Vénissieux : il agresse trois personnes en moins 24 heures

Vénissieux : il agresse trois personnes en moins 24 heures
Illustration - LyonMag

Entre ce jeudi et vendredi, un Vénissian a agressé trois personnes au cours d’un “marathon” de violence.

Tout a commencé dans la soirée de ce jeudi. Alors qu’il est sorti il y a quelques jours du centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu, un Vénissian de 51 ans souffrant de troubles psychologiques a agressé trois personnes en moins de 24 heures.

Ce jeudi, il a tenté d’étrangler son voisin au domicile de ce dernier, rue Léo-Lagrange, à Vénissieux. Le lendemain, l’homme, toxicomane, s’est jeté sur un passant rue Georges-Lyvet et a essayé de le frapper à coups de petite cuillère, raconte Le Progrès. En fin de matinée, c’est un homme dans une boutique Orange, dans un centre commercial Carrefour, qui a fait les frais de cet accès de violence. Le déséquilibré a sorti une arme de poing dans l’échoppe, face à cet homme qui a refusé de lui donner une cigarette.

Interpellé, l'individu a été placé en garde à vue. Particulièrement agité, il aurait même cassé une caméra de vidéosurveillance dans les locaux de la police.

Aucun hôpital n’a accepté de le prendre en charge, malgré son état inquiétant.

14 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Guignol 1er le 24/08/2017 à 11:06

Nous n'avions jamais vu autant de déséquilibrés passer aux actions violentes sur la voie publique.

La faute aux budgets en baisse, à l'islamisation, à la désintruction, ... Faites votre choix !

Signaler Répondre

avatar
Quels moyens ? le 24/08/2017 à 10:25
Zarb, non ? a écrit le 05/08/2017 à 16h43

Il est curieux de constater autant de "troubles psychologiques" dans les banlieues très cosmopolites.
Ne nous prendrait on pas pour des gogos ?

Ça c'est de la réflexion d'un haut niveau ! Bravo !!!

Signaler Répondre

avatar
Quels moyens ? le 24/08/2017 à 10:23
vixi a écrit le 08/08/2017 à 08h29

L'état baisse les budgets a St Jean de Dieu et ils ferment des services .C'est pareil à Vinatier.Donc les fous sont relâchés dehors.

Entièrement de votre avis. Voici un résultat concret de cette "vision" à très court terme de nos chers décideurs ... Quel citoyen ne s'est pas encore rendu compte des difficultés et de la situation particulièrement difficile des "soignants" à l'hôpital public ?

Signaler Répondre

avatar
vixi le 08/08/2017 à 08:29

L'état baisse les budgets a St Jean de Dieu et ils ferment des services .C'est pareil à Vinatier.Donc les fous sont relâchés dehors.

Signaler Répondre

avatar
@ simplet le 06/08/2017 à 16:34
Zarb, non ? a écrit le 05/08/2017 à 16h43

Il est curieux de constater autant de "troubles psychologiques" dans les banlieues très cosmopolites.
Ne nous prendrait on pas pour des gogos ?

les déséquilibrés ont moins d'argent et vivent dans les quartiers pauvres. Je suis surpris que tu n'arrives pas a comprendre cela.

Signaler Répondre

avatar
Stop le 06/08/2017 à 16:32
ah bon ?? a écrit le 06/08/2017 à 04h23

"Aucun hôpital n'a accepté de le prendre en charge " ?? C normal ca ? Donc on ne le met pas en prison, ni dans un hôpital psy ou autre. On le laisse dehors.... pour qu'il recommence. dans quelle société vivons-nous ??

C'est normal dans une société où les responsables politiques bénéficient de la protection personnalisée de la police.

Tant qu'ils auront des policiers dédiés a leur sécurité ils ne se sentiront pas concernés par l'insécurité générale et rien ne changera.

Signaler Répondre

avatar
@ simplet le 06/08/2017 à 16:27
Coriace a écrit le 06/08/2017 à 08h25

En république bananière,Il ne faut plus COMPTER que sur soi-même . Il faut se faire justice et ne plus COMPTER sur l'état QUI a faillit a sa mission .

Il faut apprendre a utiliser les majuscules au bon endroit.

Signaler Répondre

avatar
lilop le 06/08/2017 à 15:43

Avec les suppressions de places et de poste a l'hôpital et donc en psy il ne faut pas s'étonner qu'il n'y ai pas assez de place... Les gens fréquentants ces établissements sont remis en liberté régulièrement pour laisser de la place à un autre... les protocoles de soins ne sont pas à la hauteur au grand désarroi des équipes médicales... Tout le monde voit le pb mais pas le gouvernement qui supprime encore et encore des postes

Signaler Répondre

avatar
Coriace le 06/08/2017 à 08:25

En république bananière,Il ne faut plus COMPTER que sur soi-même . Il faut se faire justice et ne plus COMPTER sur l'état QUI a faillit a sa mission .

Signaler Répondre

avatar
SPORTIF le 06/08/2017 à 07:38

En dehors du fait que cet histoire est bien triste , pourquoi employé le mot marathon ? Une discipline sportive noble , n'a rien à voir avec ce déferlement de violence .

Signaler Répondre

avatar
Marre34 le 06/08/2017 à 06:41

Que faut il attendre pour que chacun prenne ses responsabilités, un drame?
Qui s inquiète des victimes?
On n est même plus en sécurité chez soi.

Signaler Répondre

avatar
ah bon ?? le 06/08/2017 à 04:23

"Aucun hôpital n'a accepté de le prendre en charge " ?? C normal ca ? Donc on ne le met pas en prison, ni dans un hôpital psy ou autre. On le laisse dehors.... pour qu'il recommence. dans quelle société vivons-nous ??

Signaler Répondre

avatar
Les gueux avec les gueux le 05/08/2017 à 17:09

Se sera de pire en pires. ET c'est normal ,nous sommes de plus en plus nombreux dans les villes ,ou l'urbanisme explose. Serrés,comme des sardines dans des quartiers ou ,on parques les pauvres ,comme disent les riches. C'est sur ,que quand on est riches ,vu LE prix du m2 dans les quartiers hors de prix résidenciel . Là qualités de vie est différente et l'ambiance bon enfants.

Signaler Répondre

avatar
Zarb, non ? le 05/08/2017 à 16:43

Il est curieux de constater autant de "troubles psychologiques" dans les banlieues très cosmopolites.
Ne nous prendrait on pas pour des gogos ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.