Un collège de Saint-Martin-en-Haut en grève contre les conditions difficiles de la rentrée

Un collège de Saint-Martin-en-Haut en grève contre les conditions difficiles de la rentrée
Photo d'illustration - LyonMag

La fermeture d’une classe de 5ème est au cœur du mouvement.

Les personnels du collège public Le Petit Pont de Saint-Martin-en-Haut sont en grève ce lundi. En cause : l’inquiétude concernant "les conditions particulièrement difficiles de cette rentrée 2019".

Ils comptent notamment "entrer en action pour protester contre la fermeture d’une classe de 5ème qui met en péril la qualité de leur enseignement et va à l’encontre de "l’Ecole de la Confiance" prônée par le gouvernement".

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Adam le 14/10/2019 à 20:19

Censurez ! Censurez ! Censurez !
Il faut faire taire ceux qui dérangent.
Seuls ceux qui pensent comme le système doivent pouvoir s'exprimer.

Vive la dictature latente !

Signaler Répondre

avatar
Ouf le 14/10/2019 à 19:11

La personne haineuse a donc été censurée. Enfin. LyonMag renouveler cette action svp, il n'y a aucune raison de laisser des commentaires de ce genre dans un forum.

Signaler Répondre

avatar
Saint martinois le 14/10/2019 à 16:43
Origine du mal? a écrit le 14/10/2019 à 13h54

Et là-haut, les familles ne sont pas privilégiées?
Ou c'est encore la mortifère division privé/public qui fait des ravages?

Privilegier de quoi?

Signaler Répondre

avatar
Origine du mal? le 14/10/2019 à 13:54

Et là-haut, les familles ne sont pas privilégiées?
Ou c'est encore la mortifère division privé/public qui fait des ravages?

Signaler Répondre

avatar
Rick le 14/10/2019 à 13:42
Yvon a écrit le 14/10/2019 à 10h46

Encore un prétexte pour ne pas travailler de la part des feignasses professionnelles.
Et les enfants qui sont pris en otage !

Troll. De 9 ans je pense. Ou assimilé par niveau mental.

Signaler Répondre

avatar
NEXT le 14/10/2019 à 12:56
Yvon a écrit le 14/10/2019 à 10h46

Encore un prétexte pour ne pas travailler de la part des feignasses professionnelles.
Et les enfants qui sont pris en otage !

Prend ton courage à deux mains et va t'occuper des enfants

Signaler Répondre

avatar
Coupables le 14/10/2019 à 12:50
Yvon a écrit le 14/10/2019 à 10h46

Encore un prétexte pour ne pas travailler de la part des feignasses professionnelles.
Et les enfants qui sont pris en otage !

La personne qui rédige systématiquement ce genre de commentaire haineux ne se voit jamais censurée malgré les alertes.

Signaler Répondre

avatar
Champi le 14/10/2019 à 12:06

La prochaine fois, cher Yvon, réfléchissez avant de déverser votre haine primaire sur une profession qui mérite de plus en plus notre respect.

Signaler Répondre

avatar
Perledor le 14/10/2019 à 11:25
Mlr a écrit le 14/10/2019 à 11h14

Monsieur, venez donc prendre notre place et faire cours à 32 élèves... Et si on fait cette action, c'est justement pour le bien être de nos élèves.

Nous vous invitons à venir passer une journée avec nous dans une classe avec 32 élèves dont un certain nombre bénéficient d'une AESH ...

Signaler Répondre

avatar
Saint martinois le 14/10/2019 à 11:22

Mon fils est en 5ème dans ce collège, c plus possible d'être 32 en classe, les classes ne sont pas adaptées pour ce nombre

Signaler Répondre

avatar
valetsebgutton le 14/10/2019 à 11:18

Cher Yvon,
Je vous invite à venir passer une journée dans une classe. Les conditions sont de plus en plus difficiles et ce sont les enfants qui trinquent. Je parle en tant qu'enseignante documentaliste et en tant que maman.
Au plaisir de vous voir.

Signaler Répondre

avatar
Mlr le 14/10/2019 à 11:14
Yvon a écrit le 14/10/2019 à 10h46

Encore un prétexte pour ne pas travailler de la part des feignasses professionnelles.
Et les enfants qui sont pris en otage !

Monsieur, venez donc prendre notre place et faire cours à 32 élèves... Et si on fait cette action, c'est justement pour le bien être de nos élèves.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.