Benjamin Tanguy : "La dimension de Jazz à Vienne est une dimension populaire"

Benjamin Tanguy : "La dimension de Jazz à Vienne est une dimension populaire"
Benjamin Tanguy - LyonMag

Benjamin Tanguy, le coordinateur artistique de Jazz à Vienne, était l’invité ce mercredi de Gérard Angel dans les Coulisses du Grand Lyon sur Jazz Radio en partenariat avec le restaurant L’Institution.

Le coup d’envoi de la 37e édition de Jazz à Vienne sera donné le 29 juin Au programme : du jazz, du blues, de la soul, de la funk, de l’électro et même du hip-hop. Au programme : Ahmad Jamad accompagné par Abd Al Malik et Mina Agossi mais aussi MC Solaar, Bigflo & Oli et Arsenik sans oublier Larry Graham, Trombone Shorty, Mary J. Blige, Lianne La Havas et Herbie Hancock.

"Il y a la scène du théâtre antique qui est la seule scène payante du festival et tout le reste est en accès libre ; c’est-à-dire que vous pouvez faire les quinze jours du festival sans dépenser un seul centime. C’est ça la dimension de Jazz à Vienne, cette dimension populaire qu’on essaye de défendre", explique Benjamin Tanguy.

Le coordinateur artistique de Jazz à Vienne a également répondu aux questions portant sur la sécurité. "On assure comme on doit le faire. On avait déjà mis en place beaucoup de choses il y a deux ans. L’année dernière on a renforcé puisque le festival s’est terminé le 15 juillet, un jour après les évènements de Nice. Il y aura quelques éléments en plus pour cette année mais on va rester sur la même politique et la même stratégie que l’année dernière".

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

X
2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Vauquiez's Festival le 07/06/2017 à 09:43

Oui et avec 150000 € de subvention publique, la restauration, l’hôtellerie et les transports sont gratuits aussi.

Il faut arrêter de nous prendre pour des benêts à un moment.

Pour critiquer l'ingérence de l'état, encenser la concurrence et le profit, pas de problème! Mais pour piocher dans la caisse publique, non plus.

Signaler Répondre

avatar
Benoui2 le 07/06/2017 à 08:36

Dans le genre populaire, il y a surtout de la soul
.... Mais ce "populaire" ne se retrouve pas vraiment dans le prix!
Au moins que vienne soit un eco systeme economie particulier... Semblable a la suisse...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.