Bruno Bonnell (LREM) : "La larme au bord des yeux après mon passage dans l’hémicycle"

Bruno Bonnell (LREM) : "La larme au bord des yeux après mon passage dans l’hémicycle"
Bruno Bonnell - LyonMag

Bruno Bonnell, député LREM de la 6e circonscription du Rhône, était l’invité ce mardi de Gérard Angel dans les Coulisses du Grand Lyon sur Jazz Radio en partenariat avec le restaurant L’Institution.

Après sa victoire contre l’ancienne ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, Bruno Bonnell est revenu sur le séminaire d’intégration des députés LREM qui se tenait ce week-end. "De façon étonnante, je n’avais jamais mis les pieds à l’Assemblée Nationale. L’impression, c’est une énorme émotion parce que c’est presque un parcours initiatique puisqu’on rentre dans cette grande allée. Au bout de cette grande allée, on rentre dans cette salle des quatre colonnes. Les journalistes sont déjà impatients de nous interroger. Quand on ressort, avec un passage dans l’hémicycle, j’étais littéralement la larme au bord des yeux. On ressort, on est transformé, on a conscience du rôle que l’on a".

Concernant les critiques sur les nouveaux élus LREM n’ayant aucune expérience politique, Bruno Bonnell a sa réponse. "Les gens qui sont aujourd’hui dans cette Assemblée ont une énergie incroyable et ont des cerveaux !"

"J’ai dit aux Villeurbannais que j’allais beaucoup m’impliquer à Villeurbanne. Je compte le faire. Il y a eu une période compliquée parce qu’on s’installe. L’emploi et la sécurité sont mes deux priorités. Je vais pas mal innover dans ce domaine à savoir dans les prochaines semaines je vais demander à un certain nombre de personnes de me rejoindre pour que je leur explique la mécanique pour faire de Villeurbanne un terrain d’expérimentation de ces nouvelles lois", a également déclaré le nouveau député de la 6e circonscription du Rhône.

Bruno Bonnell n’a cependant pas encore eu de contact avec le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret. "Je lui ai tendu la main. Je continue de le faire. Je pense qu’on ne peut pas quand on a le même territoire ne pas discuter entre le député et le maire. Je pense qu’on est encore un petit peu dans les répliques d’une campagne qui a été difficile, notamment sur la fin. Les choses rentreront dans l’ordre dans les prochaines semaines", a-t-il assuré confiant.  

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
pauvre petit le 27/06/2017 à 17:46

Un visionnaire? La larme à l'œil? Sécurité ? La casse du contrat de travail? Bruno il avait la larme à l'œil avec les différentes sociétés qu'il a créé et fermée et les salariés avec .... Et la casse du travail avec possibilité de licenciements économiques en france si société déficitaire en France mais malgré tout bénéficiaire au niveau mondial. Bref encore un parachuté qui n'a bénéficié que de la bonne étiquette politique du moment. Emu mouai, parvenu plutôt honnêtement je ne crois pas à ce parti je crois que c'est un parti de casse sociale et qui a eu de la chance! Le mec se dit ému et cela ne l'a pas empêché de licencier sans se préoccuper d enfaite tourner ses sociétés . Et j'aimerai savoir si ces histoires d'évasion fiscales sont vraies ou non. Je ne crois pas à la sincérité de ce personnage, désolé !

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 27/06/2017 à 15:17

La sécurité est de la compétence du maire et du préfet. Que M. Bonnell s'intéresse à cette question du point de vue du cadre général de la loi est bien, mais comme député il n'aura aucun levier pour cela à Villeurbanne.

Ceci précisé, la question de la sécurité est au premier plan à Villeurbanne, je crois que sa non résolution est une raison de l'échec de NVB et que ce sera la raison de l'échec des socialistes aux prochaines municipales si rien ne change.

Quelle est la situation ? 150 000 habitants, deux équipages seulement de police municipale, deux équipages seulement de police nationale. Partout, le citoyen constate qu'il est abandonné, que celui qui ne respecte pas la loi n'est pas inquiété. S'il se rend au commissariat de police, tout est fait pour tenter de le dissuader de déposer plainte : on va le faire attendre plus que de raison, on va ergoter sur le motif... Car les statistiques doivent être bonnes. On a vraiment l’impression d’une attitude délibérée.

Les chefs d'établissements d'enseignement ont récemment reçu de la mairie, comme l'année dernière, une note aux familles alertant sur les pétards qui créent du trouble, avec une demande du fichier informatique pour pouvoir écrire à chaque famille. Est-ce qu'on croit que la sécurité se limiterait à dire aux ados "arrêtez avec les pétards, hein, c'est pas bien !" ? Les mêmes chefs d'établissement constatent que lorsqu'ils font appel à la police pour des tensions aux heures de sortie, ELLE NE VIENT JAMAIS, ou bien exceptionnellement trente minutes plus tard alors que le trouble n'existe plus.

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 27/06/2017 à 12:04
BrunoMag a écrit le 27/06/2017 à 11h15

C'est toujours un plaisir d'écouter Bruno. Il faut consulter Bruno au moins 5 fois par jour. Chauve, les bras croisés, le sourire facile, c'est le signe des grands visionnaires. Etre Bruno Bonnell, ce n'est pas une simple posture, c'est un art de vivre.

De tels excès : ce ne peut qu'être du deuxième degré.

Signaler Répondre

avatar
BrunoMag le 27/06/2017 à 11:15

C'est toujours un plaisir d'écouter Bruno. Il faut consulter Bruno au moins 5 fois par jour. Chauve, les bras croisés, le sourire facile, c'est le signe des grands visionnaires. Etre Bruno Bonnell, ce n'est pas une simple posture, c'est un art de vivre.

Signaler Répondre

avatar
média le 27/06/2017 à 11:10

Je ne comprend pas les électeurs qui ont voté l'assassinat des retraités et des cadres.

Signaler Répondre

avatar
Guignols obs le 27/06/2017 à 10:19

Il prépare ses municipales villeurbannaises. C'est charmant, mais il n'a pas été élu pour ça ! En Marche peut-être, mais a priori pas mieux que ses prédécesseurs...

Signaler Répondre

avatar
Crocodle le 27/06/2017 à 08:21

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.