Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Blocage de Lyon 2 : André Tiran a bien reçu un coup de genou

On a parlé de manches de pioches, de manifestants extérieurs à l’université, cagoulés. Que s’est-il réellement passé sur le campus de la porte des Alpes mardi matin ? Alors que le maintien du blocage du site de Lyon 2 avait été voté la veille, tout à dégénéré lors du passage dans les couloirs de son président André Tiran. Et c’est visiblement l’appareil photo qui a mis le feu aux poudres. Un coup de genou et un dépôt de plainte plus tard, André Tiran a bien voulu apporter ses éclaircissements à Lyon Mag.

Lyon Mag : Que s’est-il passé mardi matin sur le campus de la porte des Alpes ?
André Tiran :
Concrètement, j’ai été agressé. Mardi matin, dès 8h, j’ai été informé par le directeur général adjoint du campus Porte des Alpes qu’un groupe d’une cinquantaine d’étudiants bloquait les portes du campus en y installant des tables et des chaises, que nous avions préalablement déménagé dès 6h du matin. Je me suis rendu sur la campus avec un appareil photographique pour photographier ce qu’il s’y passait et pour avoir des preuves. J’ai commencé par la bâtiment A. Il y avait des étudiants qui étaient devant ces tables et ces chaises empilées. Lorsqu’ils m’ont vu arriver avec un appareil photo, ils se sont cachés. Nous avons pu débarrasser les tables et les chaises. S’ils s’y étaient opposés, je les aurais photographié pour les traduire en conseil de discipline. Nous sommes arrivés au bâtiment K, à l’amphi D. Il y avait un groupe que je ne peux pas identifier, plus âgés que des étudiants de 18 ans. Quand ils m’ont vu avec l’appareil photo, ils se sont jetés sur moi. J’étais accompagné de deux gardiens de sécurité. Il y a eu un échauffourée et des coups. J’ai pris un coup de genou sur le côté gauche. J’étais également avec cinq personnes de l’administration, qui m’ont extrait de cette mêlée. Je me suis ensuite rendu au bâtiment administratif où j’ai signé un ordre de réquisition de la police, pour faire interpeler et évacuer ces personnes. Le temps que la police interviennent, ils étaient partis du campus. Je vous passe les insultes et les menaces de mort. A la suite de quoi j’ai fermé le bâtiment K. Le reste du campus est resté ouvert.

Qu’en est-il des coups présumés de manche de pioche ?

Il y avait une personne que j’ai vu très disctinctement, qui avait une cagoule et un manche de pioche à la main. Il était à 60 cm de moi. Je n’ai pas reçu de coup de manche de pioche, mais j’ai pris un coup de genou. Les gardiens qui étaient avec moi ont pris des coups de pieds.

Quelle est la situation actuellement à Lyon 2 ?
A part le bâtiment K, le reste à fonctionné normalement. Nous avions pris des dispositions pour y parvenir. Notre position est très simple. Il est inacceptable, intolérable à tous égards que 80 personnes décident que 15 000 personnes n’accéderont pas à leur lieu de travail. Ce sont des méthodes de violence, qui relèvent d’une inspiration - et j’utilise le mot à dessein - fasciste.

Le syndicat UNEF a dénoncé ce type de vocabulaire pour évoquer le blocage...
J’utilise ce mot de manière très volontaire, même s’il est très fort. Je ne vois pas comment on peut qualifier des actions violentes, où des personnes empêchent les gens de passer. Le droit de grève et la liberté de grève existent à Lyon 2. Le droit d’assemblée générale existe. Je mets à chaque fois à disposition des salles. Nous avons même levé le contrôle des absences pendant la tenue des AG ou des manifestations. mais le fait de bloquer les bâtiments, de mettre en danger des personnes, ce sont des méthodes qui relèvent d’un totalitarisme. Ce sont des méthodes de violence.

Le syndicat UNEF dénonce votre méthode de débarquer avec un appareil photo pour prendre en photo les personnes qui bloquent. Il pense que c’est cette méthode qui engendre de la violence...
L’UNEF pense ce qu’elle veut. je suis président de l’université. Je suis dans mon université. Je prends les photos que je considère comme nécessaire de prendre. Si le fait de prendre une photo engendre de la violence, c’est parce que les gens sont en situation illégale, et qu’ils sont passibles de condamnation et de sanction. Je ne vois pas pourquoi ces sanctions ne pourraient pas s’appliquer. La question qui doit être posée aux militants de l’UNEF c’est de savoir si toute action doit relever de l’impunité.

Allez-vous demander une présence permanente des forces de l’ordre pour les heures d’ouverture de l’université ?
Non. En aucun cas. Ce n’est pas la position de la présidence. J’ai indiqué très précisément qu’il y avait deux circonstances qui nécessitent un appel aux forces de l’ordre : en cas d’occupation des locaux, et d'actions violentes menées par tel ou tel groupe. Ce cas de figure s’est produit mardi matin.

Vous craignez que ce type d’action se reproduise dans les jours qui viennent ?

Tout est possible. Mais je ne vois plus bien quel est le rapport entre ce type d’actions et les buts du mouvement social.



