Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le Rhonexpress - LyonMag

Le Rhônexpress à son tour dans l’œil du cyclone Mercier ?

Le Rhonexpress - LyonMag

Dans l’affaire de la liaison RhônExpress entre La Part Dieu et l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, c’est un peu Veni, Vidi, Vinci.

Ou si l’on préfère ; "je suis venu, j’ai vu et c’est Vinci qui a ramassé la mise". Pour Vinci, le contrat de concession qui le lie au Département du Rhône, c’est effectivement le jackpot assuré. Un jackpot qui va tomber régulièrement pendant encore une vingtaine d’années.

Pendant tout ce temps, les clients vont continuer à payer 15 euros l’aller simple pour un trajet de 23 kilomètres. Ramené au prix du kilomètre, ça nous met Rhônexpress plus cher qu’un vol Paris-New-York en First classe avec champagne et caviar à volonté.

 

On a beau chercher, rien ne justifie un tel tarif prohibitif. D’autant que Vinci n’a pas déboursé un centime pour réaliser l’infrastructure qui a coûté quelque 120 millions d’euros. Dès le départ, le Département du Rhône en a payé la moitié. Et il s’est engagé dans le contrat de concession à verser 3,5 millions d’euros annuels à Vinci jusqu’à la fin de la concession ce qui couvre largement le remboursement de l’emprunt qu’il a contracté.

 

Ce petit arrangement financier n’est pas la seule bizarrerie de ce contrat. Il interdit également toute forme de concurrence sur ce trajet. Et tant pis pour les clients qui n’ont d’autre choix que de payer le prix fort.

 

Il y a deux semaines, le sujet a une nouvelle fois été abordé lors du conseil syndical du Sytral. Le maire LR de Caluire Philippe Cochet a lancé le débat en évoquant le frein que représente cette situation pour les vols low cost. On aboutit à cette situation absurde qui voit le voyageur payer plus cher la liaison Lyon-Saint-Ex que son vol pour Londres ou Amsterdam.

 

Les touristes qui partent en vacances ne sont pas les seuls dindons de cette farce amère. Comme l’a rappelé l’écologiste Pierre Hémon, les salariés qui travaillent sur la plaine de Saint-Exupéry (laquelle est appelée à se développer) sont logés à la même enseigne. Du coup, les entreprises ont parfois des difficultés à recruter en raison même du coût prohibitif que représente le transport.

 

S’en mettre plein les poches grâce à un contrat qui est déjà à son unique avantage ne suffit pas à Vinci. Le groupe poursuit le Sytral devant le tribunal administratif. Il lui réclame un peu plus de 2 millions d’euros pour avoir, (suite à l’accord passé avec la CCEL) exploité quelques mois deux lignes qui desservaient l’aéroport.

 

À se montrer trop gourmand, Vinci pourrait toutefois perdre beaucoup plus. On murmure que la justice pourrait à nouveau s’intéresser aux conditions avantageuses dans lesquelles le groupe a obtenu la concession de Rhônexpress sous la présidence de Michel Mercier.

 

Quand ils sont descendus à Lyon pour enquêter sur les emplois de la famille de l'ancien président du Rhône, les fins limiers du parquet financier ont emporté nombre de documents relatifs à la construction par Vinci du Musée des Confluences. Y-a-t-il eu des arrangements à l’époque entre les deux parties ? Une réponse à laquelle pourraient répondre prochainement les enquêteurs.



Tags : rhonexpress | Vinci | michel mercier |

Commentaires 30

Déposé le 21/12/2017 à 14h57  
Par Hum Citer

Des aéroports vendus, vous le croyez vraiment ? a écrit le 21/12/2017 à 13h55

Ce que vous dites est faux. L'aéroport est et restera une propriété de l’État.

C'est l'entreprise concessionnaire, ADL, en charge de l'exploitation de l'aéroport, qui a été partiellement vendue : ses capitaux restent à 40% publics.

Mais il s'agit d'une entreprise ne réalisant pas de gros bénéfices, et titulaire d'une concession qui se terminera dans 29 ans (elle perd donc de sa valeur chaque année).

En plus, l'aéroport continue de rapporter de l'argent au contribuable, puisque les redevances aéroportuaires restent fixées et perçues par l’État.

Au final, avec la vente des aéroports de province, l’État actionnaire a réalisé une bonne opération financière.

