Yves-Marie Uhlrich : "Un peu un ras-le-bol d’une Métropole qui ne s’occupe pas de l’Ouest lyonnais"

Yves-Marie Uhlrich : "Un peu un ras-le-bol d’une Métropole qui ne s’occupe pas de l’Ouest lyonnais"
Yves-Marie Uhlrich - LyonMag

Le maire UDI d’Ecully, Yves-Marie Uhlrich, était l’invité ce vendredi de Gérard Angel dans les Coulisses du Grand Lyon sur Jazz Radio en partenariat avec le restaurant l’Institution.

Depuis le 22 novembre dernier, le chemin de Charbonnières à Ecully est fermé à la circulation après un éboulement. La date de réouverture n’a pour l’instant pas été communiquée par la Métropole de Lyon. C’est sur ce premier sujet qu’Yves-Marie Uhlrich a réagi. "Je crois que c’est un peu le ras-le-bol d’une Métropole qui ne s’occupe pas beaucoup de l’Ouest lyonnais. Bien sûr le problème est sur Ecully. En vérité, à travers ce chemin qui est coupé, c’est tout l’Ouest lyonnais, jusqu’à Lentilly et plus loin, qui est engorgé".

Le maire d’Ecully est également revenu sur les révélations du Penelope Gate touchant François Fillon depuis plusieurs semaines. "Je regrette que ce soit un candidat à la présidentielle sur qui on pointe tout ce qui est anormal. Il y a longtemps qu’on aurait dû mettre de l’ordre là-dedans. C’est vrai que c’est légal. Il faut reconnaître une exagération médiatique".

A plus de deux mois de l’élection présidentielle, Yves-Marie Uhlrich reste fidèle à ses engagements. "Je combattrai Macron parce que je pense qu’il a une démarche beaucoup people, qu’il n’a pas grand-chose au niveau de son programme. Je pense qu’il est de gauche. Je soutiendrai le candidat de la droite et du centre, François Fillon".

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h40 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

13 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
UIOM le 11/02/2017 à 18:37
Philou69 a écrit le 11/02/2017 à 18h25

A quand :
- Une UIOM à Ecully
- Le Top en aérien
- 25% de logement sociaux
- Le beurre
- L'argent du beurre
Donc :
Coucouche panier le bourge

Traduction : UIOM = Une Unité d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) est un incinérateur. Elle est aussi appelée Unité de Valorisation Energétique (UVE).

Signaler Répondre

avatar
Philou69 le 11/02/2017 à 18:25

A quand :
- Une UIOM à Ecully
- Le Top en aérien
- 25% de logement sociaux
- Le beurre
- L'argent du beurre
Donc :
Coucouche panier le bourge

Signaler Répondre

avatar
les Bourges le 11/02/2017 à 18:15
bijou a écrit le 11/02/2017 à 17h35

Eh glandu ! C'est quand même les Bourges qui te donnent a bouffer !! Alors respect obligatoire

une précision de votre pensée s'impose !
l'est de la Métropole est gavée de zone industrielle , les Bourges sont donc les patrons de ces zones ?

Signaler Répondre

avatar
bijou le 11/02/2017 à 17:35

Eh glandu ! C'est quand même les Bourges qui te donnent a bouffer !! Alors respect obligatoire

Signaler Répondre

avatar
glandu le 11/02/2017 à 13:20

Eh mr Uhlrich le jour ou ils vont s'occuper de vous vous aurez autoroute traversant vos villages de bourges et stade de foot plus banlieues, alllez au dodo

Signaler Répondre

avatar
Essie le 10/02/2017 à 19:38

Merde alors , moi je pensais que c'était l'Est lyonnais qui était délaissé. L'ouest aurait dû réclamer le stade,c'est un projet tellement rayonnant et tellement indispensable,on aurait aimé que l'on s’occupât moins de nous et plus de l'Ouest. Il vous faut des auto-routes, des aéroports, des prisons. Si vous n'avez rien de tout ça, je comprends que vous soyez fâchés avec Gégé , le bienfaiteur de l'Est. Avec Gégé rien d'impossible, il vous fera les lois qu'il convient, Gégé, c'est le plus fort....avec Fillon! Allez ça roule!

Signaler Répondre

avatar
Balayer devant sa porte... le 10/02/2017 à 18:00
La faute à qui? a écrit le 10/02/2017 à 17h52

Qui a élu COLLOMB à la tête de la METROPOLE sinon les élus du Centre?

Un plébiscite de la part des 157 conseillers communautaires qui se sont exprimés (sur les 162 qui composent l’assemblée). Gérard Collomb a obtenu 92 voix et a été réélu dès le premier tour. Son principal adversaire, le sénateur-maire UMP François-Noël Buffet, en a recueilli 58. L’élu Front national Christophe Boudot en a compté deux (la sienne et celle de l’autre conseiller FN).

François-Noël Buffet comme Christophe Boudot avaient en effet déclaré leur candidature en amont du vote. Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne, qui n’avait rien réclamé du tout, a toutefois pu entendre résonner son nom dans l’hémicycle avec 1 voix à son actif.

