Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Statu quo au collège Mermoz à Lyon

Mardi, l'équipe enseignante du collège Mermoz entamait le neuvième jour d’une grève illimitée. Depuis l’agression d’une CPE il y a une dizaine de jours, les professeurs demandent au rectorat le départ du principal, Philippe Vanzetti.

Les professeurs estiment ne plus pouvoir travailler avec lui et reprochent pêle-mêle sa méthode de gestion, son arrogance, ainsi qu’un certain mépris à l’égard de l’équipe enseignante. Un avis qui n’est pas forcément partagé par le personnel administratif. Mais contrairement à ce qui a pu être dit, cette divergence d’opinion entre l'administration et les enseignants n’ajoute pas à la tension ambiante. Il n’y a pas de guerre des clans au sein du personnel. « Il n’y a aucune confrontation entre nous et le personnel administratif, explique Mme Jeannet, professeur de mathématiques gréviste au collège Mermoz. Ce sont des collègues avec lesquels nous travaillons, et avec lesquels nous nous entendons extrêmement bien. Il n’y a pas de réel conflit au sein de l’établissement. Ils comprennent la raison de notre mouvement. Ils ne peuvent pas crier au scandale contre Mr Vanzetti puisqu’il n’a rien fait contre eux. Ils nous soutiennent malgré tout, et réclament la réouverture rapide du collège. » Une réouverture tenue à un départ du principal, selon les exigence de l’équipe professorale. Une situation qui devient handicapante pour les collégiens. Mardi, sur les 17 enseignants que compte l’établissement, seul l’un d’entre eux a assuré ses cours.



Tags : greve | collège | mermoz |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.