London Mania, j’ai eu peur que notre site d’information, pourtant à la pointe des élégances concernant son choix de chroniqueur de gauche, tombe dans les abimes du ringard.

Horreur ! Comment ne pas parler de cette cité qui empli les cœurs aussi vite qu’elle vide les pintes et les porte-feuilles ? Du coup dans l’intérêt général de Lyon Mag, je me suis dévoué spontanément à cet exercice.

J’ai le profil idéal pour cela : Britannophile (l’un de mes blogs est consacrée à cette coupable passion, je fais partie des rares français à comprendre les règles du cricket et, suprême horreur, à en regarder. Et avec plaisir parfois. C’est vous dire ma perversité. J’ai même participé à la création d’un club lyonnais de cette discipline ésotérique. Par snobisme et par intérêt pour la politique d’outre-manche, je suis même adhérent au labour party. Et il m’arrive d’aller à Londres. Hélas pas assez souvent à mon goût. Mais trêve de moi, même si je suis un sujet des plus intéressants : Londonisons Lyon Mag !

Vous avez envie d’avoir l’air cool et underground ?

Allez donc faire un tour à Londres.
Cette ville possède une étrange caractéristique dans l’imaginaire collectif : celle de donner l’image de la classe internationale à toute personne déclarant s’y rendre ou s’y être rendue. Dites à quelqu’un  que vous allez faire un tour à La Bourboule ou à Rabat : vous apparaitrez comme un touriste parmi d’autres. On vous imaginera, si on est pervers, en short en train de prendre des photos de monuments et de curiositées rues et revues cent fois. Peut-être même qu’on vous visualisera en tongs et  créme bronzante. Pas sexy.

Faites le test avec la capitale britannique. Dites « ah ben j’ai fait un p’tit week-end à Londres, depuis Lyon si tu t’y prends bien tu peux partir pour pas cher »: Là, vous aurez été cool, élégant, classe. Forcément. Obligatoirement.

Peu importe que vous ayez là aussi été en short et tartiné de crème solaire (l’été londonien est chaud). Aucune importance que vous ayez fait le tour des pires clichés d’une ville qui a tant à offrir, allant à Buckingham palace plutôt que dans les nuits de Brixton. Ou que vous  que vous pensiez que Camden et Soho sont encore les place to be alors qu’on y trouve plus que des élèves en voyage linguistique et des boutiques de t-shirts fabriqués dans les sous-sols du Bangladesh. Quelle importance qu’en termes de découverte des coutumes locales vous ayez mangé  le menu même Mac Do qu’à Gerland : vous êtes allé à Londres. Et ça c’est cool d’être allé à Londres. Toujours.

Une fois rentré, ren-ta-bi-li-sez. D’abord clamez votre amour de cette ville. Parsemez votre récit de « J’aimerais trop y vivre mais c’est un peu trop cher tu vois ». Portez un t-shirt I Love London (qui passera toujours mieux qu’un « Souvenir de Roubaix » niveau distinction).

Plus chic encore essayez d’avoir des amis londoniens. Si comme l’auteur boursouflé de suffisance de ces lignes, vous en avez qui sont journalistes, dans la mode et l’architecture, vous aurez atteint le top. Vous expliquerez qu’ils sont géniaux. Un ami londonien ne peut être que génial, il en va de votre honneur et de votre image. Ah et n’oubliez pas, il est aussi obligé d’être festif.

Autre obligation quand on parle de Londres, utiliser au moins une fois par phrase des mots comme « énergie », « immense », « cosmopolite », « énorme », « too much » ou « binge drinking ». Seule nuance acceptée dans l’adoration, se plaindre du coût de la vie « siiiiiii cheeere dans cette ville sinon j’irais plus souvent». Changez votre ville sur votre fiche Facebook : même si vous n’allez dans la capitale britannique qu’une fois tous les cinq ans marquez « Entre Lyon et Londres ». Ou plus underground (autre mot à placer quand vous parlez de la capitale britannique) marquez Lyondon. Seul défaut : à une heure de décalage horaire pas possible de se plaindre du jet-lag. Mais vous voila cool quand même.

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son blog Lyonnitude(s).

Tags :

blachier

8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
romainblachier le 28/06/2012 à 14:48
Rebeyne a écrit le 28/06/2012 à 08h26

En draguant ouvertement le vote ethnique et le vote des minorités communautaires, les socialistes ne sont pas des patriotes.
Les faits sont têtus.

Ah du coup vous changez d'argument. Il ne faut jamais s'entéter dans l'échec. Sur ce second argument c'est votre opinion non un fait. La meilleure preuve c'est qu'il vous est arrivé de vous féliciter de certains textes patriotiques du socialiste que je suis.

Bonne journée à vous et merci de me lire.

A tous: merci

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 28/06/2012 à 11:55
UMPiste a écrit le 27/06/2012 à 16h39

Quand arrêterez vous vos articles (blog et lyonmag) bourrés de fautes de français, souvent à la limite du compréhensible ?

Tant qu'il y aura des lecteurs.d'ailleurs merci de me lire et à bientot

Signaler Répondre

avatar
Rebeyne le 28/06/2012 à 08:26
romainblachier a écrit le 27/06/2012 à 15h44

non plus Rebeyne puisque les socialistes sont majoritaires en France également, au niveau national et dans la quasi totalité des régions. Par contre avec un seul élu identitaire en France (dans le Vaucluse), on pourrait penser que les identitaires ne sont pas des patriotes si on suit votre raisonnement...

En draguant ouvertement le vote ethnique et le vote des minorités communautaires, les socialistes ne sont pas des patriotes.
Les faits sont têtus.

Signaler Répondre

avatar
UMPiste le 27/06/2012 à 16:39
romainblachier a écrit le 27/06/2012 à 15h44

non plus Rebeyne puisque les socialistes sont majoritaires en France également, au niveau national et dans la quasi totalité des régions. Par contre avec un seul élu identitaire en France (dans le Vaucluse), on pourrait penser que les identitaires ne sont pas des patriotes si on suit votre raisonnement...

Quand arrêterez vous vos articles (blog et lyonmag) bourrés de fautes de français, souvent à la limite du compréhensible ?

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 27/06/2012 à 15:44
Rebeyne a écrit le 27/06/2012 à 14h08

Les socialistes ne sont donc pas des patriotes.
CQFD !

non plus Rebeyne puisque les socialistes sont majoritaires en France également, au niveau national et dans la quasi totalité des régions. Par contre avec un seul élu identitaire en France (dans le Vaucluse), on pourrait penser que les identitaires ne sont pas des patriotes si on suit votre raisonnement...

Signaler Répondre

avatar
Rebeyne le 27/06/2012 à 14:08
romainblachier a écrit le 27/06/2012 à 10h20

Pas vraiment Lionel...le pic a été atteint sous Sarkozy avec un record. Ce qui a permis à Londres de se doter d'une député socialiste française élue largement par les français de Londres...

Les socialistes ne sont donc pas des patriotes.
CQFD !

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 27/06/2012 à 10:20

Pas vraiment Lionel...le pic a été atteint sous Sarkozy avec un record. Ce qui a permis à Londres de se doter d'une député socialiste française élue largement par les français de Londres...

Signaler Répondre

avatar
Lionel le 27/06/2012 à 08:52

Grâce au gouvernement socialiste français, de plus en plus de français non socialistes s'installent à Londres.
Ce qui doit rendre la ville encore plus sympathique.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.