L’université Lyon 2 fermée ce vendredi après des actes de vandalisme

L’université Lyon 2 fermée ce vendredi après des actes de vandalisme
LyonMag

La direction a annoncé ce jeudi soir des "conditions qui ne permettent plus d’assurer la sécurité" sur les deux campus.

En cause : un blocage qui a dégénéré dans la journée. "Sur le campus des Berges du Rhône, des bonbonnes de gaz ont été subtilisées sur la zone chantier du bâtiment Clio, les accès de secours ont été bloqués et les personnels et étudiant(e)s déjà sur le campus empêché(e)s de sortir", explique l’université dans un message.

Du côté du campus Porte des Alpes, la chaufferie a été ouverte par effraction. De nombreux tags sont également visibles sur les murs et les vitres du campus.

"L’établissement rouvrira selon de nouvelles modalités permettant de garantir l’accès à l’université. Les accès seront limités sur les campus et la présentation de la carte étudiante (ou certificat de scolarité et carte d’identité) ou de la carte professionnelle de l’établissement sera requise", précise l’université sans donner de date précise de réouverture.

22 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Expliquez vous le 15/12/2018 à 21:09
KARL a écrit le 14/12/2018 à 18h22

Elle laisse faire l'extrême gauche et sa vision de la démocratie.

Ok, c'est pas faux.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 15/12/2018 à 10:44
anarchie qui gouverne a écrit le 15/12/2018 à 10h24

bien raison:mais étonnant qu'une centaine de casseurs arrivent à empêcher 3000 étudiants à étudier:l'anarchie avec aussi peu de perturbateurs

Etonnant comme1 seul responsable peut spolier la vie de milliers d'autres... faites des parallèles :o)

Signaler Répondre

avatar
anarchie qui gouverne le 15/12/2018 à 10:24
Bbr a écrit le 15/12/2018 à 08h16

Dehors Melenchon et sa clique dont ces profs et etudiants syndiqués , tous tres peu impliques dans l education , mais surtout preoccupes par le sort de ces pauvres migrants , de ces fous de Cheriff mais surtout pas de nos pauvres à nous ....et surtout ne touchez pas à leur privilège ....et le Blachier qui twitte regretté la mort du tueur alsacien d adoption , traitre

bien raison:mais étonnant qu'une centaine de casseurs arrivent à empêcher 3000 étudiants à étudier:l'anarchie avec aussi peu de perturbateurs

Signaler Répondre

avatar
Bbr le 15/12/2018 à 08:16

Dehors Melenchon et sa clique dont ces profs et etudiants syndiqués , tous tres peu impliques dans l education , mais surtout preoccupes par le sort de ces pauvres migrants , de ces fous de Cheriff mais surtout pas de nos pauvres à nous ....et surtout ne touchez pas à leur privilège ....et le Blachier qui twitte regretté la mort du tueur alsacien d adoption , traitre

Signaler Répondre

avatar
inadmissible le 15/12/2018 à 05:29

surtout des petits cons

Signaler Répondre

avatar
KARL le 14/12/2018 à 18:22
Expliquez vous a écrit le 14/12/2018 à 17h48

C'est à dire?

Elle laisse faire l'extrême gauche et sa vision de la démocratie.

Signaler Répondre

avatar
Expliquez vous le 14/12/2018 à 17:48
KARL a écrit le 14/12/2018 à 17h26

LYON 2 est une catastrophe à tout point de vue. Mais il me semble que la présidente est un peu complice de tout cela...

C'est à dire?

Signaler Répondre

avatar
KARL le 14/12/2018 à 17:26

LYON 2 est une catastrophe à tout point de vue. Mais il me semble que la présidente est un peu complice de tout cela...

Signaler Répondre

avatar
Je doute le 14/12/2018 à 16:09

Ce n'est pas l'islamophobie qui pille, qui harcèle et qui tue en France comme dernièrement à Stasbourg me semble-t-il ?

Signaler Répondre

avatar
LYON II la fac du PIR! le 14/12/2018 à 15:08

"Face à la polémique grandissant sur le net, l'université a préféré renoncer. La présidence de Lyon 2 a décidé d'annuler un colloque sur l'islamophobie qui devait se tenir le 14 octobre, «les conditions n'étant pas réunies pour garantir la sérénité des échanges», a-t-elle indiqué mardi.

Ce colloque, dont le thème était «Lutter contre l'islamophobie, un enjeu d'égalité ?», a suscité une polémique sur les réseaux sociaux, certains mettant en cause la participation de membres du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) [ Officine islamiste Frères Musulmans] et de la Coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI) [ Dont le Président Abdelazziz CHAAMBI est un islamiste "Fiché S" qui a manifesté contre l'Etat raciste et la loi de 2004 sur les signes religieux à l'école"]

La Licra et le Comité Laïcité République (CLR) ont pour leur part dénoncé dans un communiqué commun «un colloque laïcophobe» tandis que le cofondateur du Printemps républicain, le politologue Laurent Bouvet, parlait dans un tweet de «colloque plein d'intervenants islamistes sous couvert académique».

La présidence soutient les intervenants qui devaient participer
Pour expliquer sa décision, la présidence de l'université Lumière Lyon 2 indique que les conditions ne sont «pas réunies pour garantir la sérénité des échanges et le bon déroulement des débats autour de la question de l'islamophobie et de ses enjeux politiques».

