Arkema fait marche arrière à Pierre-Bénite "pour ne pas perdre de clients"

Arkema fait marche arrière à Pierre-Bénite "pour ne pas perdre de clients"
Photo d'illustration - LyonMag.com

Le directeur général d'Arkema France revient sur son choix d'abandonner son projet d'investissement en direction du site pierre-bénitain.

Initialement, 70 millions d'euros devaient être débloqués, afin d'augmenter de 50% la capacité de production de Kynar, un agent entrant dans la fabrication des panneaux photovoltaïques. Sauf que le projet impliquait une réorganisation de l'usine de Pierre-Bénite. Un "chantage inacceptable" selon Nicolas Avinin, délégué syndical CGT, cité dans Le Figaro Economie lundi.  Ainsi, un mouvement de grève a entraîné le blocage de la production durant trois semaines. Le syndicat demandait alors une hausse d'effectifs. En face, la direction expliquait avoir reçu, en comité d'entreprise, un avis favorable au projet, et ce "après plusieurs semaines de dialogue".
Coup de théâtre, jeudi, lorsque Michel Delaborde, directeur général d'Arkema France, annonce que le projet d'investissement est annulé. Il s'en explique ce lundi dans le journal économique : "Pour ne pas perdre nos clients - et nous n'avons parfois qu'un seul client pour certains produits - la seule solution était de mettre fin à la grève et donc d'abandonner notre projet, motif de cette grève". Cette issue est "regrettable" pour Michel Delaborde, pour qui la réorganisation de l'usine "ne devait pas affecter les effectifs". Quel avenir, alors, pour Arkema à Pierre-Bénite, alors que, selon Le Figaro Economie, le site n'est plus rentable depuis des années? "Les réflexions devront se poursuivre, promet Michel Delaborde, mais c'est trop tôt aujourd'hui. Il faut que l'ensemble du personnel prenne conscience de la nécessité de répondre aux attentes de nos clients".

Tags :

arkema

13 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Laurence P le 19/11/2012 à 17:41
kid a écrit le 19/11/2012 à 15h24

Le but d'une entreprise n'est pas de créer des emplois, mais créer de la richesse, afin de développer sa structure et de rémunérer les actionnaires qui ont pris le risque financier.

+1 KID
rajout : les salariés sont une variable d'ajustement,qui a le toupet de revendiquer
L'actionaire cherche lui aussi à étendre ses acquis

Signaler Répondre

avatar
Vix le 19/11/2012 à 16:22

Arkéma c'est une entreprise sur le départ...

Signaler Répondre

avatar
max le 19/11/2012 à 15:32
kid a écrit le 19/11/2012 à 15h24

Le but d'une entreprise n'est pas de créer des emplois, mais créer de la richesse, afin de développer sa structure et de rémunérer les actionnaires qui ont pris le risque financier.

Ce qui veut dire qu'elle n'a pas d'états d'âmes pour fabriquer en France, en Chine aux USA.
Donc accrochons nos a nos emplois quitte a revoir nos avantages sociaux, ou nos allocs.

Signaler Répondre

avatar
kid le 19/11/2012 à 15:24

Le but d'une entreprise n'est pas de créer des emplois, mais créer de la richesse, afin de développer sa structure et de rémunérer les actionnaires qui ont pris le risque financier.

Signaler Répondre

avatar
pat le 19/11/2012 à 15:16
oui a écrit le 19/11/2012 à 13h40

en Allemagne, les syndicat sont consultés pour les prises de décisions et chaque employé (oui tous) paie une partie de son salaire pour le financement des dits syndicats.

en France, les syndicat sont financés par les adhérents et ne sont que rarement consultés, et quand c'est le cas, c'est uniquement pour la forme... alors ils font comme ils peuvent j'imagine.

ceci dit, je suis d'accord avec vous. on devrait faire comme en Allemagne sur ce point.

Nostalgie des 30 glorieuses, voilà notre problème et comment ne pas comprendre, époque révolue ou même un ouvrier non qualifié pouvait gravir l’échelle social, fonder une famille, se faire construire une villa etc..... changer de voiture tous les 5 ans etc........

Signaler Répondre

avatar
oui le 19/11/2012 à 13:40
tanis a écrit le 19/11/2012 à 13h33

Que cela serve de leçon a tous les salariés, oui a un syndicalisme constructif comme en Allemagne, non a un syndicalisme anti-patrons comme en France, bercé au son de l'internationale socialisme et du bolchevisme.

en Allemagne, les syndicat sont consultés pour les prises de décisions et chaque employé (oui tous) paie une partie de son salaire pour le financement des dits syndicats.

en France, les syndicat sont financés par les adhérents et ne sont que rarement consultés, et quand c'est le cas, c'est uniquement pour la forme... alors ils font comme ils peuvent j'imagine.

ceci dit, je suis d'accord avec vous. on devrait faire comme en Allemagne sur ce point.

Signaler Répondre

avatar
raymonde le 19/11/2012 à 13:36

J’espère que la CGT vas rendre des comptes et au plus haut niveau de sa hiérarchie.
Si y a fermeture des unités de productions en région PACA et Rhône Alpes, la CGT assumera la perte financière des salariés licenciés.

Signaler Répondre

avatar
tanis le 19/11/2012 à 13:33

Que cela serve de leçon a tous les salariés, oui a un syndicalisme constructif comme en Allemagne, non a un syndicalisme anti-patrons comme en France, bercé au son de l'internationale socialisme et du bolchevisme.

Signaler Répondre

avatar
jm le 19/11/2012 à 13:23

Malgré votre nullité, je ne vous abandonnerait pas... Devant les caméras.

Signaler Répondre

avatar
Un salarié non syndiqué le 19/11/2012 à 13:03

Grâce à la presse et la publicite faite l merci à vous

Signaler Répondre

avatar
laurence P le 19/11/2012 à 12:55

Le chantage patronal fait un gros pschitt

Signaler Répondre

avatar
hit le 19/11/2012 à 11:37

Avec les compliments de la CGT.

Signaler Répondre

avatar
zlucidité le 19/11/2012 à 11:14

Tous les salariés d'Arkéma remercient la CGT pour le ticket d'entrée offert vers Pôle-emploi dans quelques mois. Ca devient inéluctable non?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.