Max Vincent (Synergies) : "Les habitants ne vont pas voir le président de la Métropole, ils vont voir le maire"

Le maire de Limonest, Max Vincent, était l'invité ce jeudi matin de Gérard Angel, dans les Coulisses du Grand Lyon.

Max Vincent (Synergies) : "Les habitants ne vont pas voir le président de la Métropole, ils vont voir le maire"
Max Vincent - LyonMag

Les maires des petites communes de la Métropole de Lyon sont bien embêtés. En 2020, pour les premières élections directes des conseillers de la collectivité, tous ne siègeront plus au conseil. D’où la colère des maires Synergies, leur chef de file Marc Grivel en tête, qui menacerait de démissioner de son poste de 1er vice-président de David Kimelfeld.

"On peut concilier la représentation de nos territoires et la représentation au niveau du scrutin proportionnel par rapport à la population, évoque Max Vincent. On pourrait avoir deux collèges. Je ne vois pas pourquoi on voudrait éliminer les maires. En plus, nous représentons les communes compétentes, les collectivités de proximité. (…) Les administrés, ils ne vont pas voir le président de la Métro, ils vont voir le maire".

Une réunion secrète a eu lieu la semaine dernière entre les élus Synergies et Gérard Collomb. "Collomb nous a dit qu’il ne voyait pas comment modifier le mode de scrutin. (…) Moi je lui ai rappelé qu’il avait toujours été très heureux d’accueillir les maires parce qu’il nous a demandé de faire partie de son exécutif pour élargir sa majorité ou du moins qu’il ait une majorité. Aujourd’hui, il nous demande de participer à son exécutif et demain les maires seront éliminés", poursuit le maire de Limonest, en poste depuis 1979.

Quid d’une démission des vice-présidents Synergies ? "Une décision collective devra être prise au sein du groupe".

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en vidéo sur LyonMag.com

23 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Payeur le 20/05/2018 à 12:01

En tous cas il a l air de bien se porter....Il paraît qu il mange au restos tous les jours aux frais des contribuables

Signaler Répondre

avatar
Cornus le 19/05/2018 à 17:57

Les Maires qui ont voté pour Collomb et qui sont cocus de Collomb ont trahis leurs électeurs. Chers électeurs n oubliez pas qu ils ont voté CONTRE vos intérêts.
Il y a une morale à l histoire... ils vont se faire dégager

Signaler Répondre

avatar
3020 le 18/05/2018 à 18:42
Erica Mazoyère a écrit le 18/05/2018 à 18h18

Vivement les municipales en 2020

Vivement quelle année pour une prise de conscience des problèmes par chaque citoyen ? La saint glinglin, ce serait bien !

Signaler Répondre

avatar
Erica Mazoyère le 18/05/2018 à 18:18

Vivement les municipales en 2020

Signaler Répondre

avatar
LR le 18/05/2018 à 16:59

Stéphane Guilland va les mettre à l'amende grave en 2020. Dehors les synergies. Vive les LR

Signaler Répondre

avatar
julie69 le 18/05/2018 à 16:35

Que reproche t on à Monsieur Max Vincent ? A part voter à gauche à la Métropole.
Je retiendrai pour ma part qu'il a multiplié par onze les logements sociaux de sa commune et multiplié le nombre d'étrangers par trois. Encore beaucoup trop peu mais Limonest va dans la bonne direction.

Signaler Répondre

avatar
Beurk le 18/05/2018 à 16:04

Il a soutenu la candidate machiniste aux législatives!
Qu'a t'elle fait?
Et leur copain Collomb?
Fini...
Vivement les prochaines municipales

Signaler Répondre

avatar
oust le 18/05/2018 à 14:41

Ces maires ont trahis leur électorat pour se coucher devant Collomb et mainternant Collomb les cocufient. C'est bien fait pour eux car nous les électeurs nous allons les dégager

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 18/05/2018 à 12:39

@ Jeansaisriendutout

Le lien de légifrance que vous m'avez communiqué concerne précisément l'ordonnance de décembre 2015.
Ensuite il y a eu la loi NOTRe mais qui a ma connaissance n'a pas modifié le mode d'élection de la Métropole de Lyon ( qui a d'ailleurs un statut spécifique fait main par les compères Collomb-Mercier)

