L'élection municipale de Vénissieux invalidée ?

L'élection municipale de Vénissieux invalidée ?
Yvan Benedetti, Estelle Gagon et Alexandre Gabriac, de la liste Vénissieux Fait Front - photo Lyonmag.com

Le tribunal administratif de Lyon examinait ce mardi deux recours demandant l'annulation de l'élection de deux conseillers d'extrême droite de la liste Vénissieux fait front.

Le premier, déposé par le préfet du Rhône, demandait l'annulation de l'élection d'Yvan Benedetti et d'Estelle Gagon. Le second, déposé par Christophe Girard, le candidat UMP à l'élection, demandait l'annulation pure et simple des deux tours du scrutin.

Et dans ses conclusions, le rapporteur public "estime qu'il y a matière à une invalidation de l'ensemble des opérations électorales". Néanmoins, la possibilité d'une annulation partielle du scrutin n'est pas non plus écartée. Elle se traduirait par l'éviction des deux conseillers de la liste Vénissieux fait front.

Le tribunal administratif a mis son jugement en délibéré.

Pour rappel, ces recours ont été déposés car "la liste Vénissieux fait front a été reconnue comme irrégulière. 19 personnes - sur 49 que comptait la liste d'Yvan Benedetti - n'avaient pas été prévenues qu'elles figureraient sur cette liste et ont donc été trompées". Cette liste Vénissieux avait obtenu 10,27% des voix au second tour en mars dernier.

Quelles conséquences en cas d'annulation ?

Si le scrutin est entièrement invalidée, un nouvel appel à candidatures sera lancé. Il faudra alors que Michèle Picard, la maire communiste en poste, se représente, tout comme ses adversaires socialistes, UMP...
Cela pourrait aussi avoir des conséquences plus importantes comme le cas Bernard Rivalta. Elu municipal de Vénissieux, ce qui lui permet de siéger au Grand Lyon, il verrait son siège de président du Sytral s'éloigner. A quelques mois de la création de la Métropole et, potentiellement, de la prise en charge de l'intégralité des transports du département par le Sytral, c'est un couac dont il se passerait bien.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
raleur le 23/09/2014 à 23:41

A celui qui ne comprend pas pourquoi un sociale a t lu a la tte du Grand Lyon. il n'a qu'a rechercher les votes de ces foutus maires (de gauche non dclar) du groupe Synergie qui donnent leurs voies celui qui leur lche le plus le cul!

Signaler Répondre

avatar
Jeff le 23/09/2014 à 21:49

Esperons que la justice aille au bout dans cette affaire et que de nouvelles elections soient organisées. Mais avec Taubira à la justice j'ai peur que ça coince...

Signaler Répondre

avatar
Jeff le 23/09/2014 à 21:40

Si ça repart pour un tour sans benedetti et son petit copain on aura une élection complètement différente et l'outsider Girard pourrait bien créer une fois de plus la surprise.

Certains risquent de tomber de leur tour d'ivoire...

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais de la X Rousse le 23/09/2014 à 18:32

A Lyon, les juges sont même capables d'invalider l'élection entière sauf celle de Rivalta.
La justice maçonnique, on connaît à Lyon.

Signaler Répondre

avatar
on n'est pas nés de la dernière pluie le 23/09/2014 à 17:53

entre préfet, président de la métropole et président du sytral, tous trois francs-maçons, on va bien trouver une solution pour sauver le frère BERNARD

J'en mets ma main au feu

LYON est complètement pollué par les "frères" qui piétinent la démocratie

la preuve ? expliquez moi un peu pourquoi le COLON se retrouve président de la métropole, alors que les maires se sont révélés être majoritairement de droite aux dernière élections ????

Signaler Répondre

avatar
Luond le 23/09/2014 à 13:30

Tous les journalistes, tous les politiques et même le préfet dont la bonne foi dans ce dossier me semble toute relative, savent qu'une saine justice ne peut qu'aboutir à l'annulation de cette élection.

Signaler Répondre

avatar
Si tral le 23/09/2014 à 13:13

Les magouilles de Collomb sont insupportables

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.