Municipales 2020 : à l’intérieur de la soirée d’inauguration du "QG des Lyonnais" d’Etienne Blanc - VIDEO

Ce jeudi soir avait lieu l’inauguration du local de campagne d’Etienne Blanc, appelé "QG des Lyonnais". Un espace de coworking se situant dans le 3ème arrondissement de Lyon pour tenter d’emmener le candidat LR jusqu’à la tête de la ville.

Municipales 2020 : à l’intérieur de la soirée d’inauguration du "QG des Lyonnais" d’Etienne Blanc - VIDEO
LyonMag

19h20, soit 10 minutes avant l’ouverture des portes du nouveau local. Les partisans répondent présents. Un brouhaha couvre l’habituel et paisible silence de la rue Dunoir, donnant sur le Palais de justice, juste derrière les locaux de l’Ordre des avocats.

Le QG se trouve au numéro 17. Au rez-de-chaussée d’un immeuble résidentiel de six étages. Rien de plus banal. La droite nous avait habitué à un plus grand standing. Malgré des baies vitrées tout du long, le local de campagne n’apparaît pas comme en étant un. Aucune signalétique extérieure. Seules quelques affiches du candidat Etienne Blanc parsèment les vitres, titrées du slogan "Bienvenue au QG des Lyonnais. Tout simplement.

De l’extérieur, aucune référence au parti Les Républicains, dont est pourtant membre le candidat aux prochaines élections municipales. A la place, une ligne imprimée sur les tracts en dessous de son nom : "Candidat de la droite et du centre à la mairie de Lyon". Une tentative de passer aux oubliettes une étiquette politique qui ne fait plus recette depuis quelques années, ou simplement une manière de rassembler ? Sans doute un peu des deux.

Malgré cela, l’on devine vite le bord politique auquel appartiennent les gens amassés devant la porte du local. La "touche UMP" est flagrante. Le film "Neuilly sa mère" ne s’était pas trompé. Le "costard" est de rigueur. Pour les plus âgés comme pour les plus jeunes. Le polo Ralph Lauren est toutefois toléré.

D’ailleurs, mis à part quelques groupes de jeunes adultes, l’auditoire est majoritairement d’un certain âge, et d’un âge certain.

19h30. L’heure tant attendue, la foule se presse à l’entrée. Les deux agents de sécurité ne sont pas de trop. Ils jouent davantage le rôle d’agents de la circulation. Le QG ne peut accueillir tout le monde. Tant pis, les autres resteront à l’extérieur, par cette douce soirée que nous procure encore l’été.

Ainsi, 300 personnes sont présentes d’après Etienne Blanc, qui s’en félicite dans un tweet. Le buffet sera suffisant, du moins en termes de boissons. A côté des planches de charcuterie et de fromages et des traditionnelles chips – décidément indémodables – de nombreuses bouteilles de vin. L’ivresse du pouvoir, au sens propre comme au figuré… C’est ce à quoi espèrent goûter les sympathisants présents.

Le buffet est logiquement un succès. Toutefois, Etienne Blanc se fait attendre. En discussion à l’intérieur de son bureau exigüe, les personnes se massent autour de la porte, en attente de leur Messie. Celui qui, pour eux, battra enfin l’inaltérable Gérard Collomb.

A côté de son bureau, au fond de la salle principale, un espace de lecture. Avec bibliothèque parsemée de livres sur Lyon, évidemment. Deux fauteuils et une bobine de fils EDF transformée en table. Un lieu chaleureux et propice à la réflexion.

Tout à coup, celui dont tout le monde parle sort enfin. Il est assailli. Les amis, les partenaires politiques s’approchent, le félicitent. Les portables sont sortis. Les photos pleuvent. Il avance, difficilement, mais inexorablement, il avance. Ce pourrait bien être le tube du printemps prochain.

Le candidat à la mairie centrale décide de s’arrêter au beau milieu de la salle. C’est l’heure du discours, entouré des personnalités politiques locales. Notamment, François-Noël Buffet, candidat LR à la Métropole ; Pascal Blache, maire du 6ème et candidat à sa succession ; Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape et candidat malheureux à l’investiture de son parti pour les Métropolitaines. Discours travaillé, mots attentivement choisis, prononciation soignée. Oui, la campagne a débuté. Etienne Blanc démarre fort. Une impression de soirée à l’issue d’une campagne électorale victorieuse se dégage.

Le discours est identique à celui tenu quelques minutes plus tôt lors de notre interview vidéo. Après que sa conseillère en communication lui ait expliqué où bien se placer, les questions peuvent être posées.

La volonté du candidat est de mettre en avant le dialogue, l’écoute, la compréhension et le respect. Il cite même De Gaulle : "La politique, c’est parfois des coups d’épée, mais pas des coups d’épingle", et de déplorer : "aujourd’hui, il y a trop de coups d’épingle". Le QG a été pensé pour cela, "une campagne bienveillante, mais pas peinarde", un espace de dialogue, de débats et d’échange.

Le local étant en outre ouvert de 10h à 19h du lundi au vendredi et potentiellement même le samedi en cas de forte demande, en présence du candidat, de ses collaborateurs ou des membres des listes d’arrondissement. Et ce, pour une "coconstruction du programme électoral [car] on ne veut plus d’une réponse toute prête", poursuit-il.