Tags : agression | lyon 2 | Lyon II | campus bron | tiran |

Commentaires 8

Déposé le 10/11/2010 à 09h47  
Par zigzag et flashballs Citer

Surtout pour votre appui sans faille à ces actions illégales et violentes, pour votre soutien aussi à ces quelques "étudiants", encagoulés pour on ne sait trop quelle raison... Syndicalistes, vous n'êtes que les reliquats d'un totalitarisme social qui n'est plus ! Vivement qu'autre chose de plus sensé viennent aider ceux qui ont des revendications légitimes. Ou alors des syndicats plus responsables, comme en Allemagne.

Déposé le 09/11/2010 à 22h43  
Par ANCIEN EUDIANT Citer

Pourquoi seulement à Lyon2 , ces grèves annuelles ? Pourquoi pas par exemple à Lyon3, sur le trottoir d'en face ? Ne pourrait-on y voir la traduction de la faiblesse de la Présidence de Lyon2, qui a souvent proclamé " nous ne ferons jamais appel à la force publique". Rien d'étonnant à ce que les trublions s'y sentent sur un terrain à priori favorable ; les AG y sont les bienvenues, même pendant les heures normales de cours théoriquement obligatoires, qui sont "neutralisées" à cet effet. A PROPOS, POURQUOI ou POUR QUI CES GREVES ?

Déposé le 09/11/2010 à 22h33  
Par geronimo Citer

Le président de l'Université se pointe, la bouche en coeur, avec l'idée d'en découdre, protégé qu'il se croit par ses sbires. Et quand, effectivement, il fini par agacer quelques étudiants qui le font déguerpir, il se met à pousser des cris d'orfraies, hurlant au fascisme et au totalitarisme. Si au lieu de singer les méthodes des compagnies républicaines de sécurité devant une raffinerie, il mettait autant d'ardeur à défendre les intérêts de ses étudiants en leur permettant de s'informer sur une réforme qui va impacter leur avenir, tout le monde serait gagnant. Mais ce serait oublier pour quelle raison M. Tiran a été mis à la place où il est: matter du gauchiste, montrer que la pax Sarkozya doit s'appliquer partout et qu'aucune tête ne dépasse.

Déposé le 09/11/2010 à 22h23  
Par UN ANCIEN ETUDIANT Citer

Comme chaque année, des "étudiants casseurs" font cesser les cours à Lyon2, amenant la Direction de cette Université à fermer ses établissemens. On pourrait-ou même on devrait-s'interroger sur le fait que seule à Lyon, Lyon2 détienne l'exclusivité de ces mouvements initiés par une minorité d'individus. Certes, les actions commencent généralement sur le campus de Bron, dont l'isolement facilite les méfaits. Mais pourquoi ces "mouvements" se poursuivent-ils régulièrement au campus de la rue de l'Université, et uniquement à Lyon2 et jamais à Lyon3 qui a des locaux en face de la rue ? Ne faudrait-il pas se demander pourquoi les locaux de Lyon2 sont-ils régulièrement fermés, par décision administrative peu ou prou justifiée ? ne faut-il pas se demander pourquoi le Président de Lyon2 fait preuve d'une mansuétude vis à vis de la minorité agissante de son Université ? les meneurs de ces mouvements (UNEF ou autres) savent qu'ils se trouvent là dans un terrain qui leur est à priori favorable - "Nous ne ferons jamais appel à la force publique", a-t'il souvent proclamé (contrairement à son prédecesseur, qui s'est vu contraint de démissioner pour l'avoir fait !). Rien d'étonnant donc, à ce que les trublions exercent leur pouvoir spécifiquement dans cette Université, où ils peuvent agir en toute impunité, jusqu'à ce qu'un imbécile qui n'avait rien compris s'en prenne physiquement aujourdhui au Président ! Un mot sur une majorité d'enseignants de Lyon2, qui, désireux d'assurer leurs cours en dépit des évènements , se démènent pour tenter de trouver en dehors de leur Université des locaux où ils peuvent faire leur métier au mieux : enseigner ! A propos, ces "étudiants casseurs" pourquoi ou pour qui gont-ils grève ?

Déposé le 09/11/2010 à 21h17  
Par laugier aulagnier Citer

je suis de tout coeur avec un ancien ami de fac à grenoble qui m'a beaucoup apporté au niveau politique

Déposé le 09/11/2010 à 21h14  
Par laugier Citer

je suis de tout coeur avec andré un ancien ami de la fac de grenoble on a milité ensemble bon courage brigitte aulagnier

Déposé le 09/11/2010 à 19h53  
Par actuel etudiant Citer

la majorité des etudiants sont en licence, et on donc entre 17 et 20 ans. Il fait référence à ces gars importés de l'extérieur qui ont la bonne trentaine et sentent le vin...

Déposé le 09/11/2010 à 18h58  
Par ancien étudiant Citer

"Il y avait un groupe que je ne peux pas identifier, plus âgés que des étudiants de 18 ans. " heu, dans mes TDs lorsque j'était étudiant, la moyenne d'age était plutôt autour de 25 ans... Sans compter les personnes n'ayant pas suivi un cursus traditionnel (environ 10 à 20% de ma promo dans mon souvenir)... Il croit diriger un lycée ?

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.