Les moyens de la Métropole de Lyon au service d'Emmanuel Macron ? David Kimelfeld répond

Les moyens de la Métropole de Lyon au service d'Emmanuel Macron ? David Kimelfeld répond
Emmanuel Macron au Palais des Sports de Gerland - LyonMag

David Kimelfeld a pris quelques jours pour digérer le Scud envoyé par Philippe Cochet.

Et il a répondu, ce lundi, depuis Bruxelles, à travers une lettre adressé au maire de Caluire, président du groupe Les Républicains à la Métropole de Lyon.

Le président de la Métropole a tenu à démentir les accusations de la droite de vendredi. Durant le conseil, Philippe Cochet avait pointé du doigt plusieurs faits, l'amenant à penser que les moyens publics de la collectivité avaient été utilisés pour aider Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017. Pour rappel, Gérard Collomb était alors président de la Métropole, et premier soutien de celui qui est devenu aujourd'hui chef de l'Etat.

Sur la réception organisée à l'Hôtel de Ville de Lyon avec 600 invités venus applaudir Emmanuel Macron le 2 juin 2016, David Kimelfeld a d'abord renvoyé Philippe Cochet dans ses 22, lui rappelant que toutes les informations avaient déjà été communiquées à Stéphane Guilland, leader de la droite lyonnaise.

Sur le cas Jean-Marie Girier, directeur de cabinet de Gérard Collomb à la Métropole, et grand artisan de l'ombre de la campagne d'Emmanuel Macron, David Kimelfeld a soutenu, comme l'intéressé nous l'avait indiqué à l'époque, qu'il était passé à un temps non complet puis à une rupture totale de son contrat pour se consacrer à la campagne. Et que Jean-Marie Girier avait à chaque fois pris des congés ou des jours d'aménagement. "Je peux d'ailleurs vous préciser qu'à l'occasion de sa démission début décembre (2016 ndlr), il bénéficiait encore d'un reliquat signicatif de jours de congés non pris, qui ont été portés sur un compte épargne temps", rajoute David Kimelfeld.

Enfin, le président de la Métropole, par ailleurs maire du 4e arrondissement de Lyon, estime que les bureaux de la collectivité à Paris sont là "pour permettre au président, aux vice-présidents, aux services, aux satellites de la Métropole de disposer d'un lieu de travail permettant de recevoir des chefs d'entreprise, des représentants de grandes organisations, des personnalités de la société civile, des personnalités politiques, des élus et avant tout des maires et des présidents des grandes métropoles françaises ou européennes".

Rien toutefois sur l'arrêté de réglementation provisoire de stationnement des véhicules pris par la Ville pour le meeting d'Emmanuel Macron au Palais des Sports le 4 février. C'est davantage du ressort de Georges Képénékian, désormais maire de Lyon.

Autant de réponses qui n'ont, visiblement, pas satisfait Philippe Cochet : "La tentative de déplacer le débat et l’incapacité de l’exécutif à répondre avec précision et exactitude aux actions illégales supposées démontre la pertinence de nos demandes. Notre groupe poursuivra son action au profit des grands lyonnais pour établir la vérité", a indiqué, dans un nouveau communiqué, le leader du groupe Les Républicains et Apparentés à la Métropole.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
pour compléter ce qui doit l'être le 20/03/2018 à 12:41
Ben voyons a écrit le 20/03/2018 à 08h23

Puisqu il s agit d un litige administratif..... Le tribunal administratif est il saisie?
Et le PNF fait quoi?
... Ne me dites pas qu il y a comme une impunité.... Ca n existe pas en democratie....

ben voyon voyons, tu parles de démocratie, mais tu feins de ne pas savoir que le bananière complète en France le mot démocratie

et le pauvre peuple boit le tout comme du petit lait, et vote en masse CONTRE lui même, influencé par la comm mensongère des prétendants au trône qui "achètent" les électeurs à coup de subventions et privilèges savamment distribuées aux organes influents (presse, professions libérales, associations, etc..)

Signaler Répondre

avatar
Ben voyons le 20/03/2018 à 08:23

Puisqu il s agit d un litige administratif..... Le tribunal administratif est il saisie?
Et le PNF fait quoi?
... Ne me dites pas qu il y a comme une impunité.... Ca n existe pas en democratie....

Signaler Répondre

avatar
Vérité le 20/03/2018 à 07:43

Cochet et Les Républicains ont raison de demander des explications concernant une campagne Présidentielle ou certains ont acheté leur place de Ministre avec les impôts des contribuables

Signaler Répondre

avatar
Bonjour le 20/03/2018 à 06:04

Maintenant que Cochet a semé le doute, malheureusement malgré toutes les mises au point, il en restera toujours quelque chose..
Cochet essaye d’exister, c’est triste pour lui ou, deuxième hypothèse, il essaye de se faire remarquer par wauquiez et son anorak

Signaler Répondre

avatar
se servur avant de servir le 19/03/2018 à 18:17

Là, le père COLON ne pensait, tout futé qu'il est, il s'est fait piéger par ses propos qu'il a tenus lui même

puisque sa devise est :
Je me sers et s'il en reste, soyez grès gentils si vous voulez des miettes

et il y a du monde qui est là, à bouffer tout ce qui tombe à côté de l'assiette

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.