Les paysans manifestent à Lyon contre la redéfinition des zones défavorisées simples

Les paysans manifestent à Lyon contre la redéfinition des zones défavorisées simples
LyonMag.com

Sur demande de l'Union Européenne de revoir les critères de définition des zones soumises à contraintes naturelles (ZSCN), 24 communes du Rhône ont été déclassées par le ministère de l'Agriculture. Les collectifs d'agriculteurs s'insurgent contre cette décision.

Une mobilisation a eu lieu ce lundi à 14h30 devant la Préfecture de Lyon, à l'appel de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA) et des Jeunes Agriculteurs du Rhône (JA). Une quarantaine de personnes étaient présentes sur place. Les collectifs réclament "la sauvegarde historique des zones défavorisées simples" et "le maintien de l'indemnité compensatoire de handicap naturel (ICHN) pour les zones à fortes contraintes naturelles".

Les deux groupes indiquent que l'ICHN, accessible lorsqu'une zone est qualifiée comme soumise à contraintes naturelles, représente "entre 7 000 et 12 000 € par an et par paysan". Ils ajoutent que cette indemnité "permet à certains éleveurs [du] département de se dégager un salaire".

La classification en zone défavorisée permet également aux municipalités de bénéficier de subvention et ainsi investir dans un certain nombre d'aménagements. "C’est toute l’économie d’un territoire qui sera fragilisée", se lamentent les collectifs, qui rappellent que "l’agriculture saine et durable est l’avenir".

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
mico le 26 03 2021 le 26/03/2021 à 22:29

600 euros l hectare c est pas mal pas de peine pour avoir des emprunts et de manifester avec des tracteurs de 150 CV facile de dire qu ils ni arrive pas

Signaler Répondre

avatar
Brionnais le 31/03/2018 à 17:59

Parlons en des paysans qui vendent leurs droits à produire quand ils arrêtent.
Les droits a produire sont des droits à recevoir des primes sur une terre. 150 euro/hectare environ.

Ils ont été attribués par le passé, aujourd'hui ils sont transférés avec les terres, mais quand un jeune s'installe, le cédant peut très bien décider de lui céder ses droits (DPB) contre argent (équivalent à 2 à 3 ans de primes). Si le jeune refuse, les droits repartent dans la réserve nationale.

On marche sur la tete, marre de ces arnaqueurs mesquins. Des vrais picsous.

Signaler Répondre

avatar
thithi le 27/03/2018 à 05:43

les plus gros propriétaires fonciers en moyenne nationale restent les paysans , deux fois plus que les pdg et cadre supérieurs, et 3 fois de plus que les médecins

Signaler Répondre

avatar
toujours plus le 26/03/2018 à 18:23

Ces gens qui prétendent gagner 300 euros par mois alors qu'en fait ils gagnent beaucoup plus. 87% de réduction forfaitaire sur leur CA, facile de déclarer des revenus de 300 euros !

Quelles sont leurs charges ? Ils n'ont qu'à attendre les primes (c'est la majorité de leur revenu), ils n'ont quasiment pas de charges.

Signaler Répondre

avatar
bien fait le 26/03/2018 à 18:17

Qu'ils rendent les terres. Ils prennent toutes les terres et empêchent les nouveaux de s'installer.

Signaler Répondre

avatar
la réalité en face le 26/03/2018 à 18:15

Ils vont couler

Signaler Répondre

avatar
1er sinistre le 26/03/2018 à 18:15

Comme pour les 80km/h le gouvernement ne changera pas d'avis

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.