Pourtant, après l’hécatombe pour la gauche dans le Grand Lyon, qui a vu nombre de ses communes ou même bastions passer à droite, le maire de Lyon n’était pas en bonne posture. Arithmétiquement seulement, avec un conseil communautaire renouvelé à 58%, dans lequel on pouvait compter 85 conseillers de droite (15 UDI, 46 UMP, 22 Synergies et 2 FN), contre 77 conseillers à gauche. Mais stratégiquement, l’argument de Gérard Collomb, qui a clamé dès le soir de sa réélection à Lyon qu’il ne fallait surtout pas enrayer la dynamique amorcée entre la ville centre et son agglo, avait de grandes chances de faire mouche.

Les maires du groupe Synergies, soit des élus de droite ou centre-droit dans de petites communes de l’Ouest lyonnais principalement, ont une fois encore adoubé l’édile de la ville centre. Tous craignent toutefois l’arrivée de la Métropole, qui absorbera les compétences du Grand Lyon et du Département sur le territoire de la communauté urbaine dès janvier 2015 : Gérard Collomb a donc su les convaincre que cette future collectivité surpuissante ne signera pas la mort des communes et, donc, la leur.

http://www.rue89lyon.fr/2014/04/16/socialiste-gerard-collomb-retrouve-presidence-grand-lyon-superpouvoirs-metropole/

Signaler Répondre

avatar
La faute à qui? le 10/02/2017 à 17:52

Qui a élu COLLOMB à la tête de la METROPOLE sinon les élus du Centre?

Signaler Répondre

avatar
LETOILE le 10/02/2017 à 17:25

Collomb ne s'intéresse à l' Ouest qu'au moment des élections pour devenir président par la grace des traîtres de synergie... et pour installer Biomerieux, pour le reste...

Signaler Répondre

avatar
Frédo. le 10/02/2017 à 17:19
axel a écrit le 10/02/2017 à 14h56

Il est vrai que si tous les fonctionnaires qui n'ont strictement rien a faire de la journee ou bien les délégués du personnel ou encore le comité d'entreprise edf et autres , étaient accusés d'emplois fictifs ca engorgerait les tribunaux !!!!! Doc 2poids et 2mesures !!!!'

A contrario, on peut penser que si ces "fonctionnaires qui n'ont strictement rien a faire de la journée" ne sont pas mis en cause par la justice, c'est sans doute parce qu'ils travaillent un peu, malgré vos préjugés !

Signaler Répondre

avatar
axel le 10/02/2017 à 14:56

Il est vrai que si tous les fonctionnaires qui n'ont strictement rien a faire de la journee ou bien les délégués du personnel ou encore le comité d'entreprise edf et autres , étaient accusés d'emplois fictifs ca engorgerait les tribunaux !!!!! Doc 2poids et 2mesures !!!!'

Signaler Répondre

avatar
Mémoire le 10/02/2017 à 14:14

Mais qui donc à élu Collomb à la tête de la métropole alors qu'il n'avait pas de majorité ?

Faut pas venir pleurer maintenant.

Signaler Répondre

avatar
Plumeau plumé le 10/02/2017 à 12:12

"C’est vrai que c’est légal". Un petit rappel de tout ce qu'on lit dans les journaux ces derniers jours. Mais bien évidemment, pour la droite la plus bornée, il s'agit d'une cabale médiatique contre un honnête candidat !

Il est évidement illégal :
- d'être salariée d'une entreprise de presse sans y travailler (abus de bien social),
- de faire embaucher sa femme dans une entreprise, et en contrepartie de promettre à son propriétaire une grande croix de la Légion d’honneur (trafic d'influence)
- de mettre son attaché parlementaire à la disposition d'un candidat à une campagne présidentielle (financement illicite de campagne électorale)
- de ne pas travailler lorsqu'on est attaché parlementaire (détournement de fonds public)
- de bénéficier en connaissance de cause de ces délits (recel)

En revanche, il est certes légal mais moralement et politiquement intenable:
- d'accorder à son attachée parlementaire un salaire exorbitant
- d'exiger de son suppléant qu'il embauche sa femme
- de crier sur les toits qu'on n'a jamais travaillé de sa vie, lorsqu'on a été attaché parlementaire pendant 15 ans
- de lutter contre une loi sur la transparence de la vie politique, puis de démissionner sa femme deux mois avant l'entrée en vigueur de ladite loi
- de créer une société de conseil trois jours avant de devenir député, pour éviter d'être concerné par les lois contre le conflit d'intérêts
- de conseiller contre rémunération une société d'assurance, avant d'embaucher le patron de cette société d'assurance dans son équipe de campagne puis de prévoir dans son programme présidentiel des dispositions favorisant les sociétés d'assurance
Et accessoirement de demander aux autres des efforts qu'on n'est visiblement pas capable de s'appliquer à soi-même...

Et malgré cela, on trouve encore des personnes pour soutenir ce type d'hommes politiques sévèrement mis en cause par la justice. Pauvre France...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.