Oui, comme pour les autoroutes...
Je parie que vous êtes un électeur de Micron :)

Déposé le 21/12/2017 à 13h56  
Par Hum Citer

A terme je vois bien:
- accès par l'autoroute géré par Vinci, avec hausse du prix du péage
- parkings gérés par Vinci, avec hausse des tarifs de stationnement
- navette Rhônexpress gérée par Vinci, avec hausse du prix du trajet

Au final, Vinci pourra jouer sur les tarifs pour être sûr de gagner à tous les coups, que vous preniez la navette ou que vous veniez en voiture.
Vinci restreindra encore l'accès aux voitures particulières venant chercher famille ou amis, ainsi que les voitures faisant du covoiturage.

Merci à ceux qui ont donné ce joli cadeau à Vinci...

Déposé le 21/12/2017 à 13h55  
Par Des aéroports vendus, vous le croyez vraiment ? Citer

maisloool a écrit le 19/12/2017 à 00h55

C'est encore plus moche quand on sait que, à la base l'aéroport était une propriété de l'Etat. Et qu'ils l'ont vendu ils n'y a pas longtemps de cela. Qui sont les pigeons les voyageurs ou l'état ?? Surement les deux..

Ce que vous dites est faux. L'aéroport est et restera une propriété de l’État.

C'est l'entreprise concessionnaire, ADL, en charge de l'exploitation de l'aéroport, qui a été partiellement vendue : ses capitaux restent à 40% publics.

Mais il s'agit d'une entreprise ne réalisant pas de gros bénéfices, et titulaire d'une concession qui se terminera dans 29 ans (elle perd donc de sa valeur chaque année).

En plus, l'aéroport continue de rapporter de l'argent au contribuable, puisque les redevances aéroportuaires restent fixées et perçues par l’État.

Au final, avec la vente des aéroports de province, l’État actionnaire a réalisé une bonne opération financière.

Déposé le 21/12/2017 à 12h15  
Par Nostradamus Citer

Je peux déjà vous dire que personne ne sera sanctionné et le rhoneexpress continuera a pratiquer ces tarifs aussi longtemps qu'il voudra.

Déposé le 21/12/2017 à 10h56  
Par bianca Citer

Et après les libéraux comme macron nous disent que le privé coûte moins cher que le public. Sans subventions les grands groupes de btp auraient coulé depuis longtemps.

Déposé le 21/12/2017 à 10h29  
Par Boycottman Citer

Vous entretenez quand même le système mafieux puisque vinci gère les accès autoroutiers ainsi que l'aéroport depuis quelques mois ... on pourrait renommer cet aéroport Vinci Land !

Déposé le 19/12/2017 à 14h23  
Par KAPONNE Citer

Je me fais emmener par des amis ou par la famille à St Ex.
Aucune chance que je donne un euro à ce système mafieux ! :)

Déposé le 19/12/2017 à 00h55  
Par maisloool Citer

C'est encore plus moche quand on sait que, à la base l'aéroport était une propriété de l'Etat. Et qu'ils l'ont vendu ils n'y a pas longtemps de cela. Qui sont les pigeons les voyageurs ou l'état ?? Surement les deux..

Déposé le 18/12/2017 à 22h34  
Par laquenelle Citer

La Honte2 a écrit le 18/12/2017 à 13h21

Et rappeler qu'une enquête de la Justice a existé sur cette affaire !!!

Laquelle de justice ?
La justice lyonnaise qui ferme les yeux sur tous les gros dossiers qui auraient emmenés leurs auteurs en prison ?
Autrement dit la justice quenelle ?

Déposé le 18/12/2017 à 20h34  
Par Rhône-Epress Citer

On est désolé.
On s'excuse mais bon vous êtes des moutons qu'on peut tondre alors on le fait.
RhE.

Déposé le 18/12/2017 à 19h29  
Par UTBBS Citer

Ne l'appeler plus Mercier mais Michel Tefal. A lui tout seul il a relocalisé la production de casseroles dans le département !

Pour Vinci il serait temps de s'intéresser à leur mode de fonctionnement parce que même Bouygues qui n'est pas un modèle de vertus n'est pas arrivé à se payer des PPP aussi avantageux (ND des Landes par exemple)

A nos amis de Bercy quand on cherche on trouve.

Déposé le 18/12/2017 à 19h14  
Par croco Citer

Encore et toujours une affaire Mercier. Balance ton homard !

