Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag - Photo d'illustration

Le Drian : “maintenir la vigilance avec cet effort de sécurisation”

LyonMag - Photo d'illustration

Ce mardi, les militaires de "Sentinelle" ont eu le droit à une visite surprise de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. L’occasion pour ce dernier de rendre hommage aux soldats lyonnais, rapporte le Progrès. 

Au quotidien, ce sont 920 soldats dont 450 dans le Rhône qui sécurisent les rassemblements et événements festifs. "Je connais les contraintes que cette opération provoque : pour la plupart d’entre vous, des perms ont été “sucrées” et vos vacances reportées. Mais on doit maintenir la vigilance avec cet effort de sécurisation". 

 

Pour ces efforts, des compensations financières sont prévues par l’Etat. De même, la prime versée aux militaires sera doublée en passant de 5 à 10 euros chaque jour. Le gouverneur militaire Pierre Chavancy a ajouté : "Sans eux, nous ne pourrons pas tenir cette opération sur la durée".

 

11 000 hommes sont actuellement formés et seront prêts d’ici la fin de l’année. Elargi au territoire français, le Ministre souhaite voir le nombre de soldats affectés au dispositif "Sentinelle" passé de 500 à 700 d’ici la fin 2016.



Tags : securite | militaires | le drian |

Commentaires 4

Déposé le 04/08/2016 à 23h11  
Par Geovan Citer

Le Drian : va prendre des leçons de sécurité à Alger ! Eux , là bas , ils ne font pas dans le détail ! Ils allument direct , ceux qui veulent jouer aux malins ! Eux font leur boulot ! Ils ne reculent pas !

Déposé le 04/08/2016 à 22h42   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par communication Citer

blablabla de la com

Déposé le 04/08/2016 à 11h53  
Par «On déclare la guerre au terrorisme sans la faire» Citer

"Nos soldats employés à garder des synagogues ou des mosquées sont-ils sous-exploités ?

L’opération Sentinelle a été lancée il y a un an et demi après les attentats de Charlie hebdo et de l’Hyper cacher. Il était parfaitement compréhensible que le Président de la République fasse quelque chose. Cette réaction était assez raisonnable mais cela n’était qu’un dispositif lancé immédiatement qui devait évoluer. Or, il n’a ni évolué ni répondu aux attentes puisqu’il n’a pu empêcher l’attentat du Bataclan. Après les attaques du 13 novembre, on a ajouté trois mille hommes au dispositif, passant de 7 000 à 10 000 soldats mais cela n’a pas empêché les attentats suivants à Nice et ailleurs. Il était évident qu’on n’arriverait pas à faire avec dix mille hommes ce qu’on ne parvenait pas à faire avec sept mille hommes. Cette utilisation des armées sur le territoire national était avant tout une mesure anxiolytique vis-à-vis de la population et une réponse politique instantanée, comme disait Michel Rocard, mais cela ne fonctionne pas.

En l’employant à des tâches de dissuasion, a-t-on fait de l’armée une force supplétive de la police ?

Comme l’exécutif ne sait pas quoi faire, il a fait appel à la seule force corvéable à merci : les militaires, qui ne renâclent jamais, arrêtent leurs permissions et font ce qu’on leur demande. En effet, ils sont un peu les supplétifs des forces de police. Je dis bien un peu parce que les militaires ne savent pas faire le travail des policiers. Un soldat déployé coûte beaucoup moins cher qu’un policier déployé. Pour parvenir au même temps de travail, il faut deux policiers pour un soldat. Mais les militaires ne font aucun travail, sauf de faire accroire que le gouvernement s’occupe de l’énorme problème auquel il doit faire face. C’est une gabegie budgétaire et une gabegie de nos capacités opérationnelles.

Les terroristes de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray avaient, pour le premier, échappé aux radars des services de renseignement après avoir été condamné pour violence et larcins, pour les seconds, endormi leur vigilance alors qu’ils étaient fichés comme des djihadistes susceptibles de passer à l’acte. Est-ce un échec de nos services ou de l’appareil judiciaire ?

On est globalement devant une faillite de l’Etat régalien. Les services de renseignement, la justice ne fonctionnent pas et la Défense n’est pas utilisée comme elle devrait l’être. Non seulement les moyens dont dispose la nation sont mal utilisés mais ils sont beaucoup trop faibles. La part du budget de la France consacrée aux dépenses régaliennes reste tout à fait insignifiante – défense, justice, sécurité (2.7% du PIB) par rapport aux restes des dépenses budgétaires (57% du PIB). L’Etat brade donc ses capacités budgétaires dans des fonctions qui ne sont pas les siennes et est devenu incapable de remplir les fonctions qui sont sa raison d’être. C’est un problème de fond qu’il faut traiter rapidement."

C'est le Général Vincent SESPORTES qui parle...No comment!

la suite dans http://www.causeur.fr/vincent-desportes-daech-islam-laicite-39476.html

Déposé le 04/08/2016 à 11h39  
Par Arrête ta Com! Citer

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.