La présidence [Nathalie Dompnier] assure apporter «tout son soutien» à la chaire «Égalité, Inégalité, Discriminations» et à l'Institut supérieur d'étude des religions et de la laïcité (ISERL), co-organisateurs du colloque, ainsi qu'à l'ensemble des universitaires qui avaient accepté d'y participer.

Parmi les intervenants, devaient figurer Abdelaziz Chaambi, président de la CRI, membre de la Commission islam et laïcité, David Friggieri, coordinateur à la Commission européenne chargé de la lutte contre la haine antimusulmane, François Burgat, politologue, directeur de recherche au CNRS ou encore Karima Dirèche, historienne, directrice de recherche au CNRS. Une communication de Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité, devait également être lue.

Une journée d'étude avait eu lieu en mars dernier
Ce colloque était présenté comme «une réponse au contexte ouvert en France par l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo en janvier 2015 et marqué ensuite par une série d'attentats perpétrés au nom d'organisations terroristes se réclamant de l'islam».

En mars 2016, une première journée d'études sur le thème «Islamophobie, le poids des mots, la réalité des maux», en partenariat avec l'ISERL, s'était déroulée à Lyon 2."

https://www.20minutes.fr/lyon/2144547-20171004-face-polemique-universite-lyon-2-annule-colloque-islamophobie

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 14/12/2018 à 15:02
Société de gauche = société décadente a écrit le 14/12/2018 à 14h49

La gauche nuit à la santé mentale.
Et vu ceux qui enseignent dans les universités, on comprend mieux pourquoi l'éducation française recule année après année inexorablement dans les classements mondiaux.

Gauche ou droite, même conneries ! :o)

Tant que les élites n'auront aucun intérêt à faire des citoyens conscients (et qui pourraient ainsi se passer d'eux), ce sera blanc bonnet et bonnet blanc :o)

Signaler Répondre

avatar
La vie est un combat mort aux cons! le 14/12/2018 à 15:02
Société de gauche = société décadente a écrit le 14/12/2018 à 14h49

La gauche nuit à la santé mentale.
Et vu ceux qui enseignent dans les universités, on comprend mieux pourquoi l'éducation française recule année après année inexorablement dans les classements mondiaux.

Les Universités françaises sont des parking à futurs chômeurs... ou smicards... tout ça grâce à cette saloperie de "Gôche"! Cest traîtres qui pourrisent l'éducation nationale et les Universités pour faire de la place pour leurs gosses qu'ils envoient dans le Privé, soutiennent pour qu'ils trustent les premières places aux Concours et paient des études chères mais qui débouchent sur les meilleurs jobs!

Cela s'appelle "la nouvelle sélection naturelle" à la mode PS!

Signaler Répondre

avatar
Société de gauche = société décadente le 14/12/2018 à 14:49

La gauche nuit à la santé mentale.
Et vu ceux qui enseignent dans les universités, on comprend mieux pourquoi l'éducation française recule année après année inexorablement dans les classements mondiaux.

Signaler Répondre

avatar
Ecuries d'Augias! le 14/12/2018 à 14:33
On manque d'éboueurs... a écrit le 14/12/2018 à 14h05

LYON 2 est une poubelle...

Il finiront tous sociologues... ou à l'UNEF... pour tripoter des gonzesses!... radicalisés à force de fricoter avec les islamistes!

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 14/12/2018 à 14:10

Lyon2... ce n'est pas là qu'on impose le Freudisme dans les cours de psychologie ?
:D

Sans doute que ces manifestants n'ont pas bien réussi leur Oedipe... :D

Signaler Répondre

avatar
On manque d'éboueurs... le 14/12/2018 à 14:05

LYON 2 est une poubelle...

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 14/12/2018 à 12:26

Voilà ce qu'il arrive lorsque le premier critère est d'avoir chaque année plus d'étudiants inscrits. Surtout pas de sélection et opposition par exemple à l'augmentation des droits d'inscriptions pour les étudiants extra-européens (droits qui resteraient très en deça de ce qui se pratique dans les pays voisins...).

Signaler Répondre

avatar
Achetez vous un cerveau le 14/12/2018 à 11:10

"les accès de secours ont été bloqués"

Comment peut-on être aussi con??
Est-ce qu'ils savent à quoi peuvent servir des accès de secours??
La bière tiède et les joins ça attaque le cerveau.

Signaler Répondre

avatar
chomage le 14/12/2018 à 10:59

je suppose que ce n 'est pas nécessaire que je postule à l'annonce de recherche de comptable de la fac, vu qu'elle est tout le temps fermée...

Signaler Répondre

avatar
Les futurs punks à chiens le 14/12/2018 à 10:52

Ben Lyon2 quoi.... Même pas surprenant, la fac des anars fils à papa.

Signaler Répondre

avatar
Venvedit le 14/12/2018 à 10:32
H2G2 a écrit le 14/12/2018 à 09h12

Des futurs gilets jaunes ?

Des (futurs) anarchistes de gauche ?

Signaler Répondre

avatar
H2G2 le 14/12/2018 à 09:12

Des futurs gilets jaunes ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.