Gérard Collomb dit être "pleinement ministre de l'Intérieur"

Gérard Collomb dit être "pleinement ministre de l'Intérieur"
Gérard Collomb - Lyonmag.com

Deux jours après avoir annoncé sa candidature à la mairie de Lyon en 2020, Gérard Collomb a assuré ce jeudi "être pleinement ministre de l'Intérieur".

"Quand je suis ministre de l’Intérieur, je suis pleinement ministre de l’Intérieur", a déclaré le ministre d'Etat en marge d’un déplacement en Seine-Saint-Denis, avant d'ajouter : "Je suis un passionné, j’étais un passionné de ma ville, je suis un passionné du ministère de l’Intérieur".

Gérard Collomb a également justifié sa décision de communiquer si tôt sur sa candidature : "J’ai donné mon calendrier parce qu’il vaut mieux être dans la transparence que dans le flou".

Pour rappel, le ministre de l'Intérieur a indiqué dans une interview à l'Express qu'il quitterait ses fonctions après les Européennes.

9 commentaires
Laisser un commentaire

avatar
Non à LaRem le 20/09/2018 à 20:09

Je découvre que le ministre de l'Intérieur travaille à plein temps.
Une fake new !!!
Lors de son audition devant le Sénat, les auditeurs ont pu constater sa méconnaissance du dossier Benalla.

Signaler Répondre

avatar
marre de l'égémonie du se servir avant de servir le 20/09/2018 à 18:29
Questiondébile a écrit le 20/09/2018 à 17h27

Et ses déplacements lyonnais pour sa campagne... c'est le ministère qui paie ?

Que ce soit le "MINISTER OF POLICE" (vous n'êtes pas obligé de rire aux éclats !) - minable !
ou bien la Ville de Lyon ou bien encore la Métropole,
c'est de toute façon le pôvre contribuable qui banque

pendant que lui, il encaisse et toutes les indemnités de cumulard qu'il engrange c'est son argent de poche ... Il est nourri, transporté, voire bien plus, par le peuple

et il faudrait qu'on en rajoute encore ?
bien d'autres, bien plus énergiques pour un résultat autrement plus favorable pour nous tous, feraient le job en toute réelle transparence et démocratiquement

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 20/09/2018 à 17:57

Comme Macron qui préparait sa campagne présidentielle tout en étant ministre. On a vu le résultat.

Signaler Répondre

avatar
Questiondébile le 20/09/2018 à 17:27

Et ses déplacements lyonnais pour sa campagne... c'est le ministère qui paie ?

Signaler Répondre

avatar
qu'il traverse la rue pour trouver un job, on n'en peut plus de payer des gens cumulards de cette espèce le 20/09/2018 à 17:23

Mais le problème est majeur : à LYON, il nous a trop beaucoup trop bernés, voire même trahis

et donc, ON N'EN VEUT PLUS

Signaler Répondre

avatar
il ne peut mieux le dire, mais à son endroit le 20/09/2018 à 17:20

on lui retourne les paroles qui s'adaptent parfaitement au personnage totalitaire qu'il démontre être

« En grec, il y a un mot qui s’appelle “hubris” c’est la malédiction des dieux quand, à un moment donné, vous devenez trop sûr de vous, vous pensez que vous allez tout emporter »

Signaler Répondre

avatar
Un profiteur exigeant pour les autres, mais jamais pour lui même le 20/09/2018 à 17:18

Désinvolture

D’abord dans la forme, pour le moins désinvolte. Qu’un ministre, qui plus est ministre d’Etat et ministre de l’intérieur, proclame publiquement sa volonté de quitter le gouvernement et précise lui-même le calendrier de ce départ n’est pas seulement sans précédent. C’est aussi tenir pour négligeable l’article 8 de la Constitution, selon lequel « le président de la République, sur proposition du premier ministre, nomme les membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions ».

En procédant comme il le fait, de sa propre initiative, selon son agenda personnel, voire son bon plaisir, Gérard Collomb met donc le chef de l’Etat et celui du gouvernement devant le fait accompli. Laurent Wauquiez, le président des Républicains, a qualifié la situation de « surréaliste ». Il dit juste.

Le moment choisi pour cette annonce est tout aussi stupéfiant. C’est peu de dire que la rentrée politique d’Emmanuel Macron était laborieuse. Le trouble créé par l’affaire Benalla depuis le mois de juillet, la démission tout aussi iconoclaste, il y a trois semaines, du ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, le pataquès sur le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, la situation économique assombrie : tout a contribué à mettre un terme à une première année de quinquennat conquérante.

La sortie annoncée du locataire de la Place Beauvau ne peut qu’accentuer le dérèglement de la machine gouvernementale et ajouter au « tourbillon », plus exactement aux turbulences, sur lequel philosophait récemment le premier ministre.

Quoi qu’il en dise, en effet, on voit mal comment le désormais ministre de l’intérieur sursitaire pourrait gérer avec la force requise les très lourds dossiers qui sont les siens : lancinantes questions de la sécurité, persistante menace terroriste, organisation de l’islam de France, rapports (tendus) avec les collectivités locales, préparation annoncée d’un changement de scrutin législatif impliquant un redécoupage électoral de très grande ampleur... Gérard Collomb ne s’est pas seulement condamné à l’impuissance, ou à l’inaction, il a fragilisé l’autorité du président de la République.

Quel qu’ait été l’attachement d’Emmanuel Macron à celui qui fut l’un des premiers à croire en son destin, le chef de l’Etat n’a, en réalité, guère d’autre choix que de le renvoyer, aussi rapidement que possible, dans ses foyers lyonnais. Et de nommer Place Beauvau un ministre de l’intérieur de plein exercice.

Signaler Répondre

avatar
pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, ok le p'tit baron ? le 20/09/2018 à 17:10

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.