Une précision : l'absence des maires et de représentants de toutes les communes n'est pas lié à la baisse du nombre d'élus mais au fait que la Métropole n'est plus un EPCI ( Établissement Public de Coopération intercommunale ) mais une collectivité territoriale à part entière et à compétences propres ( comme les Départements et les Régions) alors qu'auparavant le Grand Lyon (ou COURLY- communauté urbaine de Lyon) avait uniquement les compétences déléguées par les communes...
Ce que font semblant de ne pas comprendre les maires des petites communes du groupe Synergie

Signaler Répondre

avatar
@ Jeansaisriendutout le 18/05/2018 à 11:40
Jeansais a écrit le 18/05/2018 à 11h05

@ Jeansaisriendutout

En fait ( si j'ai bien compris ) il y a 2 textes:

- le texte de la loi MAPTAM ( Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) de janvier 2014 qui crée entre autres la Métropole de Lyon
- l'ordonnance du 19 décembre 2014 qui fixe les modalités de l'élection des élus à la Métropole de Lyon

Mais les modalités d'élection des élus de la Métropole contre lesquelles le groupe Synergie proteste n'a pas été modifié ...ce que voudrait justement le groupe Synergie
Toutes les 59 communes ne seront donc pas représentées à l'assemblée de la Métropole et encore moins tous les maires.
Mais dans un conseil général ( organisme de gestion du département) toutes les communes ne sont pas représentées non plus...
il faudra bien que les maires s'y fassent !

(désolé de garder ce pseudo, c'est pour faciliter la discussion)

Dans le lien que je vous ai donné qui mène à légifrance, apparemment les textes sont abrogés, donc ils ne sont plus d'actualité...
Non ?

D'autre part, je comprends bien votre remarque indirecte :
"moins d'élus" = disparition des "petits".
Mais même au sein d'une plus large assemblée, vu que c'est la loi du grand nombre qui impose sa direction, le problème n'est pas le vote, mais bien que nous ne sommes pas en démocratie directe, et que l'échelle décisionnelle est totalement hors sol !

Les petits villages n'auraient jamais dû accepter le chantage économique de la grande ville et s'insérer "dans" la grande ville.
Obligatoirement, ils allaient être dissout et c'est ce qui s'est passé.

Signaler Répondre

avatar
Frédo. le 18/05/2018 à 11:37

Le problème, c'est celui de la surreprésentation des petites communes rurales.

Si le maire de St Romain au Mont d'Or (1000 habitants) siège au conseil, alors Lyon qui est 500 fois plus grosse devrait avoir 500 sièges !

Il serait véritablement scandaleux que les petits maires, qui ne représentent pas grand monde, puissent siéger de droit.

Ce serait un déni de démocratie à l'encontre des habitants des communes de taille plus importante.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 18/05/2018 à 11:05

@ Jeansaisriendutout

En fait ( si j'ai bien compris ) il y a 2 textes:

- le texte de la loi MAPTAM ( Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) de janvier 2014 qui crée entre autres la Métropole de Lyon
- l'ordonnance du 19 décembre 2014 qui fixe les modalités de l'élection des élus à la Métropole de Lyon

Mais les modalités d'élection des élus de la Métropole contre lesquelles le groupe Synergie proteste n'a pas été modifié ...ce que voudrait justement le groupe Synergie
Toutes les 59 communes ne seront donc pas représentées à l'assemblée de la Métropole et encore moins tous les maires.
Mais dans un conseil général ( organisme de gestion du département) toutes les communes ne sont pas représentées non plus...
il faudra bien que les maires s'y fassent !

Signaler Répondre

avatar
@ Jeansaisriendutout le 18/05/2018 à 10:25
Jeansais a écrit le 18/05/2018 à 08h20

La loi MAPTAM ( Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) du 27 janvier 2014 a créé la Métropole de Lyon et l’organisation politique qui en découle. Elle a été complétée par l’ordonnance n°2014-1539 du 19 décembre 2014 qui fixe les modalités de désignation des conseiller(e)s métropolitain(e)s pour les futures échéances électorales.

