Le président du groupe Les Républicains-Changeons Villeurbanne charge à son tour Bruno Bonnell

Le président du groupe Les Républicains-Changeons Villeurbanne charge à son tour Bruno Bonnell
Bruno Bonnell (à gauche) et Jean-Wilfried Martin (à droite) - LyonMag

Alors que Bruno Bonnel, député LREM de la 6ème circonscription du Rhône, est plongé dans la tourmente après avoir tenu des propos polémiques dans l’édition « M le magazine du Monde », la réaction de l’un de ses opposants à Villeurbanne, Jean-Wilfried Martin, n’a pas tardé. Et l’élu Républicain n’a pas épargné son homologue.

C’est un véritable tollé qu’ont déclenché les déclarations de Bruno Bonnel, qui s’est d’ailleurs empressé de les justifier, invoquant la mise hors contexte. « Ce qui se dit en circo, je n’en ai rien à foutre » : c’est précisément cette phrase qui a irrité les différents acteurs politiques de Villeurbanne. A commencer par Jean-Wilfried Martin, qui s’est empressé de publier un communiqué où il fustige le député LREM. « Le député Bonnel est un député absent du terrain et de l’hémicycle, mais omniprésent dans les médias et sur les plateaux télés » lance celui qui est également conseiller national pour Les Républicains. Il en profite également pour l’égratigner concernant ses absences lors des commémorations de la libération de Villeurbanne et de la Rafle du 1er mars 1943, relevant ici une « erreur politique ».

En indiquant ne pas vouloir « jouer à l’assistante sociale », Bruno Bonnell s’est attiré les foudres de l’opposition qui déplore son manque de proximité avec les citoyens. « En ces jours de grève, les Villeurbannaises et Villeurbannais ont plus de chance de trouver un train que de trouver ce député sur leur territoire » ironise Jean-Wilfried Martin, avec un brin d’amertume.

Le qualifiant de « député du nouveau monde à la jubilation narcissique », le conseiller LR à la métropole de Lyon estime même qu’il fait preuve d’un « mépris de classe ». S’il a tenté de noyer l’embrasement qui a suivi ses déclarations, il est moins sûr que Bruno Bonnell prennent le temps de répondre à tous ses détracteurs, qui risquent de se multiplier.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
biensur le 10/12/2018 à 10:51

Foutez moi ça dehors !

Signaler Répondre

avatar
maisoui le 10/12/2018 à 10:31

Il n'a pas besoin d'étre chargé d'avantage "sa musette est pleine"il faudrait qu'il se dirige vers la sortie !

Signaler Répondre

avatar
au cachot le 10/12/2018 à 10:04

encore un nouvel axe de progrès pour notre démocratie : révoquer les députés absentéistes.
... il faut déjà qu on revienne sur leurs droits sociaux, avec par exemple le calcul de leur retraite, leurs indemnités, les justifications...
Bonnell doit connaitre ça, lui qui est chef d entreprise!

une chose est sur, ce genre de comportement est une des causes de la colère et du rejet des politiques

Signaler Répondre

avatar
ALERTE on nous prend pour des c. le 10/12/2018 à 09:50

Monsieur Bonnell, qui nous dit "je travaille pour la Ftance"
Mais non mon cher, vous travaillez pour BFM et pour vous mais pas pour la France, vous qui avez peur de passer pour une assistante en recevant les doléances de ceux qui vous ont élu, et qui passez votre temps (payé par nous sans remplir votre fonction) sur les plateaux pour montrer comme vous êtes bien nourri !
. Ça laisse rêveur, vous vous foutez de la gueule de qui ? La France, vous vous asseyez dessus.... Ce qui vous plait, c’est le pognon..... En ce qui me concerne, je vous prends pour un moins que rien....

Signaler Répondre

avatar
SE SERVIR AVANT DE SERVIR, évidemment ! le 03/04/2018 à 19:02

Le pire c'est quand on entend le COLON qui nous dit qu'il est POUR le cumul des mandats parce qu'il faut être au contact du terrain

C'est grottesque !
et c'est bien ici, comme partout d'ailleurs dans leurs comportement(s de profiteurs, que c'est la loi du SE SERVIR AVANT DE SERVIR

Signaler Répondre

avatar
jr le 03/04/2018 à 18:44

Bonnell referent bfmtv

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.