Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Roger Paris - JazzRadio/LyonMag

Météo : “On a pas encore inventé la machine à retenir la neige !”

Roger Paris - JazzRadio/LyonMag

Le directeur d’astreinte du déneigement au Grand Lyon, Roger Paris, était l’invité de Jazz Radio pour l’émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.com.

L’hiver est certes arrivé tardivement sur Lyon, mais depuis mardi, la neige éparse à laissé place au froid glacial. Du côté des services de la communauté urbaine, tout a été mis en place pour affronter l’épisode climatique. "Globalement, tout s’est bien passé, assure Paris. Les services ont été mis en alerte dès le lundi soir, avec une surveillance nocturne pour anticiper une avancée du phénomène annoncé pour le mardi matin. Nous avions un dispositif de traitement préventif des ponts qui a été mis en œuvre. Le mardi matin, dès 00h45, tous les équipages étaient en astreinte maximum, soit l’équivalent de 281 agents et d'une centaine de véhicules." Au regard du précédent de décembre 2010, où tous les axes de Lyon ont été saturés à cause d’un épisode neigeux intempestif particulièrement dense, la réponse des services dédiés a été plus efficace cette année. "Le problème, c’est de savoir quand survient le phénomène climatique, explique-t-il. L’année dernière, il est intervenu quand la circulation était importante. On a eu la chance cette année que l’épisode se produise très tôt le matin, avant que les voitures circulent. Les services ont pu intervenir en amont." Selon un processus bien rôdé, le déneigement privilégie "les grands axes de circulation, mais également les voies de transports en commun, ce que l’on appelle les lignes fortes." Une action qui n’oublie pas la prévention, qu’il s’agisse de verglas ou de neige. "On donne les mêmes conseils aux automobilistes. Il faut des véhicules équipés de moyens spéciaux, de pneus neige surtout. Il faut également privilégier les transports en commun plutôt que les voitures particulières."

Le fameux sel utilisé pour éponger les chaussées n’est pas la panacée. "L’effet du sel sur la neige, c’est une transformation en eau, précise-t-il. Si cette eau n’est pas complètement évacuée et séchée, il y a risque d’avoir ponctuellement des plaques de verglas qui se forment." C’est donc l’action combinée du chlorure de sodium séché et des machines qui permet de sécuriser les routes par temps hivernal. "On a toujours la même base : des saleuses et des lames pour racler la neige. Il existe également d’autres produits : des fondants des saumures, qui sont adaptés en fonction de la température des chaussées. Mais le principal est d’avoir assez d’engins et de personnels. De ce côté -là, le Grand Lyon est pourvu", rassure Roger Paris, qui émet toutefois un regret amusé : "On a pas encore inventé l’engin à retenir la neige !"

L’interview complète à retrouver en podcast audio sur LyonMag.com.



Tags : neige |

Commentaires 2

Déposé le 01/02/2012 à 13h41  
Par grand froid Citer

Guignolo

Déposé le 01/02/2012 à 13h29  
Par aladin Citer

si monsieur doit avoir bac +6 pour dire quon pas inventer une machine a retenir la neige

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.