Vénissieux : les accords de compétitivité critiqués

Vénissieux : les accords de compétitivité critiqués
Les verts s'indignaient en 2010 de la situation à l'usine Bosch de Vénissieux - LyonMag

Le gouvernement a annoncé qu'il donnait deux mois aux partenaires sociaux pour conclure des accords "majoritaires" au sein des entreprises. La durée de travail, les heures supplémentaires et l'organisation seront abordés lors des négociations. Le but : enterrer les 35 heures. Les salariés de l'usine Bosch de Vénissieux avaient déjà accepté de revenir sur les 35 heures en 2004. Mais maintenant ils s'y refusent. Les délégués syndicaux de la CGT se sentent "bernés": "On a perdu plus de 300 emplois sur le site alors qu'on avait accepté de travailler 36 heures par semaine et d'être payé 35". Pour eux, ce genre d'accord n'est qu'une solution temporaire et ne laisse aucune place à la négociation. Les délégués syndicaux ajoutent qu'ils ne sont "pas du tout rassuré sur l'avenir du site".

X
1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
Marcel le 30/01/2012 à 17:18

Ils se sentent bernés ?
Probablement des électeurs de nicolas premier !

Crétins et dirigeants syndicaux, vont de paires...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.