1/ Le mode de scrutin :
Très proche de celui des élections municipales dans les communes de 1000 habitants et plus, il s’agit d’un scrutin de liste avec parité (femme-homme) de candidatures, dans chacune des 14 circonscriptions définies par la loi. Il met en place deux tours de scrutin avec la possibilité de fusionner les listes entre les deux tours à partir de 5% des suffrages exprimés et la possibilité de se maintenir au second tour à partir de 10%. A l’issue du second tour, une prime majoritaire de la moitié des sièges est attribuée à la liste parvenue en tête, ce qui permet de dégager des majorités stables (à l’image des élections municipales).

2/ Les circonscriptions
La Métropole est découpée en 14 circonscriptions répondant à une logique de cohérence territoriale et à un critère démographique. Chaque circonscription dispose d’un nombre de sièges au Conseil métropolitain établi en fonction de sa population.

3/ Le nombre de conseillers
L’assemblée sera composée de 150 conseillers métropolitains (contre 166 aujourd’hui). Un conseiller métropolitain représentera donc en moyenne 8 7 34 citoyens.

Merci pour ces infos et le temps que vous avez pris pour les donner.

En regardant le texte d'origine, il semblerait que depuis 2014 le texte ait bougé et les articles abrogés.

Qu'en pensez-vous ?
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029925401

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 18/05/2018 à 08:20
@ Jeansaisriendutout a écrit le 18/05/2018 à 01h32

Et vous pourriez donner le texte de loi sur lequel vous vous appuyez ?

La loi MAPTAM ( Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) du 27 janvier 2014 a créé la Métropole de Lyon et l’organisation politique qui en découle. Elle a été complétée par l’ordonnance n°2014-1539 du 19 décembre 2014 qui fixe les modalités de désignation des conseiller(e)s métropolitain(e)s pour les futures échéances électorales.

1/ Le mode de scrutin :
Très proche de celui des élections municipales dans les communes de 1000 habitants et plus, il s’agit d’un scrutin de liste avec parité (femme-homme) de candidatures, dans chacune des 14 circonscriptions définies par la loi. Il met en place deux tours de scrutin avec la possibilité de fusionner les listes entre les deux tours à partir de 5% des suffrages exprimés et la possibilité de se maintenir au second tour à partir de 10%. A l’issue du second tour, une prime majoritaire de la moitié des sièges est attribuée à la liste parvenue en tête, ce qui permet de dégager des majorités stables (à l’image des élections municipales).

2/ Les circonscriptions
La Métropole est découpée en 14 circonscriptions répondant à une logique de cohérence territoriale et à un critère démographique. Chaque circonscription dispose d’un nombre de sièges au Conseil métropolitain établi en fonction de sa population.

3/ Le nombre de conseillers
L’assemblée sera composée de 150 conseillers métropolitains (contre 166 aujourd’hui). Un conseiller métropolitain représentera donc en moyenne 8 7 34 citoyens.

Signaler Répondre

avatar
@ Jeansaisriendutout le 18/05/2018 à 01:32
Jeansais a écrit le 17/05/2018 à 16h41

Justement non...
Jusqu'alors les représentants au Grand Lyon étaient désignés par les conseils municipaux ( toutes les communes étaient représentées; le nombre de représentants étant fonction du nombre d'habitants et le maire était bien sûr auto désigné)...
Lors des dernières élections municipales en 2014 les éventuels représentants des communes étaient mentionnés mais sans modifications possibles par les électeurs.
En 2020 la Métropole sera découpée en territoires , sorte de circonscriptions de 70 000 habitants environ et les électeurs pourront élire directement une liste ( comme pour les élections municipales)
et c'est là où le bas blesse pour les petites communes ;
Car de fait elles ne pourront pas être toutes représentées puisque les listes seront inter communales et les élus seront choisis proportionnellement aux voix obtenues....

CQFD: Monsieur " j'en sais rien du tout mais j'en parle à tort et à travers..."

Et vous pourriez donner le texte de loi sur lequel vous vous appuyez ?