Déposé le 18/12/2017 à 18h17  
Par MPman Citer

henon a écrit le 18/12/2017 à 09h49

Une fois encore, on met en avant, un peu tard, les dégâts considérables que l'ancien président du département du Rhône, Michel Mercier, a faits aux finances des collectivités territoriales locales: emprunts toxiques (plus de 320 M d'euros, record de France), budget du Musée des Confluences multiplié par CINQ (sans parler des entorses faites au code des marchés publics), scandale de Rhône Express, contrat VORTEX pour le transport des élèves handicapés, vente de titres prématurés, avec perte de dizaines de millions d'euros. Comment se fait-il que la Justice puisse, éventuellement, se réveiller si tard? Certes, Mercier a été Garde des Sceaux, donc bien placé pour se protéger. Mais arriver à ce niveau là, on peut se poser des questions; n'importe quel chef d'entreprise qui aurait englouti un milliard d'euros de pertes aurait, au minimum été remercié sur le champs, au mieux serait passé devant le justice. Il y a encore un énorme chemin à faire pour que les responsables de collectivités soient vraiment mis devant leurs responsabilités, et surtout puissent rendre compte devant leurs électeurs. Et dire que l'ancien président de la Métropole de Lyon, Gérard Collomb, a rendu hommage à cet élu au-dessus de tout soupçon. Il est vrai qu'entre eux, il y avait le soutien de Mercier au stade de JM AULAS: le département a voté une garantie d'emprunt de 40 M d'euros à l'OL; sans cela, pas de stade. Ecoeurant? A chacun de juger

Le cas Vortex est un peu à part car aucune autre entreprise ne se distinguait du lot.
De plus le code des marchés publics n'implique pas de rejeter une offre sur des critères de "climat social" au sein de l'entreprise qui dépose l'offre.
Et comme souvent le prix tient une place importante (souvent 60 ou 70 % de la note finale) au final on se retrouve avec Vortex.

Déposé le 18/12/2017 à 17h31  
Par Hum Citer

Petaudier a écrit le 18/12/2017 à 15h19

Mercier, des gens votaient pour lui, non ?
Parce qu'on ne les entend pas...

Ces gens qui se situaient entre le PS et l'UMP, et qui ont probablement massivement voté Macron aux 2 tours de la présidentielle.

Déposé le 18/12/2017 à 16h43  
Par Gab Citer

Julia a écrit le 18/12/2017 à 16h03

Ce MERCIER est vraiment une catastrophe !

Et oui !!! Ministre de la Justice puis candidat au conseil constitutionnel. Quel homme !!! Intégrité, honnêteté, droiture.

Déposé le 18/12/2017 à 16h03  
Par Julia Citer

Ce MERCIER est vraiment une catastrophe !

Déposé le 18/12/2017 à 15h20  
Par Gab Citer

Quelques compléments issus des documents officiels département du Rhône 2010 :
- Budget Investissement global : 121 millions d’euros
- 41,3 millions d’euros « Subventions du Département du Rhône »
- 17,7 millions d’euros « Apport des actionnaires »
- 62 millions d’euros « Emprunts contractés par Rhônexpress »

Composition de la société concessionnaire des 17,7 millions (actionnaires) Caisse des Dépôts et Consignations 36,6 %, Groupe Vinci 35,2 %, Veolia Transport 28,2 %.

3,5 millions versé par an par le département puis la métropole via le SYTRAL pour le remboursement de l’emprunt.
Ses 3,5 millions sont devenu en 2015 et 2016 4,9 millions par an. Je pense que l’emprunt de 62 millions est un emprunt toxique.
Il reste 20ans de remboursement à 4,9 millions soit 98 millions d’euros.

Déposé le 18/12/2017 à 15h19  
Par Petaudier Citer

Mercier, des gens votaient pour lui, non ?
Parce qu'on ne les entend pas...

Déposé le 18/12/2017 à 13h33  
Par Zorglub Citer

Et VINCI, bientôt concessionnaire de l'A 45...

Déposé le 18/12/2017 à 13h26  
Par Nostromo Citer

Merci pour cet article qui aurait toutefois pu être écrit il y a 6 ou 7 ans dès le lancement du rhône express
Il y a tout de même une chose que je ne comprends pas : pourquoi ce contrat n'est il pas casséimmédiatement en raison de ses aspects purement et simplement illégaux comme par exemple la clause abusive d'exclusivité de desserte ?
*
Quant à Mercier, il aura le temps de mourir de sa belle mort avant toute condamnation vu le train auquel progresse la justice dans notre pays.

Déposé le 18/12/2017 à 13h21  
Par La Honte2 Citer

Pigé a écrit le 18/12/2017 à 13h03

Ça, il ne faut pas compter sur "Le Progrès".

Et rappeler qu'une enquête de la Justice a existé sur cette affaire !!!

