François-Noël Buffet vilipende la méthode Collomb

François-Noël Buffet vilipende la méthode Collomb

Le débat sur TOP n’avait rien arrangé, celui sur le Grand Stade ne les a pas réconciliés. François-Noël Buffet a réagi mardi par communiqué au débat mené la veille par Gérard Collomb au conseil communautaire. Moins sur le fond que sur la forme, le sénateur-maire d’Oullins ne digère pas la méthode du président du grand Lyon qui, selon lui, « n’a rien à voir avec la démocratie. »

On se souvient de son départ de séance tonitruant suite aux accusations de versatilité de Gérard Collomb à son encontre concernant le tracé du TOP. Lundi, Gérard Collomb a mené au Grand Lyon le débat sur le bilan de la concertation concernant les accès à l’ouvrage, avec la même autorité, le même autoritarisme diront certains. Les termes employés par le maire de Lyon pour qualifier les opposants au projet (« intégristes », « petits politicards ») ont suscité la réaction la plus vive de François-Noël Buffet. « Quelle arrogance, quelle suffisance... » a réagi le sénateur-maire d’Oullins, qui assure « qu’insulter les élus, c’est insulter les Grands Lyonnais qui ont donné leur confiance dans les urnes. » Et de s’interroger : « Combien d’affronts, de camouflets et de dérapages devront-ils encore endurer ? »

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
x le 09/03/2011 à 09:55

le stade de gerland suffit bien pour le Grand Lyon arrêtons les frais de voirie et renover plutot tous le chemins goudronnés de campagne l

Signaler Répondre

avatar
Géronimo le 03/07/2010 à 14:18

Le Grand Lyon, la mairie tout ça appartient à Collomb! D'où la nécessité évidente de ne pas pouvoir se présenter plus de deux fois pour un mandat de ce type. Il devient dictateur, sans trop sans rendre compte, tant il trouve ça normal, intégré dans le système politique. Distribuant les subventions aux communes qui le méritent et qui donc le soutiennent aveuglément, empêtré dans le grand stade, il emploie toutes les fourberies pour parvenir à ses fins, avec l'aide de la droite qu'il critique tant (loi sur l'IG des stades privés, loi grenelle 2 simplifiant à son avantage le code de l'urbanisme, ordonnance permettant de légiférer à la Bonaparte pour enfin avoir son stade). En tant que prédateur de l'Est lyonnais, il n'a donc pas peur de s'allier à la droite pour faire le mal, il déshonore son parti. , fait fuir l'électorat qui se réfugie au mieux dans l'abstention. Le foot étant sacré, personne dans son entourage qui n'aurait pas qu'un ballon de foot entre les oreilles, n'osent lui rappeler les valeurs socialistes, tant ils ont peur de se faire virer ( Les verts?) Ce doit être la fin d'un règne, le pouvoir rend effectivement sourd et aveugle ceux qui le détiennent.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.