Préfet Stéphane Bouillon : "6950 demandes d'asile à Lyon en 2017, c'est +26 %"

Le préfet de région et du Rhône, Stéphane Bouillon, était l'invité ce lundi matin de Gérard Angel, dans les Coulisses du Grand Lyon.

Préfet Stéphane Bouillon : "6950 demandes d'asile à Lyon en 2017, c'est +26 %"
Stéphane Bouillon - LyonMag

Le représentant de l'État dans le Rhône est notamment revenu sur le déploiement de la police de sécurité du quotidien (PSQ) dans l'agglomération lyonnaise, qui accueillera des équipes dans le quartier de Mermoz à Lyon et aux Minguettes à Vénissieux. "Ces quartiers ont été choisis par le ministère. Nous avions des candidatures de communes de tout le département et même au-delà dans la région. Et il s'agissait au début de pouvoir choisir les communes qui étaient les plus symptomatiques d'un mode de fonctionnement urbain spécifique avec des difficultés qui étaient elles aussi spécifiques. (…) Avec les maires, les associations et les partenaires sur le terrain, nous allons définir un mode de fonctionnement qui permette de rapprocher la police du public et d'être davantage sur le terrain et de travailler plus avec les partenaires sociaux pour prendre en compte les problèmes humains et sociaux afin d'éviter les basculements dans la violence. (…) Il y aura aussi un aspect répression", a détaillé Stéphane Bouillon. Et d'ajouter que "15 à 25 policiers supplémentaires rejoindront les effectifs pour chaque quartier", et ce dès septembre pour Mermoz.

Par ailleurs, alors que la loi "asile-immigration" a été présentée ce mercredi, le préfet a expliqué que "la difficulté (pour l'intégration, ndlr.), c'est aussi l'augmentation de la demande d'asile. Sur le guichet unique de Lyon, nous avons eu 6 950 demandes en 2017. C'est + 26 % par rapport à l'année dernière, et 2016 c'était déjà + 41 % par rapport à 2015. Sur l'ensemble de ces demandeurs d'asile, le statut de réfugié est accordé pour 25 à 30 % d'entre eux. Les autres sont en principe déboutés et ont pour vocation de retourner dans leur pays d'origine ou le pays européen par lequel ils sont arrivés en Europe. (…) Lorsque nous voulons intégrer les personnes reconnues comme réfugiées, il faut que nous puissions avoir un dispositif qui soit plus intégré, plus efficace (…). On aura plus de moyens avec la nouvelle loi pour faire en sorte que les choses puissent mieux se passer."

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en vidéo sur LyonMag.com.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
70 à 75 % ... le 28/02/2018 à 20:52
crico a écrit le 26/02/2018 à 17h30

"Le statut de réfugié est accordé pour 25 à 30 % d'entre eux. Les autres sont en principe déboutés" Il repartent dans un autre pays de Schengen. Bonjour les dégâts !

si pour les 70 à 75% qui ont été déboutés, la solution n'était pas "d'avoir vocation à" mais plutôt "d'être reconduit chez eux", la situation évoluerait.

Signaler Répondre

avatar
Bricolo le 28/02/2018 à 16:41
Ubu a écrit le 27/02/2018 à 20h51

Faudrait demander à ceux qui les embauche au noir...

Dans le bâtiment, c'est un billet de 50 euros pour 8 heures de travail...sans panier repas.

Signaler Répondre

avatar
pognon le 28/02/2018 à 14:43

On a beau racketter les riches retraités a 1200€ par mois pour donner aux migrants , ce n'est pas suffisant et il faudrait carrément supprimer les retraites !!

Signaler Répondre

avatar
Ubu le 27/02/2018 à 20:51
Je demande a écrit le 27/02/2018 à 17h53

Stop ou encore ?

Quels coûts pour ces milliers de demandes d'asile non accordées ?

Faudrait demander à ceux qui les embauche au noir...

Signaler Répondre

avatar
Je demande le 27/02/2018 à 17:53

Stop ou encore ?

Quels coûts pour ces milliers de demandes d'asile non accordées ?

Signaler Répondre

avatar
En route le 27/02/2018 à 16:56
Sakura a écrit le 26/02/2018 à 19h16

En majorité des hommes , car chacun sait que les balles et la famine épargnent les femmes .

Les autres crèvent plus facilement sur le chemin...
mais vous le comprendrez lorsque vous serez dans leur situation, le jour où vous, vous devrez vous mettre à l'abri.

Signaler Répondre

avatar
Objectif Lune le 27/02/2018 à 15:27

On ne savait pas la région lyonnaise aussi attractive...

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 26/02/2018 à 19:16

En majorité des hommes , car chacun sait que les balles et la famine épargnent les femmes .

Signaler Répondre

avatar
bombe à retardement le 26/02/2018 à 18:09
crico a écrit le 26/02/2018 à 17h30

"Le statut de réfugié est accordé pour 25 à 30 % d'entre eux. Les autres sont en principe déboutés" Il repartent dans un autre pays de Schengen. Bonjour les dégâts !

la plupart restent ce qui en fait des sans papiers qui explosent face au laxisme de nos politiques migratoires et aux donneurs de leçon de l'humanisme béat

Signaler Répondre

avatar
crico le 26/02/2018 à 17:30

"Le statut de réfugié est accordé pour 25 à 30 % d'entre eux. Les autres sont en principe déboutés" Il repartent dans un autre pays de Schengen. Bonjour les dégâts !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.