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 17/05/2018 à 16:41
@ Jeansaisriendutout a écrit le 17/05/2018 à 14h40

En plus c'est un progrès pour la démocratie vu qu'apparemment les élus ne seront plus issus du vote du peuple, mais de l'entre soi, comme au Sénat !

La "synergie" comme disent certains pour légitimer l'efficacité de la dictature.

Justement non...
Jusqu'alors les représentants au Grand Lyon étaient désignés par les conseils municipaux ( toutes les communes étaient représentées; le nombre de représentants étant fonction du nombre d'habitants et le maire était bien sûr auto désigné)...
Lors des dernières élections municipales en 2014 les éventuels représentants des communes étaient mentionnés mais sans modifications possibles par les électeurs.
En 2020 la Métropole sera découpée en territoires , sorte de circonscriptions de 70 000 habitants environ et les électeurs pourront élire directement une liste ( comme pour les élections municipales)
et c'est là où le bas blesse pour les petites communes ;
Car de fait elles ne pourront pas être toutes représentées puisque les listes seront inter communales et les élus seront choisis proportionnellement aux voix obtenues....

CQFD: Monsieur " j'en sais rien du tout mais j'en parle à tort et à travers..."

Signaler Répondre

avatar
@ Jeansaisriendutout le 17/05/2018 à 14:40
Jeansais a écrit le 17/05/2018 à 12h09

@bienvenue en baronnie
Au contraire la Métropole est plutôt un progrès elle concentre les compétences du département et de
l'intercommunalite de la Courly
Et ses domaines d'intervention sont très étendus : voirie , transport, aide à l'enfance,aux personnes âgées tourisme, collèges, plan d'urbanisme économie etc.

En plus c'est un progrès pour la démocratie vu qu'apparemment les élus ne seront plus issus du vote du peuple, mais de l'entre soi, comme au Sénat !

La "synergie" comme disent certains pour légitimer l'efficacité de la dictature.

Signaler Répondre

avatar
dubonsens le 17/05/2018 à 14:21

Max Vincent crache dans la soupe qui la nourrit grassement depuis 40 ans. Limonest est devenu le royaume du béton grâce à ses magouilles et à sa tambouille politique. Un michel mercier bis en somme...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 17/05/2018 à 12:09

@bienvenue en baronnie
Au contraire la Métropole est plutôt un progrès elle concentre les compétences du département et de
l'intercommunalite de la Courly
Et ses domaines d'intervention sont très étendus : voirie , transport, aide à l'enfance,aux personnes âgées tourisme, collèges, plan d'urbanisme économie etc.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 17/05/2018 à 10:56

A quoi servent encore les communes ?
Entre les intercommunalités, départements, départements, régions, SIVU, SiVOM et chez nous Métropole toutes leurs fonctions sont partagées ou déléguées...
Ils ne leur restent plus que les écoles et les cimetières comme compétences propres...
C'est vrai qu'elles servent aussi à subventionner les associations sportives et culturelles c'est déjà çà..
Les communes l'otium (1) du peuple ?

(1) otium mot latin qui désigne les loisirs, le temps libre

Signaler Répondre

avatar
Dégagez Le le 17/05/2018 à 10:41

L'aveu !!! Max Vincent a bien voté pour Gérard Collomb avec ses petits amis alors qu'il avait dit qu'il soutenait Buffet.
Ils ont trahis les électeurs.
Ce type est un Tartuffe.
Ils ont soutenu celui qui va les éliminer. Il y a une morale à l'Histoire

Signaler Répondre

avatar
couzonais le 17/05/2018 à 10:14

Max Vincent en poste depuis... 1979 ! Tout est dit.

Signaler Répondre

avatar
bienvenue en baronnie le 17/05/2018 à 09:24

tiens donc, il aurait berné son monde?

ce comportement est très révélateur des marcheurs : obtenir une majorité au garde a vous pour passer ses propres intérêts et soif de pouvoir en premier...

s en plaindre aujourd'hui, c est de la fumisterie!
de toute façon, la métropole actuelle est une fumisterie!! une belle couche supplémentaire de fonctionnaire en doublon, ... tout ça pour gérer le ramassage des ordures... ou presque!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.