Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Michel Boutard - LyonMag

Michel Boutard, UFC-Que Choisir 69 : “Les cantines scolaires du Rhône au dessus de la moyenne nationale”

Michel Boutard - LyonMag

Michel Boutard, président de l’association UFC-Que Choisir du Rhône, était l’invité ce jeudi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

L’UFC-Que Choisir vient de publier une grande étude sur la qualité nutritionnelle des cantines du primaire et du secondaire. 600 communes ont été passées au crible dans toute la France, où se situe le Rhône dans ce classement ?
"Le département du Rhône est plutôt bien classé, notamment dans le public où les notes sur 20 sont supérieures à la moyenne dans les écoles, collèges et lycées. Par contre, ce n’est pas le cas dans le privé où malheureusement on constate juste la moyenne. Cette dernière est vraiment très très basse, quatre à cinq points en dessous des valeurs que l’on retrouve dans le public."

Une dizaine de communes du Rhône (Bron, Caluire-et-Cuire, Décines-Charpieu, Givors, Lyon, Oullins, Sainte-Foy-lès-Lyon, Vénissieux, Villefranche-sur-Saône et Villeurbanne)  et leurs treize établissements ont été passés au crible. Comment a été menée l’étude ?
"Elle a été très longue, l’étude a été lancée en septembre et s’est terminée début mars. Elle consistait à recueillir sur les sites internet des établissements ou des municipalités les menus des cantines durant 20 jours consécutifs.
Ce n’est pas une étude sur le goût mais bien une étude nutritionnelle.
Concernant les aliments les plus chers comme la viande, le poisson et les fruits, les établissements n’arrivent pas à s’aligner.
Certains s’en sortent bien. Il y a une obligation de proposer de la viande rouge ou des poissons quatre à cinq fois par semaine. C’est assez souvent respecté mais il y a des établissements qui ne le font pas."


Depuis 2011, une réglementation oblige les cantines scolaires à servir des repas équilibrés, de qualité et variés.
"C’est une réglementation contraignante qui fait suite à des études menées depuis les années 2000 et qui montraient qu’il y avait un très grand déséquilibre. On proposait à nos enfants des plats trop chargés en graisse qui ne sont pas excellents pour leur avenir."

Votre précédente enquête datait de 2005. Vous avez remarqué une amélioration depuis ?
"Absolument. Notamment dans les écoles élémentaires. C’est très important et on est particulièrement satisfait. Il y a encore des progrès à faire mais en deux ans, les choses se sont améliorées, en particulier dans le public. On n’a pas d’explication en revanche pour le privé. On tire peut-être sur les prix parce qu’un steak haché, ca coûte pas pareil qu’un bifteck."

Dans les lycées, vous pointez du doigt les cafétérias. Elles se multiplient dans les différents établissements. Quel est le problème ?
"C’est loin d’être généralisé mais dans un certain nombre d’établissements, quatre lycées dans le Rhône que nous avons investigué, proposent, en parallèle de la cantine classique, des formules salades ou sandwichs. C’est de la restauration qui ne répond pas aux normes."

L’objectif à terme de l’enquête, c’est quoi ?
"Déjà faire le point. On voit que globalement  ca s’améliore.
Et l’autre objectif, c’est d’attirer l’attention des pouvoirs publics qui ont une volonté, à travers une commission parlementaire, de faire disparaitre cette réglementation. On est inquiet sur ce sujet là. On a bataillé pour que les choses s’améliorent et il ne faudrait pas que d’un coup de plume, tout disparaisse du jour au lendemain."


Retrouvez ici le contenu complet de l’étude



Tags : ça jazz à lyon | cantines scolaires |

Commentaires 1

Déposé le 21/03/2013 à 20h59  
Par voireuil Citer

Normal, nous sommes en Collombie!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.