Prison de Corbas : "Les détenus sont livrés à eux-mêmes"

Prison de Corbas : "Les détenus sont livrés à eux-mêmes"
La manifestation de ce vendredi matin - LyonMag.com

Le personnel pénitentiaire de la prison de Corbas va manifester ce
vendredi matin pour notamment se plaindre du manque d’effectifs. Le
syndicat reproche à la direction locale de maintenir une activité
croissante qui engendre une grande insécurité.

La tension monte de plus en plus à la prison de Corbas. Selon l’UFAP-UNS Justice, les postes vacants seraient proches de la cinquantaine. "On ne peut pas être de partout. Du coup, certains détenus en profitent pour régler leurs comptes et pour organiser des rackets dans l’établissement. On a du mal à assurer la sécurité des détenus, la sécurité des personnels et la sécurité des intervenants. Les détenus sont livrés à eux-mêmes. On a récemment eu un détenu qui a été agressé en promenade. Mais comme nous n’avions pas de surveillant promenade nous n’avons pas pu le voir. Il a fait un malaise une heure et demi après, c’est comme ça qu’on l’a su. En tout, nous avons quand même eu trois agressions lors des trois dernières semaines. Ce sont des choses qui n’arrivaient plus à Corbas !", nous a confié David Raymond, surveillant principal et secrétaire local du syndicat UFAP-UNS Justice.

"On ne voit plus notre famille"

En plus du manque d’effectifs, le personnel de la prison se plaint d’un trop grand nombre d’heures supplémentaires rémunérées au lance-pierre. "En moyenne, on fait 50 heures supplémentaires imposées par mois. On est sous un statut spécial donc on n’a pas le choix. Si on refuse on est sanctionné. Le Ministère des Finances nous impose un quota d’heures supplémentaires sur un semestre à 108 heures". Ce qui induit de la fatigue et de la nervosité. "Les agents sont proches du burn-out. Quand on fait les nuits, qu’on fait 50 heures par mois en plus, qu’on n’a pas de weekend, qu’on n’a plus de vie privée, qu’on ne voit plus notre famille, ça engendre de la tension et de l’énervement".

"Il faut taper du poing sur la table"


La manifestation de ce vendredi a débuté à 6h du matin. "Nous allons bloquer les deux entrées de l’établissement. Evidemment, nous laisserons rentrer tout le personnel pénitentiaire et les familles des détenus, qui ne sont pas responsables. Ce n’est pas des représailles, c’est pour montrer notre mécontentement. Il faut taper du poing sur la table", nous précise David Raymond. 

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
cnt_m14 le 18/08/2015 à 19:26

sympa cette TAULE à lapins au frais du Peuple;
sinon heu cette serpillère européiste-convaincu imposé
inconstitutionnellement "drapeau" que fout-il accolé aux taules Françaises !!! quand pas Tribunaux ?
+
regardons bien l'endoctrinement mafieuso-sectariste de ces RATS faisant ça "catimini'ment", le torchon criminel plus grand celui de France !

Signaler Répondre

avatar
terminator le 26/06/2015 à 15:16

oui tu as raison "Trminator" les machines apprennent plus vite de leurs erreurs que l'homme !

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 26/06/2015 à 13:05

Dans un système monétaire, mettre les gens en prison sans avoir de budget engendre de vraies "universités du crime", et lorsque les condamnés sortent, que peuvent-ils espérer vu que les citoyens qui n'ont pas commis de crime n'ont eux aussi pas de travail, pas d'intégration réelle dans la société ?
.
L'éducation coûte cher dans ce monde. Et la concurrence liée à l'utilisation de monnaie engendre un climat nocif pour l'avenir de la race humaine toute entière.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.