Pigé Déposé le 18/12/2017 à 13h03  
Par Pigé Citer

La Honte a écrit le 18/12/2017 à 12h06

franchement, ce dossier est honteux. mais j'ai honte surtout pour la presse lyonnaise, en particulier pour un hebdomadaire satirique lyonnais soit disant gratte poil des politiques lyonnais. cette affaire avait été largement relayée à l"'époque par Lyon Capitale. et pourtant jamais rien dans la presse lyonnaise pour évoquer les liens entre le département et Vinci. au contraire, l'hebdomadaire satirique n'a eu de cesse de défendre Mercier. on vient 10 ans après nous expliquer qu'il y a un problème; les problèmes il faut les traiter en temps et en heure!!!

Ça, il ne faut pas compter sur "Le Progrès".

Déposé le 18/12/2017 à 12h06  
Par La Honte Citer

franchement, ce dossier est honteux. mais j'ai honte surtout pour la presse lyonnaise, en particulier pour un hebdomadaire satirique lyonnais soit disant gratte poil des politiques lyonnais. cette affaire avait été largement relayée à l"'époque par Lyon Capitale. et pourtant jamais rien dans la presse lyonnaise pour évoquer les liens entre le département et Vinci. au contraire, l'hebdomadaire satirique n'a eu de cesse de défendre Mercier. on vient 10 ans après nous expliquer qu'il y a un problème; les problèmes il faut les traiter en temps et en heure!!!

Déposé le 18/12/2017 à 12h03  
Par Tidou Citer

Ah, Mercier...
Vivement la taule.
Idem pour tes copains chez Vinci.
QUe la Justice casse le contrat et que le Rhonexpress soit confié aux TCL.
En attendant, je continue mes covoiturages entre Lyon et Saint Ex...

Déposé le 18/12/2017 à 12h00  
Par Lyonnais. Citer

Une action de groupe en justice pour dénoncer et faire tomber ce contrat arbitraire au détriment de la collectivité, celle-là même que le Rhônexpress était censé servir, pas s'en servir !!
La justice lyonnaise et tous ces juges qui ferment les yeux sur ces grands détournements d'argent public devraient se réveiller.....et en attendant, c'est encore les contribuables et les voyageurs qui assouvissent financièrement l'appétit monstrueux de Vinci !!
Vinci a pris en otage tous les citoyens lyonnais et autres voyageurs, et Mercier a signé et applaudit par le fait du prince !!

Déposé le 18/12/2017 à 11h18   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par kumer Citer

Je cherche toujours sur bla bla car avant de réserver un taxi car à 2 le différenciel de prix est minime car si l on acheté son billet dans le tram c est encore plus chère

Déposé le 18/12/2017 à 10h56  
Par et oui Citer

Et la justice devrait aussi intéresser à l'ex maire de Lyon, qui s'est cru et se croit encore au dessus des lois !
C'était un couple Mercier - Collomb qui régnait sur la ville et la région.

Pigé Déposé le 18/12/2017 à 10h40  
Par Pigé Citer

Merci pour ce résumé. Nous avons affaire à du banditisme cautionné par les élus : car un président de Conseil général ne devrait pas pouvoir faire ce qu'il veut, à moins que chacun ne touche une part du grisbi.

Déposé le 18/12/2017 à 09h49  
Par henon Citer

Une fois encore, on met en avant, un peu tard, les dégâts considérables que l'ancien président du département du Rhône, Michel Mercier, a faits aux finances des collectivités territoriales locales: emprunts toxiques (plus de 320 M d'euros, record de France), budget du Musée des Confluences multiplié par CINQ (sans parler des entorses faites au code des marchés publics), scandale de Rhône Express, contrat VORTEX pour le transport des élèves handicapés, vente de titres prématurés, avec perte de dizaines de millions d'euros. Comment se fait-il que la Justice puisse, éventuellement, se réveiller si tard? Certes, Mercier a été Garde des Sceaux, donc bien placé pour se protéger. Mais arriver à ce niveau là, on peut se poser des questions; n'importe quel chef d'entreprise qui aurait englouti un milliard d'euros de pertes aurait, au minimum été remercié sur le champs, au mieux serait passé devant le justice. Il y a encore un énorme chemin à faire pour que les responsables de collectivités soient vraiment mis devant leurs responsabilités, et surtout puissent rendre compte devant leurs électeurs. Et dire que l'ancien président de la Métropole de Lyon, Gérard Collomb, a rendu hommage à cet élu au-dessus de tout soupçon. Il est vrai qu'entre eux, il y avait le soutien de Mercier au stade de JM AULAS: le département a voté une garantie d'emprunt de 40 M d'euros à l'OL; sans cela, pas de stade. Ecoeurant? A chacun de juger

Déposé le 18/12/2017 à 09h49  
Par pompier69 Citer

Qu ils jetent aussi un oeil sur la vente des logements pompiers et aussi le non payement des heures sup .
mr Mercier etait president du SDis

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.