Pour l’heure, le programme n’existe pas en tant que tel. Mais, bien évidemment, le principal intéressé possède des pistes de réflexion. Les mineurs non accompagnés dans les rues de Lyon qui n’ont jamais été aussi nombreux. Également, le problème de tranquillité publique sur la Presqu’île les vendredis et samedis soirs. Enfin, la transition écologique : place à l’électrique et à l’hydrogène. Un peu plus tôt dans la journée, l’eurodéputé EELV Yannick Jadot se trouvait à Lyon. Il s’était félicité, tout en taclant, que "certains se découvrent une fibre écolo au dernier moment".

L’ancien maire de Divonne-les-Bains l’a reconnu tout en le regrettant, "dans ma famille politique, un conservatisme excessif nous a coupé d’un grand nombre d’habitants de nos villes". D’où l’idée de coconstruire un programme, d’apporter des "idées complètement nouvelles".

Le programme fera l’objet d’un "phasage, [d’]annonces rythmées. Une très puissante tous les mois. Et toutes les semaines des annonces qui vont compléter ces annonces puissantes", comme le candidat tient à le souligner.

Le même processus sera adopté pour les listes : les annonces concernant les têtes de liste, suivies des listes entières. "Il y a un besoin de renouveau chez LR", répète-t-il. Renouveau qui passe par "la féminisation et le rajeunissement ». Selon Etienne Blanc, la « liste est très avancée". De plus, "les listes présentées ne seront pas étiquetées LR", confirmation du visuel des affiches et tracts.

Au niveau des personnalités, Pascal Blache, Maire du 6ème, aurait déjà dit oui.

Etienne Blanc souhaite par ailleurs travailler de manière "étroite avec François-Noël Buffet à la Métropole", si les deux sont élus. A titre d’exemple, les transports en commun, qui relèvent de la compétence de la Métropole, sont un sujet de préoccupation des Lyonnais.

Pour l’instant, une seule certitude : "pas d’alliance au premier tour. Premier tour qui sert à défendre ses idées". La porte est donc potentiellement ouverte pour le deuxième tour selon la situation.

"La reconquête de Lyon, c’est maintenant", a écrit Etienne Blanc dans un tweet consécutif à l’inauguration du QG, preuve de son ambition affichée. "Le changement, c’est maintenant" aurait également parfaitement pu faire l’affaire…

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Ancien miliant le 10/09/2019 à 07:02

Chat Blanc chat noir

Signaler Répondre

avatar
1083 le 09/09/2019 à 21:23
guillande a écrit le 09/09/2019 à 08h43

Blanc est lyonnais, renseignez-vous

La vraie question n'est pas son origine mais ses compétences. En aura t il pour ce panier de crabes (blancs, mâles, quinquagénaire et plus, bien nourris) qu'est la Métropole ? Pour ces attributs il remplit toutes les cases (autant qu'un kimelfeld ou un broliquier) mais pour le reste ? ... j'en doute.

comme dirait l'autre "dégagez moi ça et faites place nette"

Signaler Répondre

avatar
No PasarAin le 09/09/2019 à 14:04
guillande a écrit le 09/09/2019 à 08h43

Blanc est lyonnais, renseignez-vous

Blanc est (maire) de Divonnes-les-Bains ! Qu'il y retourne!

Signaler Répondre

avatar
guillande le 09/09/2019 à 08:43
valency a écrit le 06/09/2019 à 11h17

il est effectivement utile d'indiquer " des lyonnais", blanc ne l'étant pas ...il pourrait l'oublier ...

Blanc est lyonnais, renseignez-vous

Signaler Répondre

avatar
No pasarAin le 06/09/2019 à 22:20

Le QG des Lyonnais tenu par un mec de l'Ain, quelle blague!

Signaler Répondre

avatar
Compris ? le 06/09/2019 à 21:56

si nous avons compris, ils buvaient du Blanc dans les verres et "buvaient" le discours de E.Blanc..c'est bonnet blanc blanc bonnet cette inauguration !

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 06/09/2019 à 13:38
kumer a écrit le 06/09/2019 à 10h14

Lyon mag et les clichés quel article partisan L éthique du journalisme ne vous étouffe pas

Khmers !
Et tu as oublié aussi leur courage !!!

Signaler Répondre

avatar
1083 le 06/09/2019 à 12:46

c'est la bibliothèque du RN ? Peu de livres mais lesquels ! Un livre qui parle de populisme et de laïcité (bien pratique pour cacher l'islamophobie de LR) et un ouvrage sur le patrimoine religieux !

Je ne peux pas reprocher à la bibliothèque du QG de Mr Blanc une certaine justesse dans sa synthèse de l'électorat conservateur lyonnais.

Signaler Répondre

avatar
QG des vieux lyonnais le 06/09/2019 à 11:21

C’est un Perben bis : arrivée en parachute, départ au soir du 1er tour ?
Seule différence : il est encore plus vieux que Perben en 2008, sacré relève…

Signaler Répondre

avatar
valency le 06/09/2019 à 11:17

il est effectivement utile d'indiquer " des lyonnais", blanc ne l'étant pas ...il pourrait l'oublier ...

Signaler Répondre

avatar
sans souci le 06/09/2019 à 10:17

avatar
kumer le 06/09/2019 à 10:14

Lyon mag et les clichés quel article partisan L éthique du journalisme ne vous étouffe pas

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.